Les friches industrielles réhabilitées à Marseille. Quid d’une politique publique? – Jean-Antoine Colin

Les friches industrielles réhabilitées à Marseille.

Quid d’une politique publique ?

Par J-Antoine Colin, UMR TELEMME, 4° année de thèse, sous la direction de Philippe Mioche

 Marseille : Ville-Port et industries, transformation au XIX° siècle

 Marseille dés sa fondation VI° Siècle AvJC fut un lieu d’échanges méditerranéens, et plus lointains. Mais il fallut attendre le XIX° Siècle, motorisation à vapeur maritime et ferroviaire, recomposition et extension haussmannienne, agrandissement du port, développement des relations coloniales et des industries pour que Marseille devienne une ville-port mondiale, au sens actuel. Notamment, au-delà des industries historiquement spécifiquement marseillaises (huileries, savonneries, sucreries), un développement de la métallurgie et de la construction mécanique, en lien avec le réseau ferroviaire, classait Marseille au milieu du XIX° Siècle dans le peloton de tête de la modernité. Ce n’était pas le cas de l’ensemble des industries, vue leur hétérogénéité et leur dispersion extra urbaine (contingences familiales, recherche de foncier extra-urbain à bas coût, éloignement des nuisances des espaces urbains).

 D’une époque à l’autre, changement de paradigme : obsolescence et friches industrielles

 Si la France a connu lors des « Trente glorieuses » une  renaissance ou plutôt une naissance industrielle, Marseille régime colonial finissant amorçait un déclin, confirmé par l’indépendance de l’Indochine puis celle de l’Algérie. Dépourvu d’investissement et de modernisation, soumis à la concurrence de productions étrangères nouvelles et modernes, l’obsolescent industrialo-portuaire marseillais fut l’objet de décentration vers Fos-sur-Mer, s’accompagnant de la création d’industries, lourdes. De plus, la formation de zones tertiaires et productives extra-marseillaises, contribuèrent à une minoration de l’appareil économique marseillais. Mais, déjà peu après la « Libération » nombre d’installations industrielles désaffectées, dispersées, au coup-par-coup furent objets de spéculation foncière dans un désordre d’opérations immobilières. En effet, le processus schumpétérien de destruction créatrice, devant l’hétérogénéité et la dispersion de l’appareil industriel marseillais n’avait trouvé ni matière, ni support structuré.

 Des friches industrielles marseillaises « réhabilitées »

 Pour nous, architecte, l’intérêt majeur des friches industrielles réhabilitées est leur rapport à l’urbain, leur participation à la composition de la figure de ville. Nous nous sommes donc intéressés à six cas particuliers.

(cf. < http://marseille-2013-jadis.org/>).

 Trois cas urbains : deux « en ville », un « de quartier », construits mi et fin XIX° siècle

 Un premier, emblématique de la relation Ville-Port et de leur articulation est celui des  » Docks » . Résultat d’une initiative privée la réhabilitation et la réaffectation de ce bâtiment sont déjà sujettes à modifications.

Un deuxième, est celui de la « Manufacture des Tabacs » où à l’initiative de la Ville de Marseille sont maintenant installées ses Archives, malheureusement cachées par le réseau ferroviaire.

Un troisième cas, monumental mais éloigné dans les Ports Nord est formé par les anciens « Abattoirs », réhabilités et transformés en « École de la Deuxième Chance », selon une initiative publique.

 Trois cas extra urbains : un dans l’ensemble portuaire, un dans les « Quartiers Nord », un hors « agglomération », construits eux aussi XIX° siècle (sauf le dernier).

 Le quatrième, constitué par la « Station Alexandre » insularisée dans l’espace industriel Nord. Cette réhabilitation d’une œuvre attribuée à Eiffel est due à une initiative privée.

Le cinquième est constitué par « Les Rizeries Franco Chinoises ». Primitivement « dans la campagne » ce bâtiment jadis d’entreposage, d’architecture de qualité abrite la Société Avenir Télécom, après une « opération menée par « Marseille Aménagement ».

Le sixième cas est constitué par « Le Silo labellisé en 2004 « Patrimoine industriel du XX° Siècle » isolé dans l’univers portuaire, l’initiative de la réhabilitation étant Municipale.

 Patrimoine et politique publique

 Les cas marseillais et notre problématique de recherche

 Notre intention première était une étude historique « montante » à partir de ces six cas, visant à mettre en évidence leurs points communs, ainsi que leur place dans un mouvement d’ensemble d’une politique, à définir. Mais vu les disparités matérielles, historiques et économiques de ces cas, la diversité des initiatives de leur production, une étude historique classique sur une base archivistique compilatoire s’est vite révélée non pertinente par rapport à notre recherche à finalité politique. De plus, ce mode d’étude s’est vite annoncé improductif au regard du temps et de l’énergie qu’il aurait nécessité.

 Nous nous sommes donc  résolus à réorienter notre étude comme « descendante », non pas à partir des cas eux-mêmes mais à partir des textes contemporains théoriques généraux et analytiques en particulier, où ces cas pouvaient concernés.

 Patrimoine et discours institutionnels

 Dans cet esprit « descendant », nous allons notamment nous attacher à réexaminer les discours des institutions publiques et parapubliques concernées par les friches industrielles marseillaises. De même, nous allons réexaminer les sources littéraires constituées d’abord par les publications universitaires nationales et locales, ainsi que les archives Départementales et Municipales, la BMVR et le Musée d’Histoire de Marseille (archives encore inaccessibles à ce jour).

 Patrimoine et politique : pour une épistémologie

 La notion de patrimoine prit corps dès la révolution française en 1790 et surtout sous le ministère Guizot en 1819, mais il fallut attendre la fin des années 1980 et le début des années 1990 pour voir naître la notion d’un patrimoine aussi « industriel ». En la présente période de crise économique, période quelque peu dépourvue de projets, le patrimoine industriel est aujourd’hui étonnamment l’objet d’un véritable engouement. Ceci le distingue mal d’un phénomène « mode » médiatico-publicitaire, ou le régime fétichiste de la marchandise l’emporterait dans l’univers du culturel.

 L’État se dégageant de nombreuses responsabilités, notamment par leur décentralisation, quelle politique et surtout quels moyens de protection et de « valorisation » des « friches industrielles » de qualité architecturale et urbaine dispose-t-on, à l’initiative de qui, avec quels financements ? La dispersion et la diversité de ces objets, les types d’attention qui leur sont portées ne sont pas sans poser questions sur la notion de « gouvernance », notion « valise » plus proche de l’idéologie que du concept. Ainsi, une réflexion de caractère épistémologique serait souhaitable en vue de mieux définir objet, méthodes d’étude et moyens d’action, réflexion à laquelle la présente étude souhaite apporter une contribution.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.