La culture matérielle en histoire moderne. Entre approches anciennes et nouvelles perspectives

Atelier doctoral jeunes chercheurs TELEMME n°1

La culture matérielle en histoire moderne: Entres approches anciennes et nouvelles perspectives

 

Claire Boër

La culture matérielle : essai de définition

Définie dans les années 1920 comme « l’ensemble des formes acquises de comportements dans les sociétés humaines » par l’anthropologue Marcel Mauss (Mauss, 2007 [1ère édition 1923-1924]), la culture englobe les gestes, les croyances, les rituels, savoir-faire, visions du monde, sentiments et perceptions des individus qui composent les sociétés. De cette première notion découle celle de « culture matérielle », à laquelle plusieurs définitions sont attachées. La culture matérielle peut d’abord être définie comme « l’ensemble des objets fabriqués par l’homme et appréhendés sous un angle social et culturel » (Julien, Rosselin, 2005, p.1). La culture matérielle n’est pas figée et évolue selon les époques et les contextes.

Cette notion de culture matérielle a été employée par des sociologues, des anthropologues (ethnographes et ethnologues qui se sont surtout intéressés aux gestes techniques et à la manipulation des objets), des historiens, historiens de l’art, archéologues, muséologues ou encore des ergonomes. La notion de culture matérielle place l’objet matériel, et surtout les relations entretenues par les populations avec ces objets, au centre du questionnement. Les objets sont en effet porteurs de significations multiples et renvoient à l’univers particulier et à l’expérience personnelle des hommes qui en ont l’usage. Ils autorisent à saisir des fragments de vécu quotidien (Bourdieu, Delsaut, 1980). L’étude de la culture matérielle des populations d’Ancien Régime permet ainsi d’interroger le fonctionnement des sociétés à travers leur rapport aux objets.

Les approches historiques

De nombreuses études sur la culture matérielle des populations d’Ancien Régime ont été amorcées en histoire dans les années 1980. Nourries par les réflexions des sociologues et des anthropologues, ces études se font dans le sillage de l’histoire des mentalités promue par la « troisième génération » des Annales. Déjà en 1967, Fernand Braudel soulignait l’intérêt de ce qu’il appelait la civilisation matérielle, en la liant aux problématiques de l’histoire sociale et économique (Braudel, 1967). Selon lui, les objets, les gestes et les comportements des acteurs peuvent expliquer leurs actions économiques quotidiennes. Ces questionnements se retrouvent par la suite dans la Nouvelle histoire parue en 1978, sous la direction de Jacques Le Goff. Dans cet ouvrage essentiel du courant historiographique des mentalités, l’historien Jean-Marie Pesez porte son attention sur la place accordée à l’objet, qui n’a jusqu’alors reçu qu’un intérêt limité des historiens. Les historiens vont alors chercher à promouvoir une histoire plus « sensible à la manière dont les idées et les pratiques s’articulent avec le monde social, sensible aussi aux clivages qui traversent une société, à la diversité des emplois de matériaux ou de codes partagés » (Chartier, 1989, p.1609). Le questionnement sur les objets est désormais à la fois historique et anthropologique. L’idée d’une étude de la « vie quotidienne » des acteurs (observée jusque là comme une étude événementielle des « faits » sociaux), est remplacée par la notion de « culture matérielle ». Il s’agit désormais, en étudiant le rapport des hommes aux objets, de comprendre la place que ces derniers occupent dans leur vécu quotidien.

La notion de culture matérielle retient alors l’attention de nombreux historiens, au premier rang desquels se trouve Daniel Roche. En mobilisant une source jusqu’alors peu exploitée, les inventaires après-décès, celui-ci va questionner les pratiques quotidiennes des hommes. S’il présente de nombreuses limites (il est avant tout le reflet d’une situation particulière), l’inventaire après-décès est « une banque de données matérielles immédiates grâce à laquelle on peut constituer le lexique de base des faits quotidiens de la vie » (Roche, 1989, p.72). Bien qu’ils ne sauraient refléter toute la réalité des possessions des populations de l’Ancien Régime, ces actes juridiques ou notariés n’en permettent pas moins d’entrer dans l’intimité des individus, comme l’ont remarqué les historiens de la culture matérielle, qui s’en sont massivement emparés dans les années 1980-2000.

La réflexion menée par Daniel Roche sur les « choses banales », ces objets du quotidien qu’il observe, lui permet notamment de souligner les nombreux changements qui s’observent au sein de la société de l’époque moderne, et de mettre en avant la naissance de la consommation entre le XVIIe et le XXe siècle (Roche, 1997). Parallèlement à ces travaux, Annick Pardailhé-Galabrun entreprend une étude massive des inventaires après-décès parisiens (Pardailhé-Galabrun, 1988). Ces différentes études trouvent des échos en province, avec par exemple la thèse de Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830) (Figeac, 1996). Dans L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Natacha Coquery,  fait de l’hôtel particulier son principal objet de recherche et l’observe comme lieu de consommation à part entière, ce qui lui permet d’observer l’explosion du luxe et de la consommation chez les élites à la fin du XVIIIe siècle (Coquery, 1998). D’autres sources sont aussi mobilisées pour approcher le vécu des populations anciennes. Madeleine Ferrière observe par exemple les engagements des avignonnais auprès du mont-de-piété de la ville pontificale, et retrouve la trace de 939 467 engagements, soit entre 3 à 5 millions d’objets déposés dans les magasins de l’établissement, entre 1610 et l’an III (Ferrière, 2004).

