Les débuts du Mercure François : en quête d’un espace public apaisé (1605-1610)? – Virginie Cerdeira

Par Virginie Cerdeira, TELEMME (UMR 7303),

2ème année de thèse, sous la direction de Guy Le Thiec et Isabelle Luciani

 

Considéré comme le premier périodique français, le Mercure François est associé aux balbutiements de la presse d’Ancien Régime, dont l’acte de naissance est symbolisé par la parution du premier numéro de la Gazette de Théophraste Renaudot, en 1631. A cet égard, les deux titres sont exclus de l’âge d’or de l’affirmation d’une sphère et d’un espace publics critiques situé au tournant des XVIII° et XIX° siècles par le philosophe et sociologue allemand Jürgen Habermas1. En effet, en attribuant à l’espace public une légitimité à critiquer le pouvoir en place, voire à incarner un contrepouvoir, Jürgen Habermas raye nécessairement les périodes antérieures aux premiers frémissements révolutionnaires de l’apogée de la sphère publique. Ainsi, selon cet idéal-type, la période de publication du Mercure François  lui interdit une participation active à un espace public critique constitué en contrepouvoir légitime, tout simplement parce qu’un tel espace public ne saurait exister avant l’émancipation culturelle et économique de la bourgeoisie, dont l’une des caractéristiques est de participer à la formation d’un public de lecteurs. Pourtant, des historiens ont récemment proposé une relecture de la théorie et de la chronologie de l’espace public d’Habermas en tentant d’acclimater les concepts utilisés à des périodes différentes de celles proposées par l’archéologie du sociologue2. C’est à la fois l’efficience de ces relectures,  et le caractère novateur du Mercure François (au moins du point de vue de la périodicité de sa publication) qui m’ont amené à me poser la question de la validité de l’utilisation des volumes du Mercure François comme un observatoire fiable d’un espace public au XVII° siècle. La fréquentation duMercure François peut-elle permettre d’entrevoir l’existence, la structure et le fonctionnement d’une opinion et d’un espace publics dans le premier XVII° siècle français ? C’est cette question centrale qui guide pour l’instant mes recherches. A cet égard, je voudrais explorer quelques pistes principales : la démarche originelle de la fondation du Mercure François, la mise en texte et les modalités de la compilation comme de la publication ainsi que la réception du périodique. C’est aujourd’hui la piste de l’exploration de la démarche fondatrice du périodique que je voudrais interroger plus avant en questionnant l’idée d’une volonté d’apaisement de l’espace public au lendemain des guerres de religion et du régicide du roi pacificateur par les fondateurs du périodique, dont le premier numéro relate les six dernières années de règne du roi Henri IV. Pour cela, il convient de rappeler certaines caractéristiques propres à la source que représente le Mercure François avant d’insister sur le contexte de la publication de son tout premier numéro puis s’interroger sur la trajectoire et la démarche individuelles des hommes du Mercure François, à savoir les imprimeurs-libraires à la tête de la publication, contrefaite ou non, du premier volume du Mercure François.

 

1 Habermas J., L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris, 1978, 324 pages, titre original : Strukturwandel der Öffentlichkeit, Darmstadt: Luchterhand 1962

 

2 P. Boucheron et N. Offendstadt (dir.), L’espace public au Moyen-Age : débats autour de Jürgen Habermas, PUF, Paris, 2011, 380 p. Cet ouvrage collectif a été réalisé à l’issue de plusieurs journées d’études menées par les membres du laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, le LAMOP.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.