Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales

Appel à communication

Journée « jeunes chercheurs TELEMMe » du 3 mai 2017

Les objets comme objet d’étude.

Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales ?

 

Parmi les tournants épistémologiques qui ont traversé les sciences humaines et sociales, le « material turn » a reçu, depuis les années 1980, un écho particulièrement vif au sein de nombreuses disciplines. Qu’il s’agisse des réflexions autour du concept de « sémiophore » (POMIAN, 1987), des études sur la culture matérielle (ROCHE, 1997), ou encore des « visual studies » où les artefacts sont envisagés comme porteurs de significations, toutes suggèrent de dépasser l’apparente banalité des choses du quotidien. Continuer la lecture de Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales

Compte rendu du deuxième atelier, 12 décembre 2016

Le deuxième atelier doctoral des jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe s’est déroulé lundi 12 décembre 2016, de 13h30 à 15h30.

Cette séance était consacrée à une réflexion épistémologique sur le sujet choisi, les objets comme objet d’étude, ou comment appréhender la matérialité dans les sciences humaines et sociales. Durant cette séance, nous avons tenté de définir la notion d’objet, mais aussi de chose, au regard de différentes sciences sociales. Trois entrées ont été proposées pour penser ces notions  Continuer la lecture de Compte rendu du deuxième atelier, 12 décembre 2016

La culture matérielle en histoire moderne. Entre approches anciennes et nouvelles perspectives

Atelier doctoral jeunes chercheurs TELEMME n°1

La culture matérielle en histoire moderne: Entres approches anciennes et nouvelles perspectives

 

Claire Boër

La culture matérielle : essai de définition

Définie dans les années 1920 comme « l’ensemble des formes acquises de comportements dans les sociétés humaines » par l’anthropologue Marcel Mauss (Mauss, 2007 [1ère édition 1923-1924]), la culture englobe les gestes, les croyances, les rituels, savoir-faire, visions du monde, sentiments et perceptions des individus qui composent les sociétés. De cette première notion découle celle de « culture matérielle », à laquelle plusieurs définitions sont attachées. La culture matérielle peut d’abord être définie comme « l’ensemble des objets fabriqués par l’homme et appréhendés sous un angle social et culturel » (Julien, Rosselin, 2005, p.1). La culture matérielle n’est pas figée et évolue selon les époques et les contextes. Continuer la lecture de La culture matérielle en histoire moderne. Entre approches anciennes et nouvelles perspectives

Compte-rendu de lecture « The Materiality of Everyday Life » (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015).

Cet article s’inscrit dans la recherche concomitante en anthropologie et en archéologie. A travers lui, les auteurs ont l’ambition de présenter la convergence entre les théories qui relèvent de la « matérialité » d’une part et celles de la « vie quotidienne » d’autre part. Continuer la lecture de Compte-rendu de lecture « The Materiality of Everyday Life » (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015).

Marion BRETEAU, De l’économie du mariage et des moralités à Mascate – Oman

Rite de passage par excellence et temps d’exposition de soi, les fêtes de mariage au Sultanat d’Oman sont un phénomène qui met en branle un ensemble d’enjeux sociaux déterminants. A l’appui d’exemples concrets issus d’une enquête de terrain ethnographique durant l’année 2015, l’objectif de réflexion est d’explorer la notion d’économie dans une perspective anthropologique. En ces termes, sont compris les processus de production et de circulation de la moralité, du symbolique mais aussi de la dimension subjective et individuelle de l’expérience sociale.
Continuer la lecture de Marion BRETEAU, De l’économie du mariage et des moralités à Mascate – Oman

Julia CONESA SORIANO, Entre discours et pratiques : concevoir la gestion économique des établissements religieux. L’exemple de la cathédrale de Barcelone à la fin du Moyen Âge

À l’époque médiévale, l’Église est l’un des principaux propriétaires fonciers[1]. La richesse de l’institution, que ce soit celle des puissants ordres monastiques tels que Cluny ou celle des seigneuries épiscopales qui détiennent des cités entières, n’est plus à démontrer. Par les donations des fidèles, par les rentes perçues sur leurs domaines, par le prélèvement de dîmes et l’exercice des droits banaux, les établissements religieux accumulent des richesses et constituent de véritables acteurs économiques dans le monde médiéval, développant des stratégies économiques avérées (concentration des terres, usage indirect du crédit à travers la vente de rentes constituées[2], etc.). Jacques Chiffoleau[3] a bien montré, cependant, la spécificité de l’institution ecclésiale du point de vue économique, par rapport aux autres seigneuries médiévales. L’Église n’est pas supposée viser la rentabilité, elle s’appuie sur les donations des fidèles qui ont pour finalité d’assurer le salut des âmes par la célébration de messes et elle porte un discours restrictif sur l’économie, prohibant notamment l’usure. Au-delà des considérations théologiques sur le rapport entre spiritualité et économie, comment l’Église s’assume-t-elle, au quotidien, en tant qu’acteur économique ? Comment le clergé en charge de son administration, dont la tâche est de veiller à la préservation des intérêts de l’établissement, conçoit-il la dimension économique de ses fonctions ?
Continuer la lecture de Julia CONESA SORIANO, Entre discours et pratiques : concevoir la gestion économique des établissements religieux. L’exemple de la cathédrale de Barcelone à la fin du Moyen Âge

Héléna HACHMANN, Une analyse du discours économique : sur quelles hypothèses reposent les modèles économiques ? Le cas de la modélisation des risques financiers

Dans le travail présent, l’analyse du discours devrait être comprise en tant qu’analyse de la rhétorique économique. Depuis les années 1980, le rôle de la rhétorique en économie a été discuté dans les travaux des économistes comme Arjo KLAMER, Deirdre MC CLOSKEY ou Warren SAMUELS. Pour ces théoriciens, les arguments des économistes sont acceptés ou rejetés par leurs pairs plutôt sur la base des critères rhétoriques que celles du raisonnement scientifique. Dans ce contexte, le terme rhétorique ne se limite pas à des expressions langagières, mais désigne également les propositions formalisées, comme les modèles mathématiques. Le programme rhétorique a été critiqué notamment par des auteurs qui travaillent sur la méthodologie ou la philosophie économique. Ceux-ci ont par exemple insisté que la méthodologie proposée dans les travaux sur la rhétorique des économistes, qui se limiterait à recommander certaines règles éthiquement bonnes pour l’usage de la rhétorique, mènerait la discipline au relativisme (BLAUG 1987, ROSENBERG 1988 a,b). Aussi, en néant toute capacité prédictive de la discipline économique, le programme rhétorique aurait négligé les domaines où les théories économiques ont été confrontées avec succès à la réalité.