Les morphinomanes et leur seringue au XIX ième siècle – Zoé DUBUS

Les morphinomanes et leur seringue au XIX ième siècle

Par Zoé Dubus, doctorante en histoire contemporaine, AMU CNRS, TELEMMe, UMR 7303

La morphine est un des premiers médicaments. Synthétisée à partir de l’opium, sa découverte s’étale de 1803 à 1816. Son nom fait référence à la divinité grecque du sommeil, Morphée et par là aux puissantes propriétés calmantes et analgésiques de la substance. La morphine, qui commence à être utilisée sous diverses formes à partir des années 1830 est alors considérée comme le remède par excellence. Le nombre de ses indications ne cesse de croitre.

L’invention de la seringue en 1853 permet d’en décupler les effets. Elle sera nommée « Pravaz », du nom de son inventeur, le chirurgien Charles Pravaz, qui améliore la première version de la seringue moderne, la seringue d’Anel (XVIIIe siècle). Cet outil en argent, de trois centimètres de longueur et de cinq millimètres de diamètre possédait un piston permettant le contrôle de la quantité de substance injectée.  En 1859 le docteur Béhier en popularisera l’usage en France. Peu à peu toutes les couches de la société accèdent à ce produit disponible en pharmacie, de moins en moins coûteux. Personne ne semble avoir d’inquiétude quant à ces pratiques, chacun étant considéré comme libre d’user de ces substances de manière à se soigner ou même à se divertir. L’accoutumance est un effet secondaire de l’opium ou de la morphine qui ne semble pas particulièrement intéresser les médecins. Pourtant, lorsque la seringue devient un outil médical utilisé quotidiennement, ils semblent perdre le savoir ancestral concernant l’utilisation de l’opium puis de la morphine : ils en usent pour certains de manière totalement inconsidérée, sans aucune précaution, et laissent souvent au malade lui-même le soin de disposer librement de la substance.

Ce que nous appelons aujourd’hui la « drogue » devient une réalité spécifique aux alentours de 1880, à partir d’une double rupture. Elle se distingue, d’une part, du modèle de l’ivresse alcoolique en faisant émerger cette frontière entre les substances psychoactives socialisées et celles qui ne le sont pas ; elle se détache, d’autre part, du médicament, tout en conservant des liens ambivalents avec lui : elle n’est plus seulement un outil médical et commence à être perçue et décrite dans ses caractéristiques non thérapeutiques.

C’est à partir de l’usage systématique de la seringue pour administrer la morphine que se développe la morphinomanie : injectée, la substance gagne en puissance et en rapidité d’action. Les médecins sont bien conscients qu’ils sont à l’origine de cette pathologie : la plupart des morphinomanes qu’ils reçoivent sont devenus dépendants à cause de prescriptions médicales. Très vite, une distinction s’opère : il y aurait les bons morphinomanes, malheureuses victimes d’un médecin trop complaisant, et les mauvais, les morphinomanes par vice, qui s’adonnent à la morphine par plaisir. Entre 1880 et 1900, les médecins français sont très préoccupés par l’extension de la morphinomanie, qu’ils considèrent comme une épidémie, mais qui est sans commune mesure avec l’inquiétude causée par l’alcoolisme et qui semble aujourd’hui très surévaluée.

Après avoir expliqué et étudié la dépendance à la morphine, les médecins tentent de renvoyer l’image la plus noire possible des morphinomanes dans le but de dégoûter les curieux qui souhaiteraient s’y adonner. Par le biais des portraits négatifs de l’intoxiqué oisif, improductif, stérile, ils vont imposer des normes en matière de comportement social et des représentations caricaturales des usagers de drogues, en particuliers des femmes. Pour les médecins, il est important de décrire les différents types d’individus susceptibles de consommer de la morphine. Ceux qui retiennent particulièrement leur attention sont les riches mondaines et demi-mondaines, ainsi que les prostituées plus pauvres. Cette condamnation axée sur les femmes et en particuliers les femmes de petite vertu, permet aux médecins de mettre l’accent sur leur sexualité : elles seraient à la recherche de la moindre volupté, d’où leur attrait pour la morphine.

Les médecins de la fin du XIXe siècle constatent également, au sein de cette nouvelle maladie qu’est la morphinomanie, une pathologie singulière, liée à l’usage même de la seringue : certains toxicomanes éprouveraient un attachement immense pour leur outil et ne seraient pas dépendant uniquement du produit mais aussi de l’objet permettant son administration et de tout le rituel constitué autour de cette prise. Cette nouvelle pathologie sera nommée « kentomanie » ou « manie de la piqûre » par le médecin Morel Lavallée en 1911 mais était déjà constatée par les médecins comme Maurice Notta en 1884. De riches morphinomanes font même de leur seringue un bijou en or et pierre précieuses. La seringue présente donc le paradoxe d’être pour les uns un repoussoir absolu, contre la nature et la fonction même de la peau qui forme une couche protectrice, et, pour les autres, l’objet de l’addiction elle-même. Pour la psychanalyse, la seringue représente un symbole quasi érotique de pénétration du corps ; les médecins du XIXe siècles ne manquent pas d’évoquer ce rapport de plaisir charnel qui lient les morphinomanes à leur instrument.

L’usage de la seringue a donc provoqué la morphinomanie. Bien que l’extension de cette maladie soit rétrospectivement restreinte, puisque qu’une thèse de 1897 ne peut répertorier que mille cas dans le monde entier, elle est considérée par les médecins de la fin du XIXe siècle comme un péril majeur pour la Nation. L’archétype de la morphinée, femme sensuelle et perverse, mis en avant par les médecins, leur permet de ne pas se questionner sur la réalité de l’addiction à la morphine : la plupart des morphinomanes sont ainsi des médecins, des infirmiers, des dentistes ; les autres sont très majoritairement devenus dépendants suite à une prescription médicale inconsidérée. Le rapport de fétichisme, de masochisme à l’égard de la seringue décrit par les médecins est indissociable de ce stéréotype de la femme morphinomane à la recherche d’un plaisir morbide. Leur discours péjoratif et stigmatisant à l’égard des morphinomanes est largement repris dans la presse, la littérature, les arts, et perdure encore de nos jours. Quant à la seringue, elle perd peu à peu de son attrait : la morphine, drogue « fin de siècle », est progressivement remplacée chez la jeune génération de la Belle Epoque par deux autres drogues très différentes : la cocaïne, qui ne nécessite pas d’outillage, et l’opium avec son rituel compliqué.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.