Les objets de l’action et l’action des objets. Contribution de la pragmatique à l’analyse des objets- Pierre THOMAS

Les objets de l’action et l’action des objets. Contribution de la pragmatique à l’analyse des objets

Par Pierre Thomas, docteur en sociologie, Université de Lorraine EA 3478 2L2S

Cette contribution examine les rapports qu’entretiennent les humains et les non-humains (les personnes et les choses) au prisme des développements des approches pragmatiques en sociologie[i]. Dans ce cadre, l’action est le résultat d’un travail de coordination des acteurs à des situations faites de personnes et de choses. La communication commencera par rendre compte de la place des objets dans la vie sociale avant de présenter l’éventail des rapports entre humains et non-humains.

 

Caractères sociologiques des objets

On peut examiner deux caractères principaux des objets dans la vie sociale. En premier lieu, les objets sont les « appuis externes »[ii] ou des « équipements externes »[iii] de l’action. Les humains y ont déposé (et disposé) des « repères »[iv] d’action et de jugement[v] qui sont saisis pour évaluer les situations et déterminer l’action à mener. L’observation de séquences d’action simples montre la présence d’objet comme des emplois du temps, des plans, des panneaux de signalisation, des règlements et des procédures, qui balisent la situation et guident les comportements des humains.

Ensuite, il faut mettre en exergue qu’il ne s’agit pas simplement de l’action individuelle. L’action est coordination avec des situations faites d’autres humains. À cet égard, les objets sont les médias par lesquels nous nous coordonnons entre nous. En conséquence des « investissements »[vi] humains déposés en eux, les objets contiennent des impératifs ou des prescriptions et sont les vecteurs de la coordination entre les humains : je m’attends ainsi à ce que les autres s’arrêtent lorsque le feu de signalisation est rouge. De même, dans le BTP, les plans servent aux acteurs à coordonner leur intervention.

 

Rapport entre humains et non humains

Notre contribution peut désormais aborder les différents modes de relation entre humains et non-humains.

D’une part, les objets portent des contraintes de comportements relatives à la vie sociale. Les objets balisent les situations et dressent des attentes de comportements qui, lorsqu’elles ne sont pas respectées engendrent des sanctions comme la critique, la moquerie, la plainte, la contrainte physique, l’amende. Toutefois, les objets n’enferment pas les humains. S’ils portent des contraintes, ils constituent également des « prises »[vii] permettant de développer une action. Dans beaucoup de cas, les dispositifs d’objets balisent les situations sans totalement les saturer. Ils dressent une pluralité de lignes d’action[viii] dans lesquelles les humaines peuvent s’engager.

De fait, on peut identifier une pluralité des rapports entre humains et non humains depuis les situations fermées où les objets font peser une nécessité d’action ; jusqu’aux situations ouvertes où les objets sont des ressources, mobilisables ou non par les humains, pour agir. En conséquence, cette pluralité amène à penser l’arbitraire des choses comme l’arbitraire des personnes, l’engagement des personnes dans les mondes d’objet comme leurs efforts de dégagement de leurs contraintes[ix].

Ainsi, nos travaux ont montré comment les objets portent des contraintes dont il est difficile de se dégager (comme certaines procédures de travail) mais qu’ils constituent également des ressources pour développer des capacités d’action[x].

 

[i] Boltanski L., Thévenot L., 1991, De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1ère édition 1987 ; Dodier N., 1995, Les hommes et les machines, Paris, Métailié ; Latour B., 1984, Les microbes, guerre et paix, suivi de : Irréductions, Paris, Métailié.

[ii] Dodier N., 1993, « Les appuis conventionnels de l’action. Élément de pragmatique sociologique », Réseaux, communication, technologie, société, n°62, vol.11, p. 63-85.

[iii] Trepos J.Y, 1996, La sociologie de l’expertise, Paris, P.U.F, QSJ ?.

[iv] Bessy C., Chateauraynaud F., 1995, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié.

[v] Pierre T., 2014, L’action en force, les forces en action. Sociologie pragmatique des forces, Paris, L’Harmattan.

[vi] Thévenot L., 1986, « Les investissements de formes », Conventions économiques, Paris, P.U.F., (coll. Cahier du C.E.E.), n°29 et dans Le travail : marchés, règles, conventions, Paris, Economica, 1986.

[vii] Bessy C., Chateauraynaud F., 1995, op. cit..

[viii] Thévenot L., 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte ; Dodier N., 1991, « Agir dans plusieurs mondes », Critique, sciences humains : sens social, n° 529-530, juin-juillet 1991, p. 427-458 ; Dodier N., 1993, op. cit.

[ix] Pierre T., 2014, op.cit. chap. V.

[x] Pierre T., 2014, op.cit. ; PIERRE Thomas, 2017, « Le travail social de développement des capacités d’action. Des projets franco-allemands de mobilité interculturelle », Le Sociographe, Hors-série n°9, p.157-181.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.