Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Dylan Beccaria, “« N’ayant heu aultre affaire ny querelle precedante avec ledict deffunct » : le conflit et son récit dans les affaires de rémission aux XVIe et XVIIe siècles”

Qu’elles mettent en avant une dispute conjugale, des échanges d’injures en public, un duel pour point d’honneur, une rixe de taverne ou encore des combats armés entre bandes de jeunes, les lettres de grâce sont un observatoire de choix pour étudier les conflits à l’époque moderne. Ces actes de chancellerie, par lesquels le Prince pardonne un crime et restaure son auteur dans « sa bonne fame et renommee » (C. Gauvard, 1991), fournissent en effet un récit détaillé des faits ayant conduit au crime. Ces récits trouvent leur origine dans les suppliques formulées par les criminels, ou par leurs proches, afin de solliciter le pardon du roi. Ils laissent à ce titre une large place à la description des conflits, puisque les affaires pardonnées impliquent presque toujours un antagonisme que les suppliants doivent décrire longuement. Pourtant, la source est discutée. En effet, seules les affaires bénéficiant de circonstances atténuantes peuvent prétendre à la clémence du souverain. L’exposé doit ainsi montrer que le crime en question répond bien aux exigences de rémissibilité et que son auteur mérite le pardon du roi. Nombre de spécialistes considèrent donc ces discours comme biaisés (P. Braun, 1984 ; N. Zemon Davis, 1989 ; S. Blot-Maccagnan, 2010), tandis que d’autres estiment qu’ils ne pouvaient guère s’éloigner de la réalité (C. Gauvard, 1991 ; M. Nassiet, 2011), notamment parce que, pour que la grâce soit effective, le récit du suppliant était soumis à l’examen d’une cour de justice lors de la procédure d’entérinement, ce qui représentait un risque réel pour le criminel en cas de faux aveux.
À partir des affaires de rémission entérinées par le Parlement et les sénéchaussées de Provence aux XVIe et XVIIe siècles, cette communication a pour objectif d’étudier le conflit tel qu’il est présenté par les candidats à la grâce royale dans leurs récits. Si la part de vérité dans ces sources est difficile à apprécier, il est évident que chaque supplique s’appuie sur des principes rhétoriques et des codes langagiers préétablis qui évoluent sur l’ensemble de la période envisagée. Ces biais, qui concernent particulièrement la description du conflit précédant le crime, fournissent un matériel intéressant pour l’historien : étudier la manière dont le principal acteur d’un conflit justifie ses actes permet de voir quels éléments sont susceptibles d’en atténuer la gravité dans l’imaginaire collectif de l’époque et ainsi, d’appréhender en partie la façon dont la société d’Ancien Régime perçoit la violence et ses modes d’expression dans le cadre d’un affrontement.
 
Dylan Beccaria, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, TELEMMe


Citer ce billet
Camille Caparos (2021, 1 juin). Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Dylan Beccaria, “« N’ayant heu aultre affaire ny querelle precedante avec ledict deffunct » : le conflit et son récit dans les affaires de rémission aux XVIe et XVIIe siècles” Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkvd

A propos Camille Caparos

Doctorante contractuelle en Histoire moderne au sein du laboratoire TELEMMe. Sujet de thèse : "Papiers de famille et écriture féminine dans la noblesse méridionale (XVIIe-XVIIIe s.)".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.