Lieux théâtraux et idéologie médicéenne : l’exemple des noces de Marie de Médicis et d’Henri IV – Sonia Zerbib

Par Sonia Zerbib, TELEMME (UMR 7303), 4° année de thèse

Sous la direction de Guy Le Thiec

 

Montrer que les fêtes florentines de la Renaissance contribuent à forger une dynastie voire un Etat moderne est au cœur de mon projet de thèse. Leur donner du sens pour mieux saisir la métamorphose du pouvoir médicéen me permettra d’établir que derrière une histoire du spectacle se dissimule une histoire du pouvoir. C’est en effet par la nature et la culture de la fête que l’édifice politique médicéen, un temps fragile, va s’affirmer comme une monarchie autoritaire. La dimension politique de la fête apparaît donc primordiale. La fête est alors conçue pour honorer les événements qui rythmaient la vie florentine dans l’unique dessein de célébrer le pouvoir princier à une échelle locale mais aussi sur la scène européenne. A ce titre, les noces médicéennes sont au cœur de l’efficacité politique et l’analyse de deux temps forts des noces de Marie de Médicis et d’Henri IV qui ont lieu à Florence le 5 octobre 1600 sera privilégiée ici. Il s’agit d’une part du Banquet des Dieux dans le Salon des Cinq Cents qui marque le début du cycle des festivités et d’autre part du spectacle final, Il Rapimento di Cefalo, l’Enlèvement de Céphale, fable de Gabriello Chiabrera mise en scène au théâtre des Offices.

Il semble important de rappeler que le théâtre de cour est un instrument de gouvernement privilégié par les Médicis et manifeste à partir du XVIème siècle. C’est pourquoi l’examen du rapport qu’entretient l’Histoire avec le théâtre me semble indispensable pour mieux percevoir l’ancrage idéologique médicéen. Autrement dit comment l’historien peut-il appréhender l’univers théâtral pour mieux cerner une idéologie politique en devenir ?

Ce travail qui s’appuie sur diverses sources, notamment sur la chronique officielle de Michel-Ange Buonarroti le Jeune et sur des pièces de théâtre mises en musique, m’a permis de dégager deux lectures qui semblent intéressantes pour montrer que ces festivités répondent du pouvoir médicéen.

La première lecture qui insiste sur le lieu de la fête permet d’émettre l’hypothèse d’une adéquation entre celui-ci et la représentation théâtrale. Si par essence la représentation est éphémère, on peut penser que les lieux dans lesquels elle se déroule ont pour objet de rendre pérennes des contenus politiques et idéologiques et par la même de parvenir à établir ou à consolider le pouvoir. La privatisation du théâtre s’accompagne d’une appropriation des lieux et des structures représentatives, provisoires ou permanentes, afin de rendre légitime une œuvre et donc un pouvoir mis en scène, sur la durée. A cet effet, la mise en scène du Banquet des Dieux dans le Salon des Cinq Cents ou encore la mise en scène de l’œuvre théâtrale de Gabriello Chiabrera dans le théâtre des Offices sanctionnent une montée du pouvoir. C’est ainsi que Philippe Dujardin souligne très justement que « le privé de l’exercice du pouvoir est montré dans l’une des salles les plus publiques de l’Etat ». Le Salon des Cinq Cents, dont la fonction première, entre 1565 et 1569, fut d’être une salle de représentation politique, reste l’espace de l’apogée médicéenne. C’est par son caractère spectaculaire que ce banquet correspond aux attentes idéologiques médicéennes. Le théâtre des Offices quant à lui, premier théâtre permanent inauguré en 1586, renvoie par son caractère moderne à un pouvoir neuf qui se traduit par le statut de dynastie princière confirmé une nouvelle fois aux grands-ducs de Médicis par le triomphe diplomatique que représentent les noces de Marie de Médicis et d’Henri IV. Ainsi ce théâtre des Offices qui incarne à la fois une innovation scénique et musicale peut laisser penser que le pouvoir est stabilisé à son plus haut niveau.

Une deuxième lecture peut être envisagée pour dévoiler le sens idéologique que renferment les pièces de théâtre mises en musique dans le Salon des  Cinq Cents et au théâtre des Offices. Ainsi souligner l’importance du langage symbolique de la fête de la Renaissance et plus particulièrement de son langage mythologique semble indispensable pour déceler le sens caché de ces représentations. Ici, la compétence technique et l’identification du prince à une divinité de l’Olympe se révèlent les moyens les plus efficaces pour exprimer l’idéologie médicéenne et la rendre plus intelligible.

Les noces de 1600 apparaissent ainsi comme le bilan du règne de Ferdinand Ier et plus particulièrement comme un bilan politique et artistique de l’expérience spectaculaire médicéenne. La culture du théâtre que véhiculera Marie de Médicis en France participera à la grandeur des Médicis, définitivement hissés au rang de dynastie européenne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.