Archives par mot-clé : objets

La perception des porcelaines chinoises en France dans la seconde moitié du XIX ième siècle – Lucie CHOPARD

La perception des porcelaines chinoises en France dans la seconde moitié du XIX ième siècle 

Par Lucie Chopard, doctorante en histoire de l’art, AMU-CNRS, UMR 7503 TELEMMe

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que le Japon s’impose comme une source d’inspiration artistique, et que l’image de la Chine et de ses habitants se ternit, plusieurs collections de porcelaines chinoises, privées et publiques, sont réunies en France. Rarement isolées, souvent associées à d’autres objets orientaux ou occidentaux, ces pièces sont regroupées au sein d’ensembles importants par leur taille et par leur nombre. Ces collections rompent avec l’engouement pour les productions chinoises que connaît la France aux XVIIe et XVIIIe siècles : les marchands et les collectionneurs se tournent désormais vers de nouvelles pièces, s’éloignant des porcelaines montées et des bleu et blanc. Continuer la lecture de La perception des porcelaines chinoises en France dans la seconde moitié du XIX ième siècle – Lucie CHOPARD

De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ? Max LUACES

De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ?

Par Max LUACES, doctorant en archéologie, Université de Lyon 2/ Université de Cadix, UMR 5189 HISOMA

Ma contribution au cours de cette journée d’étude a eu pour objectif d’interroger le rôle de certains objets archéologiques dans les dynamiques socio-culturels antiques. J’ai souhaité examiner l’influence réciproque des amphores dites tardo-puniques par rapport à l’intégration des populations du détroit de Gibraltar par Rome. Il s’agissait d’analyser différents aspects de « l’existence sociale » de ces amphores[1], afin de mieux comprendre les transformations qui ont marqué plusieurs cités de ce secteur après la deuxième Guerre Punique (218-202 av. J.-C.). En tant que conteneur commercial, l’amphore était d’abord utilisée pour le transport maritime durant l’Antiquité, une fonction qui en faisait un support de premier plan pour les différentes marques liées aux transactions marchandes. Il s’agissait également d’objets techniques en lien avec des chaînes opératoires (la matière première était préparée, puis tournée et séchée, et enfin cuite dans un four), des procès éminemment sociaux puisqu’ils étaient le résultat d’interactions entre agents. En outre, les morphologies de ces objets étaient l’expression des traditions et de l’esthétique de ceux qui les fabriquaient, ce qui a abouti à la production d’une multitude de formes d’amphores, corrélées à des zones de production, à des contenus et à des cultures spécifiques. Continuer la lecture de De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ? Max LUACES

Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

Cette année, les Jeunes Chercheurs TELEMMe sont partenaires de la revue de sciences sociales Forma. Revista d’Estudis Comparatius de l’Université de Pompeu Fabra à Barcelone. Ainsi, Forma propose un numéro thématique en lien avec le thème de la Journée des Jeunes Chercheurs TELEMMe du 3 mai 2017, autour des objets et de la prise en compte de la matérialité dans les sciences sociales.

Forma a donc ouvert un appel à contribution intitulé « The object. A research path in Humanities and Social Sciences » pour le 29 septembre 2017. Continuer la lecture de Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales

Appel à communication

Journée « jeunes chercheurs TELEMMe » du 3 mai 2017

Les objets comme objet d’étude.

Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales ?

 

Parmi les tournants épistémologiques qui ont traversé les sciences humaines et sociales, le « material turn » a reçu, depuis les années 1980, un écho particulièrement vif au sein de nombreuses disciplines. Qu’il s’agisse des réflexions autour du concept de « sémiophore » (POMIAN, 1987), des études sur la culture matérielle (ROCHE, 1997), ou encore des « visual studies » où les artefacts sont envisagés comme porteurs de significations, toutes suggèrent de dépasser l’apparente banalité des choses du quotidien. Continuer la lecture de Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales

La culture matérielle en histoire moderne. Entre approches anciennes et nouvelles perspectives

Atelier doctoral jeunes chercheurs TELEMME n°1

La culture matérielle en histoire moderne: Entres approches anciennes et nouvelles perspectives

 

Claire Boër

La culture matérielle : essai de définition

Définie dans les années 1920 comme « l’ensemble des formes acquises de comportements dans les sociétés humaines » par l’anthropologue Marcel Mauss (Mauss, 2007 [1ère édition 1923-1924]), la culture englobe les gestes, les croyances, les rituels, savoir-faire, visions du monde, sentiments et perceptions des individus qui composent les sociétés. De cette première notion découle celle de « culture matérielle », à laquelle plusieurs définitions sont attachées. La culture matérielle peut d’abord être définie comme « l’ensemble des objets fabriqués par l’homme et appréhendés sous un angle social et culturel » (Julien, Rosselin, 2005, p.1). La culture matérielle n’est pas figée et évolue selon les époques et les contextes. Continuer la lecture de La culture matérielle en histoire moderne. Entre approches anciennes et nouvelles perspectives