La Coopération Méditerranéenne Pour L’Énergie Solaire (COMPLES), solutions techniques pour pays ensoleillés – Sophie PEHLIVANIAN

La Coopération Méditerranéenne Pour L’Énergie Solaire (COMPLES), solutions techniques pour pays ensoleillés

Par Sophie PEHLIVANIAN – Doctorante en Histoire (5e année), sous la direction de Denis Varaschin, Université de Savoie.

Au cours de la seconde moitié du vingtième siècle, la recherche sur les usages de l’énergie solaire a intégré les milieux institutionnels en vue de développements scientifiques, et parfois industriels, d’une source d’énergie encore assez peu valorisée avant la Deuxième Guerre mondiale. Les balbutiements qui ont mené aux utilisations actuelles de la source solaire témoignent de la mise en œuvre d’outils multiformes et d’une grande pluridisciplinarité scientifique des acteurs.

Devant l’importance que revêtent aujourd’hui les techniques solaires dans le débat public, et l’oubli d’une grande partie de l’histoire française relative à l’exploitation de cette source d’énergie, un travail d’investigation patrimoniale semblait pertinent. La récolte des traces d’une recherche solaire française s’est appuyée sur des témoins matériels ou vivants qui ont tissé des technologies, des méthodes, des réseaux, ayant permis au solaire de se développer d’une façon hétérogène et irrégulière, durant une cinquantaine d’années.

Cette multitude de petites histoires est centrée sur une poignée de passionnés qui, à force de détermination et de génie, sont parvenus à hisser le solaire au rang des sources d’énergie potentielles. Par exemple, l’une de ces histoires, dont le territoire se situe autour du bassin méditerranéen, concerne la création de la COopération Méditerranéennes Pour L’Énergie Solaire (COMPLES). Il s’agit là de regrouper, en 1962, quelques chercheurs dont les préoccupations se rejoignent.

Ce n’est pas tant les résultats scientifiques obtenus par les membres de cette coopération qui sont originaux, mais plutôt le concept même d’une première collaboration scientifique qui ferait pendant aux instances américaines, autour d’un domaine de recherche qui est alors dispersé et peu relayé en Europe. Sans se soucier des paramètres politiques qui unissent ou éloignent leur pays, les membres de la COMPLES parviennent à fédérer une dynamique scientifique autour de problématiques novatrices.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *