Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Sarah Kerboas, “Le volontourisme au Cambodge, de nouveaux rapports de domination conflictuels ?”

Dans les années 90, et au lendemain du génocide des Khmers Rouges, qui a entraîné la mort d’un tiers de la population, le Cambodge est considéré comme une zone prioritaire : il motive alors des interventions humanitaires dans de multiples domaines suite aux Accords de Paris de 1991. Trente ans plus tard, les ONG sont toujours plus nombreuses au Cambodge, et l’humanitaire semble représenter un nouveau marché économique. Les différents niveaux de subordination auxquels certaines populations sont confrontées, à savoir, leur statut de « pauvres », la couleur de leur peau, leur marginalisation géographique, leur dépendance aux ONG et leur soumission au gouvernement sont autant de problématiques que j’ai essayé d’aborder en recueillant les points de vue des bénéficiaires des aides humanitaires durant mon terrain anthropologique, réalisé sur plusieurs mois de 2017 à 2020. À la fois formateurs et employeurs idéaux, ces organismes venus de l’international pour relever le pays s’intéressent également à la politique, à la sphère des affaires, la sphère diplomatique et religieuse, donc bien au-delà des secteurs prioritaires prétendus de la santé et l’éducation. Pour autant, les situations d’indigence dans lesquelles les populations d’aidés se retrouvent sont loin de pouvoir toutes être considérées comme « bénéfiques ». Expropriations, développement d’une politique foncière injuste, spoliation des terres, corruption endémique… sont souvent à l’origine de ces conditions de pauvreté. Le contexte du conflit foncier est pourtant rarement évoqué. Le cas du village de Srapoh, que j’ai particulièrement suivi, n’est hélas pas isolé. Ce que ces pratiques humanitaires révèlent dans ces espaces est que l’inégalité de l’aide est une réalité établie. Dans un même temps, elle assoit la dépendance de certaines familles et fait naître des conflits au sein de communautés qui ont toujours vécu ensemble, puisque provenant des mêmes quartiers. La notion de développement, présentée par de nombreuses ONG comme une panacée, appelle de nouveaux questionnements de notre part au regard de ces conflits locaux.

Sarah Kerboas, doctorante en anthropologie sociale, Université Toulouse 2 Jean-Jaurés

 



Citer ce billet
Camille Caparos (2021, 1 juin). Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Sarah Kerboas, “Le volontourisme au Cambodge, de nouveaux rapports de domination conflictuels ?” Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkvc

A propos Camille Caparos

Doctorante contractuelle en Histoire moderne au sein du laboratoire TELEMMe. Sujet de thèse : "Papiers de famille et écriture féminine dans la noblesse méridionale (XVIIe-XVIIIe s.)".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.