Marion BRETEAU, De l’économie du mariage et des moralités à Mascate – Oman

Rite de passage par excellence et temps d’exposition de soi, les fêtes de mariage au Sultanat d’Oman sont un phénomène qui met en branle un ensemble d’enjeux sociaux déterminants. A l’appui d’exemples concrets issus d’une enquête de terrain ethnographique durant l’année 2015, l’objectif de réflexion est d’explorer la notion d’économie dans une perspective anthropologique. En ces termes, sont compris les processus de production et de circulation de la moralité, du symbolique mais aussi de la dimension subjective et individuelle de l’expérience sociale.

Tant du côté des mariés que des invités, le mariage consiste avant tout à tisser des liens : entre familles, qui vont créer une alliance à travers l’union célébrée, mais aussi entre les invités qui, par l’invitation qui leur est adressée et leur venue, activent affinités et différends. Le mariage est aussi le lieu d’une circulation matérielle. Les dépenses et coûts investis dans ces cérémonies atteignent des sommes extrêmement élevées où se joue une compétition sociale, lors de laquelle les individus affirment leur image. Car si l’argent dépensé est avant tout un moyen d’échange, il est celui d’enjeux sociaux plus profonds. Ainsi, de la négociation de la compensation matrimoniale jusqu’à l’organisation des fêtes, tout est calculé et les sommes participent de la réputation familiale. C’est aussi le cas des invités qui, au soir des fêtes, ne manquent pas d’investir des sommes élevées dans leurs préparations, des robes aux coiffures. Ceci entraîne un mécanisme de contrôle social où entre en jeu la production des normes. A la recherche d’épouses pour leurs fils, les soirées de mariage sont aussi l’occasion pour les mères d’un grand marché matrimonial, où les tenues et comportements sont observés avec attention.

Par ailleurs, la fête de mariage est le lieu des circulations de réservoirs symboliques qui tissent d’autres formes de liens. Tantôt arabes, tantôt africains, « occidentaux » ou indiens, les choix de l’ambiance et de décorations, tout comme les musiques diffusées lors des soirées, ces « réservoirs » mettent en scène des imaginaires et fantasmes collectifs. Intervient alors le référent religieux, à partir duquel certaines personnes, qui s’inscrivent dans un mode de vie plus pieux, refusent parfois d’assister aux fêtes. Tous ces choix participent d’une économie autour de laquelle se consolident moralités et normes partagées par les individus, qu’il est finalement pertinent de questionner afin de comprendre les enjeux de l’échange sous toutes ses formes.

Enfin, beaucoup de jeunes filles avouent ne pas aimer aller à ces fêtes, car agit un contrôle du corps et de l’image que l’on donne à voir, ce qui donne à ces évènements le rôle d’un producteur d’autres morales que les logiques qui contrôlent les groupes auxquels les individus s’apparentent. Ces conflits de légitimités morales, si l’on peut dire, agissent aussi à un niveau subjectif où c’est le « soi » qui est en jeu. En réalité, ces moments permettent d’affirmer son existence au sein d’un groupe : en offrant à la mariée l’assurance de la bonne réussite de la soirée en venant, on attendra en échange que ces familles viennent aussi assister aux leurs. Et, de la même manière que la mariée offre à l’invitée la possibilité d’entrer sur le marché matrimonial, elle permet de sortir du quotidien et faire la fête, tout en s’affirmant individuellement.

 

Bibliographie indicative

Bonte P., (2000) : « L’échange est-il universel ? ». L’homme, n°154-155, pp.39-66.

Boukhboza N., (2001) : « Dénouer les noces ». Terrain, n°36, pp.45-56.

Bristol-Rhys, J. (2007) : « Weddings, Marriage and Money in the United Arab Emirates », Anthropology of the Middle East, Volume 2, Number 1, pp. 20-36.

Caillé A., (1986) : Splendeurs et misères des sciences sociales. Esquisse d’une mythologie. Genève : Droz.

Fassin D., Eideliman J-S. (dir.), (2012) : Economies morales contemporaines. Paris : La Découverte.

Gell S., (1993) : « Le double mariage. Immigration, tradition religieuse et représentations de l’« amour » chez les Sikhs de Grande-Bretagne ». Terrain, n°21, pp.111-128.

Jamous R., (2011) : « Du don au paiement rituel ». Archives de sciences sociales des religions [En ligne], n°154.

Martial A. (dir.), (2009) : La valeur des liens. Hommes, femmes et transactions familiales. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Mauss M., (1960 [1923]) : « Essai sur le don, forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Mauss M., Sociologie et Anthropologie. Paris : Presses Universitaires de France, pp.145-279.

Nicolas M., 2000, « Ce que “danser” veut dire. Représentations du corps et relations de genres dans les rituels de mariage à Tunis ». Terrain, n° 35, pp. 41-56.

 

Marion Breteau, Doctorante en Anthropologie – IDEMEC – AMU – CNRS

 



Citer ce billet
Administrateur (2016, 13 juillet). Marion BRETEAU, De l’économie du mariage et des moralités à Mascate – Oman. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qktk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.