Les centrales photovoltaïques au sol et leurs opérateurs dans les territoires méditerranéens français. État des lieux et types d’opérateurs dominants – Kévin DURUISSEAU

Les centrales photovoltaïques au sol et leurs opérateurs dans les territoires méditerranéens français. État des lieux et types d’opérateurs dominants

Par Kévin DURUISSEAU – Doctorant en Géographie (3e année), sous la direction de Sylvie Daviet, Aix-Marseille Université

 

Le système énergétique dominant – des pays du Nord – est confronté à deux limites inhérentes à ses propriétés : [1] la raréfaction des énergies fossiles et fissiles conventionnelles à moyen et long terme (Merlin, 2008) ; et [2] le réchauffement climatique observable actuellement (Tsayem-Demaze, 2011). Ces propriétés et la hausse de la demande énergétique mondiale nous interrogent sur la durabilité de notre système et plus largement sur la durabilité de notre modèle de développement. Actuellement, nous assistons à une conscientisation de la question énergétique et environnementale qui a permis l’émergence de politiques publiques visant le développement des énergies renouvelables et au-delà une transition énergétique (Vaché, 2009 ; Chanard, 2011). Ces politiques publiques s’inscrivent dans un contexte d’ouverture et de libéralisation des marchés européens et français de l’électricité (Grand & Veyrenc, 2011), permettant une multiplication des acteurs énergétiques, et d’une miniaturisation des moyens de production d’électricité renouvelable (Dunsky, 2004), autorisant une décentralisation du système électrique. Des dynamiques de territorialisation des énergies renouvelables, et en particulier de l’énergie photovoltaïque au sol, sont ainsi apparues ces dernières années. Malgré des études récentes (Dubois & Thomann, 2012), l’implication des territoires méditerranéens français dans la transition énergétique et plus particulièrement dans le développement des énergies renouvelables a été peu questionnée. Or, la ressource solaire et les disponibilités foncières dans l’arrière-pays méditerranéen font de ces territoires des lieux privilégiés d’implantation de centrales photovoltaïques au sol.

Cette communication vise donc à interroger les dynamiques d’implantation de ces nouvelles infrastructures industrielles dans les territoires méditerranéens français (Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d’Azur).

Je réaliserai, dans une première partie, un état des lieux des centrales photovoltaïques au sol et de leurs opérateurs dans les territoires méditerranéens français. Il me permettra de dégager plusieurs dynamiques et plus particulièrement leurs conditions de développement et leurs facteurs de localisation (Mérenne-Schoumaker, 2002). J’analyserai ensuite, dans une seconde partie, ces données à l’aune des trois phases de territorialisation du photovoltaïque au sol en France, résultant de l’évolution des conditions socio-techniques et qui révèle, selon nous, une certaine « dépendance de sentier » (North, 1990 ; Pierson, 1997) des politiques publiques énergétiques françaises, et à une typologie des opérateurs.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *