Quelques pistes pour « espace » et bande dessinée – Sébastien Llaurens

Le sémiologue Pierre Fresnault-Deruelle rappelle dans un petit ouvrage de synthèse le caractère insaisissable de la bande dessinée. L’expression « bande dessinée » recouvrerait « des objets dissemblables s’adressant à des lecteurs aux exigences différentes »[1]. La bande dessinée aujourd’hui rassemble une multitude de thèmes et de types de récits sous une multitude de formes. Ce caractère hétérogène permet dans les études historiennes d’inventorier et d’analyser des récits, des types d’images, des conceptions temporelles et spatiales.

L’intervention sur l’espace et la bande dessinée du mardi 27 janvier 2015 n’avait pas pour objectif de cerner l’objet bande dessinée, encore moins de le définir. Il s’agissait d’essayer de mettre en parallèle et de confronter les concepts spatiaux tels qu’ils ont pu nous être présentés par Julien Puget et Assaf Dahdah dans le premier atelier Jeunes Chercheurs 2014-2015, avec une recherche. Ici une recherche sur la bande dessinée en histoire. 

Trois types d’espace principaux peuvent être identifiés :

–       Le premier type d’espace est celui qui est lié à la page de l’ouvrage de bande dessinée. Il y a en effet l’espace de la case, l’espace de la bande blanche entre les cases et l’espace de la page. L’espace de la case serait l’espace de l’action. L’espace entre les cases serait à la fois l’espace de l’imaginaire du lecteur et celui du temps qui passe, l’espace de temps diégétique ; et l’espace de la page serait l’unité commune à ces types d’espaces. La disposition spatiale des vignettes, selon Thierry Groensteen, peut être appelée dispositif spatio-topique[2].

–       Le deuxième type d’espace  de la bande dessinée serait extérieur à elle-même. C’est l’espace qui appartient au lecteur. L’espace de l’intime, celui de la lecture et surtout l’espace de l’imaginaire engendré, créé, encouragé par la lecture d’une bande dessinée.

–       Enfin, un troisième type et dernier type d’espace serait celui de l’espace représenté par l’image elle-même. Représenter un espace, une ville, un lieu, un paysage, ou encore représenter dans l’espace un personnage fictionnel ou se représenter soi-même dans un espace fictionnel ou que l’on veut faire passer pour plausible et même réel.

La bande dessinée repense et ré-imagine les espaces connus de tous. C’est la partie qui peut intéresser l’historien, pour déceler les récits historiques qu’elle peut mettre en place. Elle fait souvent usage de ce que l’on pourrait appeler des espèces d’images mentales, d’images-icônes. Dans ce sens, elle utilise parfois deux procédés opposés, liés, pour schématiser, à deux types principaux de bande dessinée, le témoignage ou le reportage et l’ouvrage de fiction :

–       ou bien elle s’attache à identifier précisément les lieux. L’espace lui sert alors de cadre pour engager un récit. Elle s’attache à des lieux représentés comme « réel », pour justement ancrer le dessin dans la réalité.

–       Ou elle peut, quand il s’agit de fiction, proposer des espaces imaginaires, non nommés, sans pour autant avoir l’intention de s’éloigner d’une réalité. Un auteur comme Shaun Tan, avec Là où vont nos pères[3], met en place un univers onirique, tout en imaginant et en retravaillant des lieux parfois connus de tous, comme Ellis Island (que l’on a pu souvent voir au cinéma notamment avec E. Kazan, F.-F. Coppola ou James Gray). L’espace peut rendre réel pour le lecteur ce qui ne l’est pas. Par un espace qui n’existe pas, l’auteur parvient, parfois, à créer une vision de l’histoire hors du temps, à universaliser les expériences et les récits.

La bande dessinée s’empare de la géographie et de l’histoire. L’histoire est un formidable terreau narratif pour la bande dessinée. Le temps est un outil classique pour créer des récits fictionnels ou biographique. La bande dessinée peut façonner le passé, et par les images, créer de nouvelles formes de récits, parfois justes, parfois déformés. Elle a, quelque fois, la prétention de proposer un regard plus critique, plus juste, plus représentatif, plus vrai que ce que peuvent proposer les médias classiques en termes d’images ou de récits, notamment la télévision et la presse[4].

Si la bande dessinée se sert de la géographie et de l’histoire pour élaborer des récits, n’oublions pas que le dessinateur, s’il tient compte d’une certaine réalité historique et d’une certaine réalité géographique, veut utiliser l’espace et le temps pour les raconter avec une vision personnelle[5]. L’étude attentive de l’espace en bande dessinée, pour un historien ou pour un géographe, permettrait au chercheur de déceler comment et pourquoi ces récits, ces mises en scène de l’espace et du temps, sont créés ou réappropriés[6].

 

 


[1] FRESNAULT-DERUELLE P., La bande dessinée, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2009.

[2] GROENSTEEN T., Système de la bande dessinée, Paris, PUF, 1999.

[3] TAN S. Là où vont nos pères, Paris, Dargaud, 2007.

[4] Voir DACHEUX É. (dir.), Bande dessinée et lien social, Paris, CNRS Éditions, coll. « Les Essentiels d’Hermès », 2014.

[5] Voir CHAMPIGNY J., « L’espace dans la bande dessinée », Thèse de doctorat en Géographie, sous la direction de Christian Grataloup, Paris, Université de Paris Diderot-Paris  7, 2010, 1 vol., 570 p.

[6] Pour des précisions sur la représentation de l’espace urbain dans la bande dessinée, voir le compte-rendu du Café géographique du 28 janvier 2014, avec Aymeric Landot (agrégé d’histoire, ancien élève de l’ENS-Lyon, co-président du Laboratoire junior Sciences Dessinées : http://labojrsd.hypotheses.org/) et Bénédicte Tratnjek (doctorante en géographie, université Lyon-3, Laboratoire junior Sciences Dessinées, à cette adresse :

http://cafe-geo.net/representer-lespace-urbain-dans-la-bande-dessinee/

 



Citer ce billet
administrateur (2015, 4 février). Quelques pistes pour « espace » et bande dessinée – Sébastien Llaurens. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qksn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.