Archives par mot-clé : journées jeunes chercheurs

Marion BRETEAU, De l’économie du mariage et des moralités à Mascate – Oman

Rite de passage par excellence et temps d’exposition de soi, les fêtes de mariage au Sultanat d’Oman sont un phénomène qui met en branle un ensemble d’enjeux sociaux déterminants. A l’appui d’exemples concrets issus d’une enquête de terrain ethnographique durant l’année 2015, l’objectif de réflexion est d’explorer la notion d’économie dans une perspective anthropologique. En ces termes, sont compris les processus de production et de circulation de la moralité, du symbolique mais aussi de la dimension subjective et individuelle de l’expérience sociale.
Continuer la lecture de Marion BRETEAU, De l’économie du mariage et des moralités à Mascate – Oman

Julia CONESA SORIANO, Entre discours et pratiques : concevoir la gestion économique des établissements religieux. L’exemple de la cathédrale de Barcelone à la fin du Moyen Âge

À l’époque médiévale, l’Église est l’un des principaux propriétaires fonciers[1]. La richesse de l’institution, que ce soit celle des puissants ordres monastiques tels que Cluny ou celle des seigneuries épiscopales qui détiennent des cités entières, n’est plus à démontrer. Par les donations des fidèles, par les rentes perçues sur leurs domaines, par le prélèvement de dîmes et l’exercice des droits banaux, les établissements religieux accumulent des richesses et constituent de véritables acteurs économiques dans le monde médiéval, développant des stratégies économiques avérées (concentration des terres, usage indirect du crédit à travers la vente de rentes constituées[2], etc.). Jacques Chiffoleau[3] a bien montré, cependant, la spécificité de l’institution ecclésiale du point de vue économique, par rapport aux autres seigneuries médiévales. L’Église n’est pas supposée viser la rentabilité, elle s’appuie sur les donations des fidèles qui ont pour finalité d’assurer le salut des âmes par la célébration de messes et elle porte un discours restrictif sur l’économie, prohibant notamment l’usure. Au-delà des considérations théologiques sur le rapport entre spiritualité et économie, comment l’Église s’assume-t-elle, au quotidien, en tant qu’acteur économique ? Comment le clergé en charge de son administration, dont la tâche est de veiller à la préservation des intérêts de l’établissement, conçoit-il la dimension économique de ses fonctions ?
Continuer la lecture de Julia CONESA SORIANO, Entre discours et pratiques : concevoir la gestion économique des établissements religieux. L’exemple de la cathédrale de Barcelone à la fin du Moyen Âge

Héléna HACHMANN, Une analyse du discours économique : sur quelles hypothèses reposent les modèles économiques ? Le cas de la modélisation des risques financiers

Dans le travail présent, l’analyse du discours devrait être comprise en tant qu’analyse de la rhétorique économique. Depuis les années 1980, le rôle de la rhétorique en économie a été discuté dans les travaux des économistes comme Arjo KLAMER, Deirdre MC CLOSKEY ou Warren SAMUELS. Pour ces théoriciens, les arguments des économistes sont acceptés ou rejetés par leurs pairs plutôt sur la base des critères rhétoriques que celles du raisonnement scientifique. Dans ce contexte, le terme rhétorique ne se limite pas à des expressions langagières, mais désigne également les propositions formalisées, comme les modèles mathématiques. Le programme rhétorique a été critiqué notamment par des auteurs qui travaillent sur la méthodologie ou la philosophie économique. Ceux-ci ont par exemple insisté que la méthodologie proposée dans les travaux sur la rhétorique des économistes, qui se limiterait à recommander certaines règles éthiquement bonnes pour l’usage de la rhétorique, mènerait la discipline au relativisme (BLAUG 1987, ROSENBERG 1988 a,b). Aussi, en néant toute capacité prédictive de la discipline économique, le programme rhétorique aurait négligé les domaines où les théories économiques ont été confrontées avec succès à la réalité.

Marjolaine Gros-Balthazard, La désindustrialisation: des déterminants macro-économiques aux effets territoriaux

Un mouvement de désindustrialisation est à l’œuvre en France, comme dans la majorité des pays développés. Un large consensus existe autour des déterminants principaux du recul de l’emploi industriel, avec une tentative notable de quantifier la contribution de chacun (Demmou, 2010). De profondes mutations structurelles, à savoir les gains de productivité et l’externalisation, exercent un poids sur l’emploi (Bost, 2014; Leboutte, 1997). A celles-ci s’ajoute une tendance à l’accroissement de la compétition internationale depuis le début des années 1990. Les mutations structurelles et l’apparition de nouveaux concurrents contribuent à l’apparition d’une triple dictature (Bouba-Olga, 2009) pour les entreprises : dictature des coûts, dictature des compétences, dictature financière. Au-delà même d’une désindustrialisation, nous pourrions même plus globalement parler d’une réorganisation des activités productives au niveau mondial.
Continuer la lecture de Marjolaine Gros-Balthazard, La désindustrialisation: des déterminants macro-économiques aux effets territoriaux

Lucie LAZARO, Les « externalités » du pastoralisme collectif pyrénéen ou l’histoire d’une marchandisation des relations qui n’a pas (encore) eu lieu.

Le début des années 2000 est marqué par le retour politico-médiatique du pastoralisme dans un contexte de réintroductions ursines et de montée en puissance des préoccupations sociales relatives à la prise en compte d’une agriculture multifonctionnelle.

Ce réinvestissement politique et social de l’élevage pastoral s’accompagne d’un changement de discours de la part des acteurs du pastoralisme. Dans les Pyrénées, la profession agricole et l’ingénierie pastorale se saisissent d’un certain nombre de vocables « empruntés » aux sciences économiques pour désigner cette forme singulière d’agriculture et pour mettre en avant un ensemble d’effets positifs du pastoralisme pour la société. Cet accaparement des « mots de l’économie » pour qualifier le pastoralisme provient d’un double mouvement :
Continuer la lecture de Lucie LAZARO, Les « externalités » du pastoralisme collectif pyrénéen ou l’histoire d’une marchandisation des relations qui n’a pas (encore) eu lieu.

Journée Jeunes Chercheurs : L’espace au cœur des sciences sociales, Théorie et cas d’études

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la prochaine journée d’études jeunes chercheurs TELEMME, intitulée « L’espace au cœur des sciences sociales, Théorie et cas d’études ». Celle-ci se déroulera le mercredi 27 mai de 9h à 17h, salle Duby, à la MMSH

Vous trouverez le programme ci-dessous:

journée jeunes chercheurs telemme 2015

Programme journée jeunes chercheurs

Nous vous invitons à venir nombreux à cette journée!

Les jeunes chercheurs TELEMME.

 

Crédits photographiques: Beyrouth, 2013, cliché Assaf Dahdah

Journée jeunes chercheurs du laboratoire TELEMME, le 27 mai 2015 – Appel à communications

L’espace en Méditerranée : supports, enjeux et instruments de pouvoirs
Journée Jeunes Chercheurs de l’UMR 7303 TELEMME
Mercredi 27 mai 2015, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence

 

Depuis près de soixante ans, un tournant épistémologique majeur influence l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales : le tournant spatial ou spatial turn. Cette réorientation paradigmatique est le fruit d’un changement de regard porté sur le monde et qui a par la suite transformé nos modes de réflexion (Michel Foucault, « Des espaces autres », 1967). En effet, interroger la dimension spatiale des sociétés et analyser celles-ci à partir d’une entrée spatiale a constitué une révolution dans la mesure où cet aspect structurant a longtemps été négligé au profit d’une dimension temporelle des rapports sociaux. Sous l’influence des travaux du philosophe Martin Heidegger (Bâtir, habiter, penser, 1951), ou de ceux du géographe et philosophe Henri Lefebvre (La production de l’espace, 1974), l’espace des sociétés n’est désormais plus seulement entrevu comme une abstraction, un donné physique inerte, un simple décor du jeu social. À l’inverse, l’être humain est désormais reconnu comme ontologiquement spatial (Michel Lussault, L’homme spatial, 2007) et l’espace comme résultant de ses actions et de ses représentations. En somme, l’espace des sociétés est la scène qui rend possible les interactions « face à face » (Goffman, Les rites d’interaction, 1974) tout en se construisant comme le produit du jeu social et des rapports de pouvoirs inhérents entre les différents acteurs impliqués. Continuer la lecture de Journée jeunes chercheurs du laboratoire TELEMME, le 27 mai 2015 – Appel à communications