De nouveaux questionnements

Si ces études présentent des limites (les élites urbaines, le XVIIIe siècle et certains thèmes comme le vêtement, l’habitat, les consommations de luxe, les aliments ont été privilégiés), elles n’en n’ont pas moins permis une relecture de l’histoire économique, sociale et culturelle. Elles ont notamment fait émerger plusieurs questionnements :

La question de la culture matérielle et de l’environnement : l’étude de l’environnement quotidien des populations permet de saisir et de dépeindre leurs manières de vivre. En sortant du seul environnement domestique les chercheurs ont observé l’ensemble des situations dans lesquelles évoluent les populations et les individus. La matérialité est ainsi directement liée au cadre de vie.

La question de l’objet et de ses significations : les chercheurs sont partis du postulat que tout objet a du sens. L’objet est notamment facteur de distinction (Bourdieu, 1979), le vêtement est « un autre langage du corps » (Cabantous, 1995, p.87). Facteur de distinction et symbole de pouvoir, l’objet est un marqueur social, économique et culturel.  Il s’agit, au-delà de la valeur économique de l’objet, d’en saisir la valeur symbolique, et le rôle qu’il joue par là dans la société. La relation des hommes aux objets est désormais au cœur des études.

La question de la matérialité de l’objet : L’attention est aussi portée sur l’objet en lui-même, et sur les expériences qu’en font les acteurs. La forme, la présentation, l’apparence de l’objet, conditionnent la façon dont on s’en sert et dont on le perçoit. Cette approche est notamment développée par l’historien et philosophe Krzysztof Pomian, qui étudie les collections et les collectionneurs à Paris et à Venise à l’époque moderne (Pomian, 1987). S’il aborde les questions des traces laissées par les œuvres étudiées, des goûts des propriétaires, il propose aussi une réflexion sur la collection en tant que fait anthropologique. Il y développe notamment le concept de sémiophore, par lequel il désigne les objets « sans utilité » (en ce qu’ils sont maintenus hors du circuit d’activités économiques, ils ne sont pas appréhendés pour leur valeur d’échange), mais qui dans un même temps sont chargés de significations (et il rejoint par là les questionnements précédents sur l’objet et ses significations).

La dimension du « ressentit » : Les objets permettent aussi d’interroger les perceptions des acteurs. Michel Figeac lie l’histoire de la vie matérielle à celle de l’histoire des sens (Figeac, 2014 [1ère édition 2007]. La multiplication des objets sous l’Ancien Régime et à l’époque contemporaine a entrainé des évolutions dans la perception des bruits, des odeurs ou encore des couleurs. Les objets ne peuvent être réduits à leur matérialité et doivent être replacés dans des réseaux d’abstraction et de sensibilités, essentiels à la compréhension des faits sociaux (Roche, 1997).

Un lien plus marqué avec les autres domaines de l’histoire : L’étude des objets, replacés dans la société englobante, a conduit les historiens à prendre davantage en considération les liens entre les objets et les évolutions économiques et sociales. L’étude de la culture matérielle a notamment enrichi l’histoire du travail, ainsi que celles des techniques et des sciences. L’étude de la culture matérielle a notamment trouvé des échos dans l’étude du « fait maritime », d’abord grâce aux travaux d’Alain Cabantous, puis de plusieurs autres chercheurs s’intéressant aux populations maritimes (Cabantous, 1995 ; Bidon, 1996 ; Margoline-Plot, 2014 ; Boer, 2016). Une source particulière, les inventaires des effets et hardes, dressés à la mort du marin en mer, ou suite à l’abandon du navire, ou encore lors d’un pillage par des corsaires, permet d’avoir un aperçu des objets emportés par ces hommes au cours de leurs navigations. Ces objets « en transit » permettent de saisir la façon dont les navigants habitent, organisent et perçoivent l’espace de vie qu’est le navire. Ils reflètent aussi leurs trajectoires et vécu quotidien en mer. Marqueurs de différences professionnelles, sociales, économiques et culturelles, les objets révèlent tant des volontés de distinction collectives que des goûts propres aux hommes qui les possèdent et s’en servent. Ils reflètent des manières de vivres multiples et en mouvement. Les objets personnels des navigants expriment par exemple leur volonté progressive de se distinguer en tant que catégorie socioprofessionnelle singulière.

Une interdisciplinarité nécessaire : Ces développements sur l’étude de la culture matérielle en histoire se sont fait en lien avec les autres disciplines des sciences sociales et humaines. Cela a ainsi entraîné un enrichissement conceptuel mutuel (voir notamment Baudrillard, 1968 ; Bourdieu, 1979 ; Garabuau-Moussaoui, Desjeux, 2000).

De nouvelles perspectives

La notion de culture matérielle s’est progressivement « effacée » au profit de nouveaux objets de recherche. Nous pouvons cependant observer un renouveau récent de l’intérêt pour la culture matérielle et pour les objets comme médiateurs entre les acteurs et leur environnement.

-Un colloque d’historiens (principalement médiévistes), d’archéologues, sociologues et anthropologues a par exemple été organisé en octobre à Caen, intitulé « La culture matérielle : un objet en question »[1].

-Une journée d’étude a été organisée à l’Ecole française de Rome en juin 2016, sur « Le parti pris des choses en sciences sociales ». Faisant suite à des séminaires de lectures en sciences sociales, cette journée s’est consacrée aux « choses », définies comme ce qui est « non-humain », mais qui fabriqué et manipulé par l’humain participe au jeu des actions humaines[2].

-Le 21 novembre 2016 une journée d’étude sur « L’objet de la migration : La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » est organisée à l’Inalco (Paris). Il s’agira d’examiner la place des objets dans les expériences que font les acteurs de fiction du déplacement (migration, exil, transit, etc.).

-Le groupe Telemming va travailler cette année sur la notion de « transit », va consacrer le 23 janvier 2017 une journée d’étude aux aspects matériels de la migration (bagages, objets emportés par les migrants, traces, etc.).

-Nous pouvons aussi citer le numéro de Géographie et cultures sur la « Géographie des objets », paru en 2014[3].

De nouvelles approches sont aussi privilégiées, en lien avec le développement de nouvelles méthodes de travail. L’approche sérielle des années 1980-2000 se double aujourd’hui d’une approche plus qualitative, et d’une interdisciplinarité affirmée. Cet objet de recherche est désormais peut-être davantage mis en rapport avec les dimensions temporelles et spatiales, comme en témoignent les nouveaux questionnements portés sur les objets « en transit ».

BIBLIOGRAPHIE

BAUDRILLARD J., 1968. Le Système des objets, Paris, Gallimard.

BIDON C., 1996. « Les hardes des navigants rochelais morts en mer dans la première moitié du xviiie siècle », dans Les sociétés littorales du Centre-Ouest Atlantique, de la Préhistoire à nos jours, Tome 1.

BOER C., 2016. « Vivre en mer au quotidien. Une étude au travers des objets embarqués par les navigants provençaux au XVIIIe siècle », dans Xavier Daumalin, Daniel Faget, Olivier Raveux, La mer en partage. Études offertes à Gilbert Buti sur les sociétés littorales et les économies maritimes (XVIe-XIXe siècle), Presses Universitaires de Provence,  p.117-132.

BOURDIEU P., 1979. La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit.

BOURDIEU P., DELSAUT Y., 1980. « Pour une sociologie de la perception », Actes de la recherche en sciences sociales, volume 40, p. 3-9.

BRAUDEL F., 1967. Civilisation matérielle et capitalisme, Tome 1, Les structures du quotidien, Paris, Armand Colin.

CABANTOUS A., 1995. Les citoyens du large. Les identités maritimes en France (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Aubier.

CHARTIER R., 1989. « Le monde comme représentation », Annales E.S.C., n°6, p.1505-1520.

COQUERY N., 1998. L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

FERRIÈRES M., 2004. Le bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon (1600-1800), Seyssel, Champ Vallon.

FIGEAC M., 1996. Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest.

FIGEAC M. (dir.), 2014 [1ère édition 2007]. L’ancienne France au quotidien. La vie et les choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin.

GARABUAU I., DESJEUX D. (dir.), 2000. Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

GARNOT B., 1995. La culture matérielle en France aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Oprhys.

JULIEN M.P., ROSSELIN C., 2005. La culture matérielle, Paris, Éditions La Découverte.

MARGOLINE-PLOT E., 2014. Les pacotilles d’Indienne, la boutique et la mer. Organisation, structures et logiques d’une économie parallèle en Bretagne au xviiie siècle, Thèse d’histoire de l’Université de Bretagne-Sud, 2014.

MAUSS M., 2007 [1ère édition 1923-1924]. Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presses universitaires de France.

PARDAILHÉ-GALBRUN A., 1988. La naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses Universitaires de France.

POMIAN K., 1987. Collectionneurs, amateurs, curieux : Paris-Venise, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1987.

ROCHE D., 1997. Histoire des choses banales. Naissance de la consommation XVIIe-XIXe siècles, Paris, Fayard.

  • La culture des apparences. Une histoire du vêtement XVIIe-XVIIIe siècle, Points Histoire, Paris, Fayard.

TEMPÈRE D., 2009. Vivre et mourir sur les navires du Siècle d’Or, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne.

[1] Voir le résumé du colloque sur : http://calenda.org/334214

[2] Voir le résumé de la journée d’étude sur : http://www.efrome.it/la-recherche/agenda-et-manifestations/actualite/le-parti-pris-des-choses-en-sciences-sociales.html. La journée a réuni des philosophes, historiens et anthropologues.

[3] Serge Weber (dir.), « La géographie des objets », Géographie et cultures, n°91-92, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *