Compte rendu des ateliers jeunes chercheurs, séance n°3, 25 janvier 2016

Ce troisième atelier sur le thème choisi cette année relatif à la place de l’économie dans les sciences sociales, s’est déroulé ce lundi 25 janvier. Après deux séances plutôt axées sur des présentations de géographes, c’était au tour des jeunes chercheurs historiens de questionner les liens entre leur discipline et les sciences économiques.

Deux interventions ont été proposées.

Tout d’abord, Laure-Hélène Gouffran, docteure en histoire médiévale, s’est intéressée à la relation entretenue entre spiritualité religieuse et pratiques économiques en histoire médiévale. La présentation a permis de

discuter la manière dont l’historiographie actuelle revisite ces thématiques. A partir des années 1960, l’attention des chercheurs se porte sur l’existence d’une pensée économique médiévale dans des champs (ici les pratiques religieuses) où la dimension économique semble absente. La réinterprétation des sources et du lexique amène à revisiter des notions centrales (capitalisme, économie morale, bien commun…) qui prendraient racine dans des pratiques déjà existantes au Moyen Age (J. Hers, la naissance du capitalisme au Moyen Age). Cette première présentation nous a permis de réfléchir à l’économie comme un ensemble de pratiques d’acteurs, mus par une logique de rationalité économique.

Solène Rivoal a ensuite présenté une communication sur les nouvelles approches en histoire économique, les reliant à l’actualité et notamment à la parution de l’ouvrage de Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle (2013). Cet ouvrage a en effet participé à la réflexion sur le renouveau de l’histoire économique chez les historiens, et sur les pistes possibles pour réinventer ce courant. En effet, l’histoire économique traditionnelle telle qu’elle était pratiquée dans les années 1960 par E. Labrousse puis ses élèves, a été progressivement abandonnée, les historiens la jugeant trop déterminante, appliquant des modèles laissant peu de places aux individus et à leurs actions. Ces dernières années, certains historiens déplorent un abandon total des questions économiques et de la pratique de ce courant historiographique et repensent cette discipline.

A la suite de ces deux présentations, les participants ont engagé une discussion afin de synthétiser les différentes idées qui ont émergé durant ces trois ateliers doctoraux. Les débats ont permis d’aboutir à la problématique suivante : Comment les sciences humaines et sociales s’emparent-elle des outils et des objets des sciences économiques ? En effet, la géographie comme l’histoire, l’anthropologie ou la sociologie empruntent à l’économie des notions et des concepts qu’elles mobilisent dans l’analyse des sociétés. De même, les discours, représentations et pratiques économiques des acteurs étudiés sont également pris en compte par les sciences sociales. Dans l’optique de rédiger un appel à communication pour la journée d’études jeunes chercheurs programmée le 26 avril 2016, les participants ont fait émergé trois entrées qui constitueront les trois axes de la réflexion menée au cours de cette journée :

  • Les mots de l’économie : notions et champs économiques dans nos disciplines
  • Les outils et méthodes de l’économie en SHS, approche épistémologique
  • Le discours économique dans la construction des pratiques et des représentations

Un quatrième atelier se tiendra au mois de mars afin de sélectionner les propositions reçues pour la journée d’étude finale, auquel tous les jeunes chercheurs de Telemme sont conviés.



Citer ce billet
Administrateur (2016, 1 février). Compte rendu des ateliers jeunes chercheurs, séance n°3, 25 janvier 2016. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qktb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.