Compte-rendu de lecture « The Materiality of Everyday Life » (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015).

Cet article s’inscrit dans la recherche concomitante en anthropologie et en archéologie. A travers lui, les auteurs ont l’ambition de présenter la convergence entre les théories qui relèvent de la « matérialité » d’une part et celles de la « vie quotidienne » d’autre part.En ce sens, une première définition de la matérialité est donnée dès l’introduction. Pour les auteurs, ce terme correspondrait à : la relation mutuelle entre les individus et le monde matériel. La « vie quotidienne » quant à elle, s’entend comme l’ensemble des pratiques ordinaires comprises dans la plupart des existences humaines.
Le postulat de départ des auteurs est de souligner l’importance des études à l’échelle de la vie quotidienne (au jour le jour) en tenant compte des activités matérielles des individus afin de constituer ou de reconstituer les structures sociales dans lesquelles ces pratiques et activités matérielles s’inscrivent.
Ainsi, les identités sociales individuelles se construiraient en relation directe avec des objets concrets/matériels. Par ailleurs, l’archéologie est une discipline particulièrement à même de se positionner dans ces champs de recherche dans le sens où elle s’intéresse à la fois aux objets et aux individus (et surtout aux liens qui existent entre les deux).
Pour les auteurs, la construction de nouvelles normes sociétales et de nouvelles relations politico-sociales entre les individus passe indubitablement par les objets (« les choses ») du quotidien.
Le fait de prêter attention à la matérialité de l’ordinaire au cœur des pratiques la vie quotidienne montre à quel point ces dernières sont liées à la vie sociale et ont un rôle particulièrement prégnant dans l’élaboration d’une société à toutes les échelles (de l’échelle individuelle à l’échelle globale en passant par les échelles locales ou régionales).Theories of Materiality

Dans cette partie, les auteurs se proposent d’établir un état de l’art concernant les théories de la matérialité. En ce sens, la première décennie du XXIème siècle offre un bon témoignage de ce que l’on appelle le « material turn » ou l' »artifactual turn« , c’est-à-dire, l’étape qui suit directement le « social turn » selon Bruno LATOUR (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015).
L’idée au cœur du « material turn » est finalement de prioriser l’aspect matériel à l’aspect individuel ou social au cœur d’un sujet d’études spécifique.
D’une manière générale, les chercheurs en SHS (philosophie, littérature, géographie, sociologie, histoire, anthropologie…) vont progressivement considérer :  » […] la vitalité du monde matériel et son importance quant à la constitution d’une société donnée. » (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015, p.2, traduction personnelle).
Dans la mouvance du « material turn« , l’archéologie – qui a toujours permis de souligner l’importance du rôle des objets dans différents cas d’études – a approfondi cela en tentant de montrer le rôle actif de la matérialité dans le passé.
Le concept de matérialité a connu plusieurs évolutions et les auteurs soulignent le fait qu’il existe encore plusieurs écoles de pensée à propos de la place des objets dans les études d’archéologie notamment. Deux courants relativement antagonistes s’opposent : d’un côté, les tenants de l’objet en tant qu’acteur à part entière et de l’autre, ceux qui le considèrent uniquement à travers les liens qu’il entretient avec les hommes.
Dans le cadre de cet article, la définition choisie (Cf. définition donnée en introduction), permet finalement d’intégrer l’ensemble de ces approches (volonté des auteurs) et propose donc de considérer la matérialité à travers le prisme de la vie quotidienne.

Theories of Everyday Life.

Le fait de marcher, de parler, d’habiter, de se rencontrer, de jouer ou encore de prier constitue un ensemble d’actions au cœur de la vie quotidienne. Il s’agit de « pratiques quotidiennes » (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015, p.3) qui permettent notamment de construire, de percevoir ou de modifier le monde.
L’un des objectifs de cet article est de mettre en lumière l’importance du quotidien et notamment des objets du quotidien dont l’apparente banalité traduit en fait un profond ancrage dans la vie quotidienne et l’établissement progressif de sociétés.
Pour les auteurs:  » Les routines du quotidien sont le centre d’activités et d’interactions qui donnent à la fois forme et sens à notre monde et qui nous donnent la capacité de former notre monde en lui donnant du sens. » (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015, p.3, traduction personnelle).
De plus, la jointure entre les échelles relevant du micro (sphère personnelle, individuelle, échelle des expériences personnelles, etc.) et du macro (institutions, sociétés, relations de pouvoir, etc.) est rendue possible grâce à toutes les expériences quotidiennes vécues par les individus.
En ce sens, la vie quotidienne, à travers des objets ordinaires (instruments de cuisine, vêtements, outils…) et des lieux ordinaires (maison, jardin, rue…) constituent les clés grâce auxquelles les individus parviennent à comprendre leur monde (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015).

The Materiality of Everyday Life.

En archéologie, le lien entre la matérialité est la vie quotidienne permet notamment d’étudier comment les objets agissent ou rétroagissent sur une société donnée.
 » La matérialité de la vie quotidienne démontre en quoi la culture matérielle est active, agit rétrospectivement de la même manière que la répétition de pratiques matérielles permet de constituer les personnes, les lieux et les relations sociales. » (OVERHOLTZER, ROBIN, 2015, p.4).
Il s’agit donc de montrer la dimension active des objets en tant qu’éléments structurant de la vie quotidienne et de la société en générale.

The Materiality of Everyday Life across Social and Temporal Scales.

La dernière partie de l’article s’intéresse aux questions d’échelle et de ce point de vue, les auteurs montrent que la matérialité de la vie quotidienne peut être étudiée à la fois à différentes échelles spatio-temporelles (différentes époques et différents terrains d’études) mais aussi à différentes échelles sociales (du micro au macro: de l’individu et ses pratiques quotidiennes personnelles à l’établissement d’une société et la négociation du pouvoir politique par exemple).

Conclusion.

Ouverture des auteurs sur le fait que la matérialité de la vie quotidienne constitue pour l’archéologie mais aussi pour d’autres sciences sociales un champ de recherche qu’il serait particulièrement fructueux d’approfondir et de développer en mobilisant justement des approches pluridisciplinaires.

Source: OVERHOLTZER L., ROBIN C., 2015, “The Materiality of Everyday Life: An Introduction”, in ARCHEOLOGICAL PAPERS OF THE AMERICAN ANTHROPOLOGICAL ASSOCIATION, Vol. 26, pp. 1–9.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *