Julia CONESA SORIANO, Entre discours et pratiques : concevoir la gestion économique des établissements religieux. L’exemple de la cathédrale de Barcelone à la fin du Moyen Âge

À l’époque médiévale, l’Église est l’un des principaux propriétaires fonciers[1]. La richesse de l’institution, que ce soit celle des puissants ordres monastiques tels que Cluny ou celle des seigneuries épiscopales qui détiennent des cités entières, n’est plus à démontrer. Par les donations des fidèles, par les rentes perçues sur leurs domaines, par le prélèvement de dîmes et l’exercice des droits banaux, les établissements religieux accumulent des richesses et constituent de véritables acteurs économiques dans le monde médiéval, développant des stratégies économiques avérées (concentration des terres, usage indirect du crédit à travers la vente de rentes constituées[2], etc.). Jacques Chiffoleau[3] a bien montré, cependant, la spécificité de l’institution ecclésiale du point de vue économique, par rapport aux autres seigneuries médiévales. L’Église n’est pas supposée viser la rentabilité, elle s’appuie sur les donations des fidèles qui ont pour finalité d’assurer le salut des âmes par la célébration de messes et elle porte un discours restrictif sur l’économie, prohibant notamment l’usure. Au-delà des considérations théologiques sur le rapport entre spiritualité et économie, comment l’Église s’assume-t-elle, au quotidien, en tant qu’acteur économique ? Comment le clergé en charge de son administration, dont la tâche est de veiller à la préservation des intérêts de l’établissement, conçoit-il la dimension économique de ses fonctions ?

Pour répondre à ces questions, la cathédrale de Barcelone constitue un observatoire particulièrement instructif. Détentrice d’un riche patrimoine, elle est, à la fin du XVe siècle, touchée de plein fouet par les difficultés économiques qui affectent la Catalogne au sortir de la guerre civile de 1462-1472[4]. Les chanoines déplorent l’état de leur patrimoine, laissé « dans la plus grande ruine » par le conflit, et s’évertuent à le remettre à flots par diverses méthodes (inventaire des terres (capbrevació), assainissement de leur administration, procédures judiciaires pour réclamer le paiement des arriérés, etc.). Toutefois, les sources ne font pas de distinction entre le redressement de la discipline ecclésiastique du diocèse et la récupération de leurs sources de revenus. Les deux sont toujours évoqués ensemble et dans les mêmes termes. La restauration des assises économiques de l’établissement n’est jamais théorisée en tant que telle et aucun plan d’ensemble pour corriger ces problèmes économiques n’est établi : les mesures de redressement sont prises par petites touches au jour le jour. Dans leur rhétorique, les sources (actes capitulaires) les réduisent à l’un des pans de la réforme de la discipline ecclésiastique sans jamais montrer l’image d’un établissement ecclésiastique conscient du programme à mettre en œuvre pour pallier les difficultés économiques qui l’affaiblissent. Au vu du caractère disparate des mesures engagées, on peut même douter de l’existence d’une telle conscience.

Dans un contexte de réforme des établissements ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge, ce constat amène à questionner les notions de « stratégie économique » ou même de « politique économique » dans le cas d’un établissement religieux. La discordance entre les observations empiriques (la prise de mesures, réelles, pour récupérer les rentes foncières et assainir les pratiques gestionnaires) et le silence des sources sur toute politique économique concertée et cohérente, montre toute l’ambigüité d’un établissement religieux obligé de manier l’argent.

[1] Denyse Riche, « Patrimoines ecclésiastiques urbains au Moyen Âge et à l’époque moderne », Histoire urbaine, n°42, Avril 2015, p.5-15.

[2] Vincent Tabbagh, Gens d’Église, gens de pouvoir (France XIIIe-XVe siècle), Dijon, 2006.

[3] Jacques Chiffoleau, « Pour une économie de l’institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge », dans Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, tome 96, n°1, 1984, p. 247-279.

[4] Carmen Batlle Gallart, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, 3 vol., Barcelone, 1973 ; Claude Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés (1380-1462), 2 vol., Paris-La Haye, 1967 ; Jaume Vicens Vives, Ferran II i la Ciutat de Barcelona (1479-1516), Barcelone, 1936-1937.

 

Julia Conesa Soriano (Paris IV-Sorbonne, Lyon II – Casa de Velázquez

 



Citer ce billet
Administrateur (2016, 13 juillet). Julia CONESA SORIANO, Entre discours et pratiques : concevoir la gestion économique des établissements religieux. L’exemple de la cathédrale de Barcelone à la fin du Moyen Âge. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qktj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.