Production et usage de la carte d’assurance à Alexandrie à la fin du XIXe siècle, Renouvellement des pratiques cartographiques et recomposition de l’espace marchand – Charlotte Deweerdt

Par Charlotte Deweerdt, 4 ième année de thèse, IREMAM, sous la direction de Ghislaine Alleaume

Lorsque l’on s’intéresse aux transformations de la ville d’Alexandrie, à la création et la recréation des espaces qui la compose, on rencontre la pratique de l’assurance, au croisement de l’histoire marchande et politique. Alexandrie connait tout au long du XIXe siècle, une croissance démographique exceptionnelle, liée à la réactivation de son économie, ce qui entraîne le réaménagement de la ville dans sa forme et ses composantes. Certaines activités économiques, liées au commerce du coton, ont un impact sur la production et la recomposition de l’espace urbain. Le marché de l’assurance des biens est, à la fin du siècle, dans un double contexte de tutelle coloniale et d’émancipation municipale, en pleine expansion. Les compagnies alexandrines sont composées localement d’agents, « spécialistes » de la localité, qui ont recours à des cartographes, architectes et ingénieurs, dans le cadre de la coproduction des cartes d’assurance.
Cette documentation cartographique produite par et pour les agents d’assurance « incendie » est au cœur de mon étude, elle représente un corpus de référence et de véritables indices pour ma recherche sur l’émergence du marché de l’assurance. Je me propose de présenter trois productions, italienne, française puis britannique, en analysant le contexte politique et les transformations de l’espace urbain de cette séquence temporelle (1880-1905). Je réalise une description des cartes et m’interroge sur les étapes et les conditions historiques qui ont permis à cette sphère d’action d’investir l’espace urbain. Puis, en considérant le savoir géographique, il s’agit de caractériser le « regard de l’assureur » et évaluer les modifications que cet acteur introduit dans la pratique cartographique. Il ressort de cette étude que l’activité de l’assurance élabore de nouveaux outils en lien avec les modalités de la croissance de la ville, le marché de l’assurance se déplace en fonction des étapes de la croissance, les outils cartographiques enregistrent des mutations par l’introduction des notions de « réalisme » et de « prévision » dans les représentations de l’espace. Ainsi, la focalisation initiale sur la zone portuaire se déplace sur le nouveau centre politique et économique lorsque celui-ci est reconstruit (1882-1885), et ce, par la prise en compte des données immobilières et la mise en place d’un fichier à usage des courtiers d’assurance. Puis, au cours de la phase de croissance la plus extensive, la cartographie de l’assurance capitalise des informations liées à la gestion publique du risque du feu par une complexification de son système de légende. Ces observations posent alors de nouvelles questions de recherche en termes de circulation des savoirs, de structuration de la profession par la mise en partage des nouveaux outils à l’échelle internationale ; elles soulèvent également la question de la collaboration entre les sphères privées et publiques intéressées par le marché immobilier ou responsables de la gestion de la croissance urbaine.


Une réflexion sur « Production et usage de la carte d’assurance à Alexandrie à la fin du XIXe siècle, Renouvellement des pratiques cartographiques et recomposition de l’espace marchand – Charlotte Deweerdt »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.