Compte-rendu atelier jeunes chercheurs n°3 (27/01/2017).

Le troisième atelier doctoral des jeunes chercheurs TELEMME s’est tenu le vendredi 27 janvier 2017 de 14h à 16h.

Il a été pour nous l’occasion d’approfondir notre réflexion sur la place des objets dans les recherches en sciences humaines et sociales notamment à travers les présentations de Sergi SANCHO et d’Alexandre MAHUE. Après avoir évoqué l’échéancier de nos ateliers dans l’optique de rédiger l’appel à communication lors du quatrième atelier, Sergi SANCHO a donc proposé une réflexion sur les processus de « choséification » ou de « réification » (du latin res (le bien, la chose, l’objet) qui traduisent finalement une personnification des objets et des choses afin de les rendre plus concrets par le biais de caractéristiques humaines. Par la suite, Sergi est revenu sur la place conférée aux objets notamment dans les théories féministes et marxistes.

Vous trouverez ci-dessous, un compte-rendu précis des principaux points soulevés lors de cette première présentation.

Le premier point a permis d’approfondir nos réflexions et a finalement contribué à mettre en lumière une approche différente de l’objet en tant qu’objet d’études des SHS. En effet, la présentation de Sergi met en lumière une hiérarchie théorique au sein de laquelle l’individu est considéré comme supérieur à l’objet (différent de ce que l’on avait pu constater lors des précédents ateliers à travers les approches historiques ou anthropologiques par exemple).

La séance s’est ensuite poursuivie avec la présentation d’Alexandre MAHUE qui a approfondi la question de l’objet dans le champ des visual studies. Courant qui émerge dans les années 80 et qui englobe une pluralité de phénomènes dont la visualisation des objets. Les lignes suivantes proposent également un compte-rendu des points relevés lors de cette présentation.

La notion d’Objet en sciences humaines pourrait être appréhendée et examinée avec profit à travers le prisme des « Visual Studies »

L’expression Visual Studies correspond à un courant de recherche apparu au début des années 1990 dans les pays anglo-saxons. Ce courant englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels, qu’il s’agisse pour ceux-ci de leurs diverses manifestations, de leurs codes fondamentaux, de leurs frontières ou encore de leurs modes de circulation et de fonctionnement.

Ce vaste champ d’études concerne par conséquent les nombreux dispositifs à l’œuvre dans les dimensions visibles des cultures humaines. Si la définition et le champ des Visual Studies donnent encore lieu à de vifs débats, il est indéniable qu’ils se situent à l’écart de toute tradition disciplinaire exclusive et qu’ils impliquent en contrepartie une pluridisciplinarité forte et donc des collaborations entre :

– les sciences humaines et sociales (histoire de l’art, histoire matérielle et culturelle, anthropologie comparée, sociologie, philosophie, sciences de l’information et de la communication…),

– l’étude et de la création artistiques (artistes, créateurs contemporains

– les sources audiovisuelles et les multimédias (plasticiens, graphistes, experts en muséographie…).

Il n’existe pas encore en France de programmes pluridisciplinaires relatifs aux Visual Studies On peut toutefois renvoyer les lecteurs aux activités et publications de plusieurs grandes universités qui pratiquent et développent ce champ de recherche : (Cornell University, Rochester University, Pennsylvania University, University of California (Irvine), Chicago University, Duke University, KULeuven, University of Brighton, Lund University, Jacobs University (Bremen)…).

Finalement, cette seconde présentation a mis en exergue les questions de regard(s), de point(s) de vue, de parti(s) pris mais aussi de temporalités en ce qui concerne les objets et leurs usages.

Ces deux études, conjointement aux réflexions développées antérieurement, nous ont permis de dégager certains grands axes en vue de la rédaction de l’appel à communication lors du prochain atelier. Ainsi, plusieurs thèmes nous apparaissent particulièrement prégnants à savoir :

  • Axe 1 : L’objet dans sa matérialité, qui serait un axe approfondi par les différentes définitions relevées au fur et à mesure de nos ateliers (en mobilisant notamment les concepts de « chose », d’« objet », de « matérialité », de « non-humain », de « bien meuble et immeuble », ou encore d’« objet-signe »).

 

  • Axe 2 : Les représentations de l’objet dans son environnement, qui soulèverait quant à lui des questions relatives aux usages et aux temporalités des objets organisés autour du triptyque suivant : objet in visu, objet in situ et objet in vivo.

 

 

  • Axe 3 : Les liens entre sujet et objet, qui permettrait de revenir sur la ou les relation(s) individu(s)-objet(s), une thématique qui nous a semblé particulièrement importante dans les diverses présentations effectuées lors des précédents ateliers.

 

Ces axes ne sont pour l’instant que des lignes fortes permettant d’amorcer et de cadrer notre réflexion dans le but de rédiger l’appel à communication d’ici le 15 février 2017 (date du quatrième atelier). Dans cette optique, nous avons pris le parti de rédiger un texte de manière participative afin de finaliser la rédaction lors de la séance du 15 février 2017 entre 11h30 et 13h30. La dernière version retenue, sera mise en ligne ultérieurement sur le carnet hypothèse des jeunes chercheurs.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *