Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Soizic Morin, “Des soignantes en conflit au XIXe siècle dans les Bouches-du-Rhône : entre maintien des normes sociales et outil d’émancipation”

L’image d’une soignante docile et obéissante aux docteurs ou aux administrateurs des hôpitaux par exemple est déjà une image d’Épinal pour le XIXe siècle. Les sources font apparaître plusieurs conflits entre des soignantes et des autorités masculines dans les Bouches-du-Rhône. Notre communication s’est centrée sur le cas des sœurs hospitalières et des sages-femmes. Même si elles n’entrent pas en conflit pour les mêmes raisons et ni à la même période, nous avons pu déceler quelques points communs. Les conflits prennent naissance que sous certaines conditions. Tout d’abord, il faut un lien d’interdépendance entre les deux parties. Les sœurs hospitalières actrices de conflits importants avec les administrateurs des hospices civils durant la première moitié du XIXe siècle deviennent seulement un objet de conflits au moment de la laïcisation. Elles ont perdu leur monopole de soins dans les hôpitaux avec la venue très progressive des infirmières laïques. De plus, la question de la formation est essentielle. Elle apporte une légitimité et probablement une certaine estime de soi aux soignantes. Les sages-femmes prennent conscience petit à petit de la légitimité que leur offre leur diplôme et n’hésitent pas à former un syndicat à la fin du XIXe siècle. Par ce syndicat, elles réclament certaines prérogatives comme l’utilisation du forceps.

Néanmoins, il ne faudrait pas non plus voir ces conflits uniquement sous l’angle d’une émancipation totale de ces femmes face à l’autorité masculine. Ces conflits ont souvent pour objet de faire respecter une norme sociale et une hiérarchie ancienne. Par exemple, les Augustines à la fin des années 1820 entrent en conflit avec les administrateurs des hospices civils de Marseille parce qu’elles ne reconnaissent pas leur autorité, c’est celle de l’évêque qui prime pour elles ; de même, les sages-femmes qui ont créé le syndicat national font tout pour éviter d’entrer en conflit avec des médecins. Ceci peut même provoquer des conflits avec des branches locales comme celle des Bouches-du-Rhône.

Soizic Morin, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, TELEMMe


A propos Camille Caparos

Doctorante contractuelle en Histoire moderne au sein du laboratoire TELEMMe. Sujet de thèse : "Papiers de famille et écriture féminine dans la noblesse méridionale (XVIIe-XVIIIe s.)".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.