De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ? Max LUACES

De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ?

Par Max LUACES, doctorant en archéologie, Université de Lyon 2/ Université de Cadix, UMR 5189 HISOMA

Ma contribution au cours de cette journée d’étude a eu pour objectif d’interroger le rôle de certains objets archéologiques dans les dynamiques socio-culturels antiques. J’ai souhaité examiner l’influence réciproque des amphores dites tardo-puniques par rapport à l’intégration des populations du détroit de Gibraltar par Rome. Il s’agissait d’analyser différents aspects de « l’existence sociale » de ces amphores[1], afin de mieux comprendre les transformations qui ont marqué plusieurs cités de ce secteur après la deuxième Guerre Punique (218-202 av. J.-C.). En tant que conteneur commercial, l’amphore était d’abord utilisée pour le transport maritime durant l’Antiquité, une fonction qui en faisait un support de premier plan pour les différentes marques liées aux transactions marchandes. Il s’agissait également d’objets techniques en lien avec des chaînes opératoires (la matière première était préparée, puis tournée et séchée, et enfin cuite dans un four), des procès éminemment sociaux puisqu’ils étaient le résultat d’interactions entre agents. En outre, les morphologies de ces objets étaient l’expression des traditions et de l’esthétique de ceux qui les fabriquaient, ce qui a abouti à la production d’une multitude de formes d’amphores, corrélées à des zones de production, à des contenus et à des cultures spécifiques. Continuer la lecture de De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ? Max LUACES

Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

Cette année, les Jeunes Chercheurs TELEMMe sont partenaires de la revue de sciences sociales Forma. Revista d’Estudis Comparatius de l’Université de Pompeu Fabra à Barcelone. Ainsi, Forma propose un numéro thématique en lien avec le thème de la Journée des Jeunes Chercheurs TELEMMe du 3 mai 2017, autour des objets et de la prise en compte de la matérialité dans les sciences sociales.

Forma a donc ouvert un appel à contribution intitulé « The object. A research path in Humanities and Social Sciences » pour le 29 septembre 2017. Continuer la lecture de Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

« Objets en réflexion(s) »-Programme de la Journée Jeunes Chercheurs du 3 mai 2017

Vous trouverez ci-joint le programme de notre journée Jeunes Chercheurs annuelle consacrée aux objets et à l’appréhension de la matérialité dans les sciences humaines et sociales. Elle vient clore un cycle d’ateliers doctoraux dédié à ces mêmes questions.

Programme_objets_en_réflexion_3_mai_2017

Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales

Appel à communication

Journée « jeunes chercheurs TELEMMe » du 3 mai 2017

Les objets comme objet d’étude.

Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales ?

 

Parmi les tournants épistémologiques qui ont traversé les sciences humaines et sociales, le « material turn » a reçu, depuis les années 1980, un écho particulièrement vif au sein de nombreuses disciplines. Qu’il s’agisse des réflexions autour du concept de « sémiophore » (POMIAN, 1987), des études sur la culture matérielle (ROCHE, 1997), ou encore des « visual studies » où les artefacts sont envisagés comme porteurs de significations, toutes suggèrent de dépasser l’apparente banalité des choses du quotidien. Continuer la lecture de Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales

Compte-rendu atelier jeunes chercheurs n°3 (27/01/2017).

Le troisième atelier doctoral des jeunes chercheurs TELEMME s’est tenu le vendredi 27 janvier 2017 de 14h à 16h.

Il a été pour nous l’occasion d’approfondir notre réflexion sur la place des objets dans les recherches en sciences humaines et sociales notamment à travers les présentations de Sergi SANCHO et d’Alexandre MAHUE. Après avoir évoqué l’échéancier de nos ateliers dans l’optique de rédiger l’appel à communication lors du quatrième atelier, Sergi SANCHO a donc proposé une réflexion sur les processus de « choséification » ou de « réification » (du latin res (le bien, la chose, l’objet) qui traduisent finalement une personnification des objets et des choses afin de les rendre plus concrets par le biais de caractéristiques humaines. Par la suite, Sergi est revenu sur la place conférée aux objets notamment dans les théories féministes et marxistes. Continuer la lecture de Compte-rendu atelier jeunes chercheurs n°3 (27/01/2017).

Compte rendu du deuxième atelier, 12 décembre 2016

Le deuxième atelier doctoral des jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe s’est déroulé lundi 12 décembre 2016, de 13h30 à 15h30.

Cette séance était consacrée à une réflexion épistémologique sur le sujet choisi, les objets comme objet d’étude, ou comment appréhender la matérialité dans les sciences humaines et sociales. Durant cette séance, nous avons tenté de définir la notion d’objet, mais aussi de chose, au regard de différentes sciences sociales. Trois entrées ont été proposées pour penser ces notions  Continuer la lecture de Compte rendu du deuxième atelier, 12 décembre 2016

La culture matérielle en histoire moderne. Entre approches anciennes et nouvelles perspectives

Atelier doctoral jeunes chercheurs TELEMME n°1

La culture matérielle en histoire moderne: Entres approches anciennes et nouvelles perspectives

 

Claire Boër

La culture matérielle : essai de définition

Définie dans les années 1920 comme « l’ensemble des formes acquises de comportements dans les sociétés humaines » par l’anthropologue Marcel Mauss (Mauss, 2007 [1ère édition 1923-1924]), la culture englobe les gestes, les croyances, les rituels, savoir-faire, visions du monde, sentiments et perceptions des individus qui composent les sociétés. De cette première notion découle celle de « culture matérielle », à laquelle plusieurs définitions sont attachées. La culture matérielle peut d’abord être définie comme « l’ensemble des objets fabriqués par l’homme et appréhendés sous un angle social et culturel » (Julien, Rosselin, 2005, p.1). La culture matérielle n’est pas figée et évolue selon les époques et les contextes. Continuer la lecture de La culture matérielle en histoire moderne. Entre approches anciennes et nouvelles perspectives