Les relations commerciales entre Provence et Ligurie : apports pour l’étude de la sculpture génoise en Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles – Sandrine Chabre

Par Sandrine Chabre, 5 ième année de thèse, Université Paris 1, HiCSA, sous la direction de Etienne Jollet

Les relations commerciales entre la Provence et la Ligurie au cours des XVIIe et XVIIIe siècles ont eu une influence significative sur le développement et la diffusion de nouveaux modèles dans le domaine de la sculpture et ont favorisé les échanges culturels entre les deux régions.

Sous le règne de Louis XIV, la France se pare de grande statuaire et de riches décors de marbre. Si nombre de carrières françaises sont exploitées et utilisées pour l’ornementation des demeures royales, les marbres italiens restent très appréciés. Grâce à sa proximité avec d’importantes carrières (comme Porto Venere, Carrare, Polcevera, etc) et à l’envergure de son port, Gênes va rapidement devenir le principal port d’exportation de marbre en Méditerranée.

Marbriers et sculpteurs deviennent les acteurs privilégiés de ce commerce par l’achat de parts dans l’affrètement de navires marchands, mais également de parcelles dans les différentes zones d’extraction (que ce soit en France ou en Italie), par l’envoi de pièces brutes, d’éléments décoratifs assemblés une fois arrivés à destination et de sculptures.

De grands ateliers, comme ceux des Orsolino, Carlone ou Casella, deviennent de véritables organisations à but commercial et pratiquent la « production en série » de sculptures jusque dans les années 1670, ce qui conduit à une augmentation des exportations.

Après le séjour de Pierre Puget à Gênes (1661-1668), le goût et la mode changent. Le sculpteur provençal ouvre une nouvelle voie, plus prestigieuse, et laissera une empreinte qui va fortement modifier le paysage artistique génois.

Grâce à la grande technicité des sculpteurs locaux et la facilité d’approvisionnement en marbre de qualité, il va innover en terme de spatialité et va conférer à la sculpture une véritable autonomie. Sculpter devient synonyme de concevoir un projet global d’ornementation.

La Provence jouit d’une situation géographique privilégiée, située entre Rome, principal foyer artistique de l’Europe occidentale, et Paris qui est le siège d’une administration royale usant de l’expression artistique comme un moyen d’ostentation du pouvoir. Cette région devient à l’époque moderne un lieu de cristallisation des savoirs et des connaissances dans le domaine artistique.

Le commerce est l’un des points fondamentaux à prendre en compte pour arriver à cerner les raisons et la mise en œuvre de la commande de sculptures génoises en Provence dans les années 1620-1730. Bien qu’ils ne représentent qu’une petite part du commerce en Méditerranée, les transports de marbre et de sculptures auront un véritable impact sur le renouvellement des formes artistiques et l’organisation des ateliers de sculpture et de marbrerie, notamment à Gênes.

On assiste peu à peu à une disparition des frontières stylistiques, ce qui va donner naissance à un territoire artistique cohérent, usant des mêmes codes de représentation du Comtat Venaissin jusqu’aux frontières de la Toscane.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.