Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web – Sophie Gebeil

Par  Sophie GEBEIL, UMR TELEMME (7303), 3°  année de thèse

Sous la direction de Maryline Crivello

Le caractère inédit de ce doctorat d’histoire réside dans le recours à un corpus composé principalement de sites internet extraits des archives françaises du Web. Certes une réflexion historiographique a été menée sur le Web (temporalités, édition, usages), mais la volatilité des données en ligne en l’absence d’archives institutionnelles, a constitué un frein à la recherche. En effet, le contrat de vérité qui lie l’historien à son lecteur, doit permettre à ce dernier, grâce aux références citées dans les notes de bas de page, d’avoir accès aux sources utilisées. L’archive constitue ainsi l’essentiel de l’opération initiale de la recherche en histoire. Ce travail n’aurait donc pas été réalisable sans l’existence en France, depuis 2006, d’un dépôt légal du Web partagé entre l’INA et la BNF. Concernant le domaine média, l’archive Web de l’INA permet de garantir l’identification, l’accessibilité et la pérennité des sites Web qui peuvent alors faire l’objet d’un questionnement historique. Elle rend également accessible les sites archivés grâce à un navigateur de consultation multicritère adapté aux besoins du chercheur. De ce fait, comme la télévision, le Web intègre ainsi l’histoire des médias sans s’exonérer d’une réflexion épistémologique et méthodologique approfondie.

Ce doctorat s’inscrit également dans le cadre de l’ANR ECRIN portant sur l’ « Arabe » à l’écran de 1962 à nos jours. Il s’agit d’un projet de recherche axé sur l’histoire de l’immigration et des représentations. Au-delà du constat d’une inégalité de traitement du Maghrébin – particulièrement de l’Algérien – dans les médias et dans le cinéma français depuis 1962, l’objectif est de cerner les évolutions des divers préjugés qui font de l’immigré maghrébin et de ses descendants une figure de l’altérité, imaginaire et souvent menaçante. L’enjeu est aussi de questionner le rôle des médias dans ce processus tout en prenant en compte l’évolution du contexte français et international.

A partir de la consultation du dépôt légal du Web de l’INA, l’analyse des sites traitant de l’immigration maghrébine a abouti à une série d’interrogations. Quelles sont les représentations de l’immigration maghrébine, processus historique s’inscrivant dans la longue durée, dans les archives du Web ? En quoi sont-elles spécifiques par rapport aux autres médias ? Au regard d’un contexte marqué par la concurrence des mémoires et dans une réflexion sur les usages du passé, quelles sont les mémoires de l’immigration maghrébine en ligne ? Cette pluralité des mémoires implique l’étude des différents acteurs (individus, groupes, diffuseurs de contenus, « communautés », associations, institutions). Enfin se pose la question de la concomitance des mémoires dans un nouvel espace virtuel. Le Web est-il ainsi, pour ces mémoires plurielles, un lieu d’affrontements, d’échanges, de consensus ou de coexistence ?

Les premiers résultats témoignent de la spécificité des dispositifs mémoriaux en ligne, du fait de l’interconnectivité et de l’interactivité qui caractérisent le Web. Du  blog au web-documentaire interactif en passant par les vidéos mises en ligne sur les sites de partages, une grande diversité formelle caractérise le corpus, allant des sites les plus classiques, les plus simples techniquement, aux projets les plus ambitieux. Au-delà de la forme, la liberté de publication dont disposent les internautes, permet aux discours les plus alternatifs, contestataires et parfois extrémistes, de s’octroyer une certaine visibilité dont ils ne bénéficient pas auprès des médias traditionnels. Les mémoires de l’immigration maghrébine en ligne relaient ainsi des visions divergentes du passé. Bien souvent, chaque site met en exergue un évènement particulier au détriment du contexte général, donnant à voir une chronologie difforme où une période est surreprésentée. Dans ces dispositifs, des thématiques récurrentes émergent : la répression policière du 17 octobre 1961, la place accordée aux témoins et la relation ambigüe entre banlieue et immigration. Enfin, point souvent difficile d’accès en histoire des médias, le Web permet d’accéder à la réception de ses discours à travers les systèmes de comptabilités, la diffusion des contenus sur d’autres sites, les commentaires et les réseaux sociaux. A travers la réception, c’est ainsi la cohabitation de ces mémoires plurielles qui est en jeu sur le Web. Si les commentaires montrent la mise en concurrence de ces discours pouvant aller jusqu’à une certaine agressivité verbale, ces mémoires opposées se répondent à distance. Dans ce paysage, les sites institutionnels font figure de modérateurs qui proposent une mémoire consensuelle en vue de l’intégrer au récit national. A l’inverse, les sites extrémistes se nourrissent entre eux dans un déni de pluralité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *