Compte rendu du deuxième atelier, 12 décembre 2016

Le deuxième atelier doctoral des jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe s’est déroulé lundi 12 décembre 2016, de 13h30 à 15h30.

Cette séance était consacrée à une réflexion épistémologique sur le sujet choisi, les objets comme objet d’étude, ou comment appréhender la matérialité dans les sciences humaines et sociales. Durant cette séance, nous avons tenté de définir la notion d’objet, mais aussi de chose, au regard de différentes sciences sociales. Trois entrées ont été proposées pour penser ces notions : une entrée anthropologique et sociologique, une définition juridique des termes et enfin une mise au point philosophique du vocabulaire.

Lors de la première intervention, Solène Rivoal a choisi de présenter quelques études en sciences sociales, qui apportent de nouveaux éléments sur la façon de prendre en compte les objets.  Entre 1986 et 1987, trois études notamment montrent bien l’étendue des réflexions sur cet aspect. D’une part, le concept de sémiophore de K. Pomian, dans son recueil d’articles envisage de comprendre l’objet intégré à une collection sorti de son contexte utile, pour s’interroger sur sa valeur (valeur sociale et valeur marchande), mais également sur la capacité de rendre visible des temps ou des espaces invisibles, l’objet jouant le rôle de connecteur entre les hommes et ce qui est invisible. La deuxième étude présentée est celle d’I. Kopatoff, intitulé the Biography of things (1986). Cet anthropologue constate en effet que les limites ne sont pas toujours évidentes entre les sujets et les objets. Il envisage alors de s’interroger sur la vie des choses, sur leur carrière ou encore leur durée de vie pour donner une épaisseur à l’étude des objets, et pour leur redonner une place dans l’analyse des sociétés. Enfin, la même année, Michel Callon publie un article dans l’Année sociologique, intitulé « La domestication des coquilles Saint Jacques dans la baie de Saint Brieuc », qui annonce ce qui est communément appelé la sociologie de la traduction, ou théorie de l’acteur réseau. Ces analyses, portées depuis les années 1980 par Michel Callon, Madeleine Akrich ou encore Bruno Latour proposent de reconsidérer la place des objets, appelés aussi « non-humains » ou « hybrides » pour les appréhender comme des actants. Ainsi humains et « non-humains » feraient partie de réseaux et auraient un importance égale, ce qui permettrait de reconsidérer l’organisation du monde, le pensant autrement qu’en termes d’associations d’acteurs ou de relations entre groupes sociaux. Humains, non-humains est finalement le dernier texte présenté dans cette présentation. Il s’agit d’un recueil d’articles dirigé par Sylvie Houdart et Olivier Thiery en 2011, et dont l’enjeu est de « mieux comprendre en quoi consistent les individus et les collectifs humains en explorant les multiples relations que ceux-ci entretiennent avec de très divers non-humains » (p.7).

La deuxième intervention de Béatrice Mesini nous a permis de réfléchir aux définitions des objets d’un point de vue juridique. D’après la classification des biens en droit civil français, un bien est une chose appréhendée par le droit, comme susceptible d’appropriation par un sujet de droit. De plus, tous les biens sont soit immeubles soit meubles (article 516 du code civil) Les choses mobilières étaient celles de moindre valeur (res mobilis, res vilis) par opposition aux biens immeubles.

Il existe deux catégories d’immeubles :

  • Les immeubles par nature se caractérisent par leur immobilité. Ainsi, sont par exemple immeubles par nature, les fonds de terre et les bâtiments (article 518 du Code civil).
  • Les immeubles par destination. Il y a deux types d’immeubles par destination : les biens meubles que le propriétaire a attachés pour le service de l’exploitation d’un fonds comme exemple les animaux attachés à la culture et les meubles attachés à perpétuelle demeure (voir 525 du Code civil)

Pour ce qui est des biens meubles, il existe trois catégories distinctes :

  • Les meubles par détermination de la loi
  • Les meubles par nature. Un bien qui peut se mouvoir par lui-même, ou par l’effet d’une force étrangère, est un meuble par nature.
  • Les meubles par anticipation sont des immeubles qui sont considérés comme étant des meubles par anticipation, en vue de leur état futur. Par ex. la récolte sur pieds qui a vocation à être détachée du sol pour être vendue.

Pourquoi insister sur une telle distinction ? L’aliénation d’un bien immobilier fait l’objet de formalités légales : acte authentique, enregistrement, publicité légale, contrairement à la vente d’un meuble qui peut se faire sans formalités, l’article 2276 du Code civil  dispose que en matière de meuble, possession vaut titre. Le possesseur de bonne foi acquiert immédiatement la propriété de la chose (article 2279 du Code civil)

Pour terminer, Béatrice a évoqué les classifications secondaires existantes. Un bien immeuble ou meuble peut être aussi

  • consomptible (qui se détruit par son premier usage ou par un usage répété) ou non consomptible ;
  • fongible (qui a des équivalences) ou « corps certain » (bien qui est unique, ex. un tableau).
  • corporel (objet matériel qui sert à l’usage et a une valeur appréciable en argent) ou incorporel c’est-à-dire abstrait (droit réel accessoire, droit personnel et droit intellectuel).

Dans une troisième intervention, Fabien Bartolotti a présenté les différentes définitions d’« objet » et de « chose » d’après l’ouvrage Vocabulaire technique et critique de la philosophie, dirigé par André Lalande, réédité en 2010. Ainsi pour la notice « objet » (du latin objectum, ce qui est jeté devant nous, ce nous avons en vue), quatre sens sont proposés :

  • Sens A : Ce qui est pensé ou représenté par un sujet pensant (par l’esprit). « Tout ce qui existe pour la connaissance, et par suite, le monde entier n’est rien qu’un objet vis- à-vis d’un sujet » (Schopenhauer). À cet égard, il n’existe pas d’objet en soi, indépendamment d’un sujet.
  • Sens B : Ce que l’on se propose d’atteindre ou de réaliser en agissant (syn. objectif, but, finalité).
  • Sens C : Ce que l’on perçoit avec un caractère fixe et stable, indépendant du point de vue, des désirs ou des opinions du sujet : c’est la notion d’objet empirique, d’objet matériel.
  • Sens D : Ce qui possède une existence en soi, indépendante de la connaissance ou de l’idée que des êtres pensants peuvent en avoir. « J’ai souvent remarqué qu’il y avait une grande différence entre l’objet et son idée » (Descartes). D’après Jules Lachelier, ce sens, qui est contraire à l’étymologie, est un usage abusif du terme, lié aux conceptions métaphysiques cartésiennes, qualifiées de dogmatiques par Kant (métaphysique critique).

Enfin, le terme « chose » (du latin res) est proche du sens C de l’objet. Il exprime une réalité empirique envisagée à l’état statique, séparée et séparable, caractérisée par des qualités et propriétés fixes. Ainsi, de par ses propriétés statiques, la « chose » s’oppose au phénomène. Ex. « la lune est une chose, l’éclipse un phénomène ». Mais d’un point de vue rigoureusement conceptuel, la notion « d’objet » est bien plus étendue que celle de « chose ». Elle s’applique à tout ce qui est susceptible d’être perçu (phénomènes, rapports, choses).

Ces trois présentations ont permis au groupe de réfléchir sur ce qu’est un objet, sur les différences entre chose et objet, sur leusr valeurs, leurs usages, leur matérialité, leur utilité et surtout sur leur relation avec les acteurs, les sujets.

Ces réflexions épistémologiques seront prolongées à travers des présentations de cas d’étude plus concrets lors du troisième atelier des jeunes chercheurs TELEMMe, prévu en janvier 2017, en salle 211 (MMSH). La date vous sera communiqué prochainement. Il nous semble en effet judicieux de comprendre comment peuvent être appliquées ces définitions à nos objets d’étude, et ce pour envisager concrètement ce qui peut être attendu lors de la journée d’étude prévue le 3 mai 2016.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *