Saisir l’invisible : la face cachée des sociétés (résumé des communications)

Session 1. Voir les invisibles : enjeux scientifiques et méthodologiques

« Où sont les femmes ? Présence et absence des écrits personnels féminins dans les fonds familiaux de la noblesse (France méridionale, XVIIe-début du XIXe siècle). »

Camille Caparos, Doctorante en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

La noblesse française d’Ancien Régime est organisée par un système patrilinéaire hérité du Moyen Âge[1]. En son sein, les femmes sont jugées inaptes à représenter et à gouverner leurs « maisons[2] » et ne peuvent être propriétaires des « trésors[3] » de papiers qui en constituent le pouvoir (preuves de noblesse, généalogies, actes de propriété, chartriers…[4]). Aussi, ces nobles ne sont-elles pas destinées à assumer le pouvoir de l’écriture au sein de leurs familles (livres de raison[5], généalogies[6]).

Étudier les supports de l’écriture féminine au sein des fonds du second ordre provençal et languedocien demande d’examiner « les gestes de conservation autant que […] les pratiques d’écriture elles-mêmes[7] » dans une perceptive quantitative et qualitative. Ainsi, notre communication a proposé une exploitation statistique des fonds de la noblesse de France méridionale (Provence-Languedoc) afin de constater la répartition des dossiers entre hommes et femmes, la nomination de ces dernières dans les fiches d’inventaires et les pratiques archivistiques qui ont conduit, depuis la famille jusqu’aux professionnels, à l’invisibilisation des manuscrits féminins. Les normes sociales d’Ancien Régime et du XIXe siècle, les rôles domestiques féminins et la construction par les héritiers d’un récit mémoriel glorifiant[8], sont les principales raisons de l’écart qui se constate entre papiers féminins et papiers masculins au sein des massifs archivistiques étudiés.

De plus, une analyse de la matérialité des supports féminins souligne le caractère volatil, quotidien et interstitiel de l’écriture féminine à l’époque moderne. Carnets de comptes, billets volants et correspondances se retrouvent majoritairement dans les dossiers des nobles provençales et languedociennes. Supports fragiles ou épars, ils représentent une écriture de l’instant et sont facilement supprimables après le décès de leur propriétaire.

Enfin, une entrée par les écrits personnels et privés met en lumière une noblesse au féminin qui passe notamment par la consommation et l’écriture mémorielle. Le livre de comptes de la Marseillaise Marie Anne de Candolle dévoile une « écriture minimale de soi[9] », celle d’une mère éplorée par la perte de son enfant[10]. De la même façon, le registre de dépenses de sa fille Claire Julie de Foresta (1753-1825) apparaît comme un « contre livre de raison » : en notant ses accouchements, ses fausses couches ou la mort de ses nouveau-nés, elle manifeste une famille qui, parce qu’elle n’a pas survécue, aurait disparu du récit généalogique officielle[11]. Par sa prise de plume, elle double le livre de raison marital et affirme une écriture mémorielle ancrée dans le corps et dans le cœur.

De la même façon, l’exploitation de correspondances privées, telles que celle de Marguerite Françoise d’Albertas (1724-1800) à son époux Jean Baptiste (1716-1790), président de la Cour de comptes d’Aix, dévoile le rôle significatif que cette marquise a tenu dans l’aménagement d’un des premiers jardins à l’anglaise du Midi[12]. En effet, si les recherches en histoire de l’art ont montré le goût prononcé pour son époux pour la botanique, Madame d’Albertas tient à faire ériger une promenade au sein du vallon de Saint-Pons sur la seigneurie de Gémenos (Bouches-du-Rhône). Grâce à ses relations à Versailles, elle fait envoyer des dessins de jardins, des graines et des plantes. Le recoupement de divers fonds permet ainsi de retracer une partie du goût, de l’implication et de la méthode développée par cette noble pour aménager et ornementer un jardin. Ses actions participent à la stratégie visuelle et sociale de la noblesse qui consiste à laisser apparaître dans ses demeures et parcs une prééminence d’ordre, de fortune et de raffinement.

Ainsi, les femmes et leurs papiers subissent une véritable marginalisation : leur statut de mineures les écarte de la plupart des actions donnant lieu à la production de documents, sauf en cas de passation de pouvoir (veuvage, procuration) ; la logique patrilinéaire de la noblesse française leur procure une place d’entre deux, elles doivent enfanter les héritiers, mais n’ont qu’une part infime et souvent peu valorisée de l’héritage paternel ; enfin, la plupart de leurs écrits personnels sont issus de la sphère domestique. Qualifiés d’ « ordinaires[13] » ils découlent de leurs rôles de maîtresses de maison et de mères. Largement banalisés, ils sont facilement supprimables. Néanmoins, ces écrits sont le reflet de leurs capacités scripturaires, numéraires, organisationnelles, réflexives, affectives et parfois même littéraires. Ces manuscrits sont aussi peu ordinaires que ne l’étaient, à n’en pas douter, leurs propriétaires.

________________________________

[1] Duby Georges, La Société chevaleresque : hommes et structures du Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1988.

[2] cf. la définition qu’en donne Claude Lévi-Strauss est reprise par Haddad Élie, « La “maison“ noble : pistes de recherche concernant les contraintes de la transmission dans la noblesse française des XVIe et XVIIe siècles », Bellavitis Anna, Crocq Laurence, Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, PUR, 2009 : « [une] personne morale détentrice d’un domaine composé à la fois de biens matériels et immatériels, qui se présente par la transmission de son nom, de sa fortune et de ses titres en ligne réelle ou fictive, tenue pour légitime à la seule condition que cette continuité puisse s’exprimer dans le langage de la parenté ou de l’alliance, et, le plus souvent, des deux ensemble ».

[3] Coulomb Clarisse, « La publicité des archives de la noblesse sous l’Ancien Régime : l’exemple du Dauphiné, XVIIe-XVIIIe siècle », Favier René (éd.), Archives familiales et noblesse provinciale. Hommage à Yves Soulignac, Grenoble, PUG, 2013, p. 90.

[4] Ces diverses pièces d’archives qui constituent les « trésors » des familles nobles ont fait l’objet de diverses études pour le Moyen Âge et l’époque moderne, cf. notamment : Contamine Philippe, Vissière Vincent (dir.), Les chartriers seigneuriaux : défendre ses droits, construire sa mémoire, XIIIe-XXIe siècle, actes du colloque international de Thouars, 8-10 juin 2006, Paris, Société de l’histoire de France, 2010.

[5] Mouysset Sylvie, Papiers de famille : introduction à l’étude des livres de raison : France, XVe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2007. Définition de « livre de raison » : registres dans lesquels les chefs de familles inscrivent la comptabilité de leurs familles et de leurs biens (naissances, baptêmes, décès, maladies, achats ou ventes de biens, baux de location…).

[6] Butaud Germain, Piétri Valérie, Les enjeux de la généalogie (XIIe-XVIIIe siècle). Pouvoir et identité, Paris, Autrement, 2006.

[7] Chartier Anne-Marie, Hébrard Jean, « Pratiques d’écriture : un éclairage historique », Barré-De Miniac Christine, Bourgain Dominique (coord.) Écrire et faire écrire, Actes de l’Université d’été de l’École Normale Supérieur de Saint-Cloud, 28-31 octobre 1991, Ouvrage « Hors Collection des Cahiers de Fontenay, 1994, p. 29.

[8] Butaud Germain, Piétri Valérie, Les enjeux de la généalogie (XIIe-XVIIIe siècle). Pouvoir et identité, Paris, Autrement, 2006.

[9] Candau Joël, « Mémoires et livres de raison : la comptabilité domestique au quotidien ou l’écriture minimale de soi », Léonard Monique (dir.), Mémoire et écriture, actes du colloque organisé par le Centre Babel à la faculté de lettres de l’Université de Toulon et du Var, les 12 et 13 mai 2000, Paris, Honoré Champion, 2003.

[10] ADBR, fonds de Foresta, 140 J 190 : livre de comptes des dépenses personnelles de Marie Anne de Rémusat, née de Candolle, pour l’année 175.

[11] ADBR, fonds Foresta, 140 J 49 : livre des dépenses personnelles de Claire Julie de Foresta entre 1769 et 1792, non paginé.

[12] Musée Arbaud, fonds d’Albertas, 315 A 74 : lettre de Marguerite Françoise d’Albertas, née de Montullé, à son époux Jean Baptiste.

[13] Fabre Daniel (dir.), Écritures ordinaires, Paris, POL, 1993 ; id., Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, MSH, 1997.

« L’invisible au prisme du corps déplacé, du corps entravé. »

Monique Pernin, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

La lutte contre les anarchistes débute dès la fin du XIXe siècle, en particulier en Italie où cette lutte s’intensifie sous le fascisme. La répression a pour conséquence de repousser les anarchistes aux marges de la société italienne, voire hors d’elle pour ceux qui sont contraints à l’exil.

Cette communication visera à identifier les leviers par lesquels l’État italien, libéral puis fasciste, parvient à invisibiliser Elena Melli dans l’espace social. Dans son parcours de vie, auquel j’ai accès en grande partie grâce aux archives du Ministère de l’Intérieur à Rome, j’ai choisi trois occurrences qui relèvent d’un biopouvoir ; ce concept, comme les lieux où est assigné le corps, résonnent avec les travaux de Michel Foucault mais aussi avec ceux de Philippe Artières.

La première occurrence prend place pendant la Première Guerre mondiale. En mai 1915 des pouvoirs exceptionnels, extrajudiciaires, sont confiés au Commandement Suprême pour procéder à d’importantes évacuations de population afin de garantir la sécurité militaire des régions du nord de l’Italie. En mars 1918, Elena, qui fait de la propagande anarchiste et antimilitariste, est déplacée d’office de la banlieue de Gênes où elle travaille et vit, jusqu’en Calabre où elle est assignée au domicilio coatto [domicile obligatoire] et où trouver un nouveau travail est improbable. Si certaines incriminations sont communes aux deux sexes : attitude pro-autrichienne,

espionnage, comportement subversif qui nuit à l’ordre public, nationalité étrangère, l’accusation de prostitution vise essentiellement les femmes. Elena est effectivement accusée de se prostituer auprès des soldats. La coercition qui s’exerce contre elle est en tout premier lieu physique et l’invisibilité est d’ordre géographique mais aussi politique, économique et juridique. Néanmoins l’agentivité d’Elena demeure : elle persiste dans son prosélytisme politique, ce qui lui vaut en septembre 1918 un nouveau déplacement vers un autre village de Calabre davantage isolé.

La deuxième occurence se place sous le régime de Mussolini ; elle fait suite à l’approbation par décret royal du texte unique des lois de Sûreté Publique, le 6 novembre 1926. En tant qu’anarchiste Elena Melli est jugée potentiellement dangereuse pour la sûreté publique ; rapidement, en mai 1927, elle est assignée à résidence. Son corps n’est pas déplacé mais entravé dans sa liberté. Devant l’immeuble où elle vit à Rome sont postés jour et nuit plusieurs policiers qui la suivent dans ses déplacements. Le suivi pas à pas dissuade tout employeur et voir des amis devient problématique car ceux-ci sont ensuite la cible des autorités fascistes. Elena devient donc invisible conomiquement et politiquement, socialement il lui reste une marge étroite. Le traitement est identique pour elle et pour son compagnon, anarchiste notoire ; ils ne sont pas traités au regard de leur identité sexuée, mais au regard de leur foi politique. La correspondance d’Elena, abondante bien que censurée, peut être assimilée à un acte de résistance, à une forme d’agentivité, à un espace de visibilité sociale.

La troisième occurrence se rattache au corps à la fois déplacé et entravé. Du 27 septembre 1937 au 17 avril 1941, Elena est internée d’office au sein de l’hôpital psychiatrique provincial Santa Maria della Pietà à Rome, non pas pour des raisons de santé mais à la suite d’un véritable « rapt » à caractère politique. L’invisibilité est totale dans ce cas : elle est juridique, physique, sociale, économique et politique. La procédure d’internement, prononcée au mépris de la loi de 1904, témoigne d’une forme de pathologisation de la dissidence politique. L’écriture, celle de ses lettres, est cette fois sa seule fenêtre de visibilité sociale.

Les situations étudiées montrent qu’au service d’une politique, la légalité ordinaire est suspendue. Les mécanismes de pouvoir en jeu dans les situations étudiées relèvent d’un biopouvoir, d’un pouvoir sur la vie des personnes.

Session 2. Invisibilité et hyper visibilité : les représentations des groupes dominés

« Dessiner l’esclavage : saisir les visibilités politiques dans l’œuvre du lithographe anglo-brésilien Frederico Briggs. »

Carla Francisco, Docteure en études romanes, Université d’Aix-Marseille, CNRS, EHESS, IRD, IMAF.

L’enracinement de l’institution esclavagiste dans le monde culturel atlantique a laissé une empreinte qui touche plusieurs domaines disciplinaires. En ce qui concerne la discipline de l’Histoire de l’art, les arts visuels et les pratiques artistiques fonctionnement comme des dispositifs importants pour le déploiement et la consolidation de cette institution à plusieurs niveaux : économiques et légaux, mais aussi socio-culturels. Cette communication se propose de revenir sur ces figures archétypales de l’esclavisé dans un ensemble d’estampes lithographiques fabriquées entre 1830 et 1850 par les imprimeries du lithographe brésilien d’origine anglaise Frederico Briggs. La figure de l’esclavisé est un archétype censé représenter différentes populations d’origine africaine. Ces oeuvres, connues dans les études des arts comme des « types sociaux », ne sont qu’une forme parmi d’autres à l’intérieur de l’iconographie de l’esclavage atlantique.

Dans les ensembles d’estampes intitulés Costumes do Brasil (1840-1840) et The Brazilian Souvenir – a Selection of Most Peculiar Costumes of Brazil (1848), Briggs « dessine l’esclavage » sous les traits du dessin lithographique à travers l’élaboration de plusieurs figures de l’esclavisé urbain qui occupent les rues d’une ville brésilienne aléatoire dans les premières années de l’Empire du Brésil. La prédominance de personnages d’origine africaine dans ces images met en lumière une « hypervisibilisation » de ces populations urbaines noires, dont le statut d’esclavisés, de libres ou d’affranchis n’est pas toujours certain. Dans cette perspective, l’expression de « dessiner l’esclavage » se fonde non seulement sur l’acte de choisir le travail urbain dans une société esclavagiste comme thème de représentation, mais aussi de tracer des contours sur les caractéristiques présupposées de ces populations dans l’imaginaire brésilien de cette période d’accroissement de recours à la main d’oeuvre esclavisée, malgré les mesures légales plus ou moins implémentées pour la fin de la traite transatlantique.

L’oeuvre visuelle des imprimeries de Briggs est élaborée dans une période qui suppose également un grand changement dans la culture visuelle atlantique, avec l’invention et le développement de plusieurs nouveaux dispositifs pour la reproduction de l’image, dont la lithographie. À cette période, la lithographie inaugure un nouveau rapport à l’image en la rendant plus facile à réaliser par rapport aux méthodes de gravure antérieures, ainsi que plus accessible en raison du bas coût de la production. La lithographie est également une forme artistique d’avant-garde qui permet à l’artiste avec l’aide du lithographe d’exprimer son individualité et son imaginaire visuel, des caractéristiques en accord avec l’esthétique romantique en vogue à la période.

La jonction de ces contextes à priori disparates sert de point de départ pour l’analyse de « l’hypervisibilisation » des populations noires urbaines comme une forme de discours visuel sur le travail urbain, qui est associé étroitement à l’esclavage. La présence massive des travailleurs et travailleuses d’origine africaine dans les rues des villes brésiliennes fonctionne comme une vitrine de la potentialité de l’exploitation de cette main-d’oeuvre en contexte urbain. La violence et les tensions de l’espace urbain esclavagiste brésilien, principalement en ce qui concerne l’accès au travail des travailleurs et travailleuses aux différents statuts (l’esclavisé « gagne-denier », l’esclavisé à louer, les affranchis et les libres) sont invisibilisés dans cette « hypervisibilisation » de la figure du prestateurs de service, notamment la figure majeure de cette imagerie : le vendeur ambulant et la marchande. Ces images des populations noires urbaines, représentées comme disciplinées et pacifiées dans l’occupation des villes, contribuent à la construction de la visualité d’une certaine harmonie et « douceur » des cadres de l’esclavage urbain.

« L’invisibilisation des territoires ultramarins dans les enseignements d’histoire-géographie. »

Iris Portoleau, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Cette communication se proposait d’étudier l’invisibilisation des territoires ultramarins dans les enseignements d’histoire-géographie depuis le début du XXe siècle en métropole et dans les espaces d’outre-mer. Il s’agissait ainsi de réfléchir aux relations entre la métropole et les territoires ultramarins en interrogeant l’absence et la présence de ces derniers dans l’enseignement d’une discipline scolaire conçue pour participer à un projet politique national ou régional.

Nous avons commencé par étudier dans une première partie la mise en place d’une méthodologie qualitative laborieuse, ses enjeux et ses limites. La question du positionnement en tant que chercheuse métropolitaine travaillant sur un territoire colonisé s’est ainsi immédiatement posée aussi bien dans les entretiens que pour l’accès à certains documents. Travailler sur le scolaire comporte également de nombreuses limites comme l’accès à la « boîte noire de la classe », un espace entre l’intime et le public où les relations et les interactions de transmission sont difficilement accessibles. Ce travail qualitatif est complété par un travail lexicométrique et iconographique sur les outils pédagogiques et didactiques, à la recherche des territoires absents des cours ou seulement à la marge des cartes et des programmes.

Cette méthodologie nous a permis ensuite de retracer l’histoire de l’enseignement de l’histoire-géographie en métropole et dans les espaces d’outre-mer, des enseignements profondément marqués par différents projets politiques – coloniaux, assimilationnistes ou même indépendantistes. Les territoires ultramarins, fierté de l’empire colonial, ont ainsi occupé une place importante dans les manuels scolaires dans l’entre-deux-guerres avant de disparaître des programmes et des outils pédagogiques dans les années 1950, au moment de la construction d’une nation « une et indivisible ». Cette nouvelle période met un terme aux premiers efforts d’adaptation locaux de l’histoire-géographie dans les colonies en alignant les contenus sur ceux de la métropole, menant ainsi à leur invisibilisation à l’école dans tous les territoires.

Cette tendance à l’invisibilisation des territoires au profit d’un projet assimilationniste a ralenti au fur et à mesure des changements de statut des territoires ultramarins, leur donnant de plus en plus de compétences en matière d’enseignement. Cela s’est traduit différemment dans les territoires, allant des remplacements ou des ajouts de morceaux de programmes jusqu’à l’émergence d’écoles alternatives centrées sur les langues, les savoirs et les épistémologies locales comme en Nouvelle-Calédonie dans les années 1980, alors que le débat sur l’indépendance explosait. La question de la visibilité des espaces ultramarins dans les enseignements d’histoire-géographie a alors pris une place majeure dans les débats sur l’éducation en renvoyant plus largement à la question de la maîtrise et de l’appropriation de l’histoire et de la géographie locale en vue, parfois, de l’autonomie voire de l’indépendance.

Session 3. Se rendre invisible : l’invisibilité comme ressource

« Les étudiant·es iranien·nes en France dans les années 1950 : L’invisibilité comme ressource. »

Valentin Rebour, Doctorant en histoire contemporaine, Université Paris-Nanterre, CNRS, ISP.

Notre communication porte sur la mise en visibilité des espaces témoignant de la précarité dans laquelle se trouve une part des personnes exilées nouvellement arrivées à Marseille et s’appuie sur des matériaux recueillis dans le cadre de nos enquêtes de thèse respectives (observations participantes et non participantes, entretiens, littérature scientifique) et sur une recherche dans la presse locale. Nous désignons par exilé.e.s nouvellement arrivé.e.s “tous ceux qui ont dû quitter leur pays – l’exilé est celui que “l’autorité force à vivre hors du lieu, hors du pays où il habitait ordinairement”” (Diaz, 2021, p. 17), arrivé.e.s récemment à Marseille et caractérisé.e.s par une diversité d’âges, de genres, de catégories socio-professionnelles, de statuts administratifs, avec des trajectoires d’exil ainsi que des origines diverses (Akoka, 2020).

Le durcissement des politiques migratoires européennes envers les exilé.e.es non-européen.ne.s restreignent les voies d’accès et de régularisation sur les territoires nationaux (Akoka, 2020) et plongent une partie de ces dernier.e.s dans des situations de précarité. Ainsi, nous interrogeons les espaces concrets de précarité des personnes exilées nouvellement arrivées à Marseille et leurs sphères de mise en visibilité, associatives, militantes, politiques et médiatiques. Notre hypothèse est que la visibilisation des espaces de précarité diverge selon leur localisation dans la ville ainsi que selon les acteur.rice.s intervenant dans la visibilisation, leurs caractéristiques et leurs postures.

Nous partons du constat des dysfonctionnements des dispositifs publics d’accueil au niveau local qui ont pour conséquence que les exilé.e.s se retournent vers des locations non-officielles (marchands de sommeil), l’hospitalité privée, les squats (Bouillon, 2009), mais aussi le sans-abrisme et les formes d’errance, des formes d’habitat précaire qui, aux marges des politiques urbaines matérialisent la précarité de certaines de ces populations.

A Marseille, le premier espace d’arrivée et de ressources pour les personnes en exil est le centre-ville où certains lieux concentrent (Dahdah et al., 2018) et mettent au jour la précarité de ces populations, tels que la gare Saint Charles et la porte d’Aix. Bien que moins visibles, la presse locale et un récent rapport associatif (Collectif Alerte PACA, 2022) mettent aussi l’accent sur la concentration de ces situations dans le nord de la ville et alertent sur la réalité des barres d’immeubles dégradées dans lesquelles vit une partie d’entre elles. Nous nous sommes particulièrement intéressées au cas du squat Saint Just (2018-2020), qui a fait l’objet de mises en visibilité fortes par la médiatisation et les mobilisations collectives / associatives, afin d’interpeller les pouvoirs publics sur la situation de ces exilé.e.s et a cristallisé les enjeux de gestion politique locale : “Saint-Just rend visible, fait pression, gêne. Et ce sont ces leviers qui contraignent les institutions à remplir leurs obligations” (Vallois, 2019, p. 34).

Ce processus, qui émerge de mobilisations citoyennes locales, interroge en creux l’invisibilité maintenue d’autres espaces de précarité. Nous nous intéressons aussi à des mises en visibilité, ou au contraire des invisibilisations, de la part des institutions. Par exemple, nous faisons le constat que les services d’accueil institutionnel déployés spécifiquement pour les exilé.e.s Ukrainien.ne.s ont été très médiatisés, montrant le soutien des institutions politiques à ces populations. Pour autant, l’accueil réservé aux Ukrainien.ne.s s’opère tout en maintenant l’invisibilité des situations de précarité qui caractérisent l’accueil d’exilé.e.s originaires d’autres pays, et parfois, aux dépens de ces dernier.e.s.

Nous interrogeons également la réflexivité du.de la chercheur.e et la place de sa subjectivité dans la mise en lumière ou non des réalités qui lui sont données à voir ou non dans le travail d’enquête.

« Les musiques électroniques à l’épreuve du covid-19 : invisibilité contrainte et invisibilité choisie des pratiques festives en contexte épidémique. »

 Léna Aparis-Jutard, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Cette communication prend pour point de départ le constat de l’incompatibilité entre les mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement pour endiguer l’épidémie de covid-19 et les pratiques festives, définies par le géographe G. di Méo comme un phénomène social nécessitant des rapports interindividuels concrets, qui se nourrit de valeurs proxémiques et dont l’essence même est « d’abolir toute distance spatiale et sociale » (Di Méo, 2001). Les mesures gouvernementales annihilent en effet toutes les dimensions de la fête : spatiale (fermeture des lieux dédiés), temporelle (couvre-feu), sociale (distanciation), créatrice (interdiction de diffuser de la musique), cathartique (interdiction de danser, d’être debout). Face à cette invisibilisation subie, le milieu festif lyonnais est confronté à une alternative : intégrer ces règles à leurs pratiques, au risque d’aller à l’encontre de l’essence même de la fête, ou bien les refuser, et transformer l’invisibilité en une ressource essentielle à la persistance des pratiques festives, qui deviennent alors informelles voire illégales.

Tout d’abord, les lieux dédiés aux musiques électroniques ont subi un processus d’invisibilisation par les autorités : non reconnus comme lieux culturels, les clubs ont été fermés pendant plusieurs mois, privant la musique électronique de son principal canal d’expression, alors même que les salles de concert étaient parfois ouvertes ; le couvre-feu apparaît également comme une contrainte visant spécifiquement ces pratiques. Toutefois, les acteur·ice·s de ce secteur ont mis en place des stratégies pour rendre visible et audible la production musicale électronique, par la constitution de « lieux immatériels » (Perrat, 2020) de la fête comme les festivals en ligne et les livestreams.

Parallèlement, des pratiques festives informelles et illégales se sont déployées avec le secret pour condition d’existence. Les acteur·ice·s et amateur·ice·s de musiques électroniques ont donc mis en place un certain nombre de stratégies spatio-temporelles pour invisibiliser leurs fêtes : création de lieux refuges (caves, bars clandestins, squats), et invisibilisation de ceux-ci, contraction de l’espace-temps festif (règlementation des horaires d’arrivée et de départ), sonorisation de l’espace public… Cette quête d’invisibilité est rendue nécessaire par la forte répression par les autorités, mais a également pour conséquence l’exclusion d’une partie du public, qui n’a plus accès ni aux informations, puisque la communication est limitée, ni aux événements en raison de jauges réduites. Cependant, la dimension cachée de ceux-ci semble avoir exacerbé et renouvelé l’effervescence sociale de la fête ; en effet, la réactivation et l’amplification par les contraintes sanitaires des quatre étapes de la « procédure rituelle de la fête » (Hampartzoumian, 2004) que sont le secret, la création d’un espace et d’un temps festifs et la transe ont rendu aux pratiques festives leur dimension extra-ordinaire, loin de l’espacetemps banal et routinier (Di Méo, 2001), redonnant ainsi à la fête son sens originel.

Ces processus d’invisibilisation posent enfin des questions méthodologiques et éthiques. Pour réaliser cette recherche fondée sur des observations de terrain ainsi qu’une dizaine d’entretiens, nous avons dû faire le choix d’un terrain familier, et seule la connaissance préalable d’acteur·ice·s du milieu festif lyonnais nous a permis d’y accéder ; par ailleurs, l’anonymisation et la diffusion restreinte des résultats ont été nécessaires pour ne pas dévoiler ces pratiques en quête d’invisibilité.

Session 4. Lutter contre l’invisibilité : stratégies et agentivité des invisibles

« Les espaces de visibilisation des personnes exilées primo-arrivantes à Marseille. »

Luna Russo, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe/ADEF.
Marie-Aude Salomon, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Notre communication porte sur la mise en visibilité des espaces témoignant de la précarité dans laquelle se trouve une part des personnes exilées nouvellement arrivées à Marseille et s’appuie sur des matériaux recueillis dans le cadre de nos enquêtes de thèse respectives (observations participantes et non participantes, entretiens, littérature scientifique) et sur une recherche dans la presse locale. Nous désignons par exilé.e.s nouvellement arrivé.e.s “tous ceux qui ont dû quitter leur pays – l’exilé est celui que “l’autorité force à vivre hors du lieu, hors du pays où il habitait ordinairement”” (Diaz, 2021, p. 17), arrivé.e.s récemment à Marseille et caractérisé.e.s par une diversité d’âges, de genres, de catégories socio-professionnelles, de statuts administratifs, avec des trajectoires d’exil ainsi que des origines diverses (Akoka, 2020).

Le durcissement des politiques migratoires européennes envers les exilé.e.es non-européen.ne.s restreignent les voies d’accès et de régularisation sur les territoires nationaux (Akoka, 2020) et plongent une partie de ces dernier.e.s dans des situations de précarité. Ainsi, nous interrogeons les espaces concrets de précarité des personnes exilées nouvellement arrivées à Marseille et leurs sphères de mise en visibilité, associatives, militantes, politiques et médiatiques. Notre hypothèse est que la visibilisation des espaces de précarité diverge selon leur localisation dans la ville ainsi que selon les acteur.rice.s intervenant dans la visibilisation, leurs caractéristiques et leurs postures.

Nous partons du constat des dysfonctionnements des dispositifs publics d’accueil au niveau local qui ont pour conséquence que les exilé.e.s se retournent vers des locations non-officielles (marchands de sommeil), l’hospitalité privée, les squats (Bouillon, 2009), mais aussi le sans-abrisme et les formes d’errance, des formes d’habitat précaire qui, aux marges des politiques urbaines matérialisent la précarité de certaines de ces populations.

A Marseille, le premier espace d’arrivée et de ressources pour les personnes en exil est le centre-ville où certains lieux concentrent (Dahdah et al., 2018) et mettent au jour la précarité de ces populations, tels que la gare Saint Charles et la porte d’Aix. Bien que moins visibles, la presse locale et un récent rapport associatif (Collectif Alerte PACA, 2022) mettent aussi l’accent sur la concentration de ces situations dans le nord de la ville et alertent sur la réalité des barres d’immeubles dégradées dans lesquelles vit une partie d’entre elles. Nous nous sommes particulièrement intéressées au cas du squat Saint Just (2018-2020), qui a fait l’objet de mises en visibilité fortes par la médiatisation et les mobilisations collectives / associatives, afin d’interpeller les pouvoirs publics sur la situation de ces exilé.e.s et a cristallisé les enjeux de gestion politique locale : “Saint-Just rend visible, fait pression, gêne. Et ce sont ces leviers qui contraignent les institutions à remplir leurs obligations” (Vallois, 2019, p. 34).

Ce processus, qui émerge de mobilisations citoyennes locales, interroge en creux l’invisibilité maintenue d’autres espaces de précarité. Nous nous intéressons aussi à des mises en visibilité, ou au contraire des invisibilisations, de la part des institutions. Par exemple, nous faisons le constat que les services d’accueil institutionnel déployés spécifiquement pour les exilé.e.s Ukrainien.ne.s ont été très médiatisés, montrant le soutien des institutions politiques à ces populations. Pour autant, l’accueil réservé aux Ukrainien.ne.s s’opère tout en maintenant l’invisibilité des situations de précarité qui caractérisent l’accueil d’exilé.e.s originaires d’autres pays, et parfois, aux dépens de ces dernier.e.s.

Nous interrogeons également la réflexivité du.de la chercheur.e et la place de sa subjectivité dans la mise en lumière ou non des réalités qui lui sont données à voir ou non dans le travail d’enquête.

Saisir l’invisible : la face cachée des sociétés (programme de la journée)

Télécharger l’affiche et le programme de la journée.

PRÉSENTATION

Au sein des sociétés, l’accès à la reconnaissance est inégal : des individus, groupes, courants de pensée et pratiques peinent à exister tant dans les discours que dans les représentations. En les occultant, l’invisibilisation sociale, « processus dont la conséquence ultime est l’impossibilité de participer à la vie sociale(1) », contribue au maintien d’un consensus qui profite aux dominant·es. C’est par une mise à l’écart sociale, politique, économique, juridique, géographique ou encore symbolique que se produisent les divisions et la stratification des groupes humains. En conséquence, cette nouvelle journée d’étude des Jeunes Chercheur·se·s de TELEMMe s’attachera à analyser ces mécanismes au prisme des acteur·rices, des objets et des espaces invisibilisé·es.

(1) Guillaume Le Blanc, L’invisibilité sociale, Paris, PUF, 2009, p. 1.


PROGRAMME

8h45 – Accueil des participants et du public

9h – Ouverture de la journée d’études

Anne Montenach, Directrice adjointe de l’UMR TELEMMe.

9h15 – Introduction
  • Marguerite Valcin, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe/LEST.
  • Tristan Portier, Doctorant en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
9h30 – Session 1
Voir les invisibles : enjeux scientifiques et méthodologiques

Modération : Delphine Peiretti-Courtis, Professeure agrégée d’histoire, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Où sont les femmes ? Présence et absence des écrits personnels féminins dans les fonds familiaux de la noblesse (France méridionale, XVIIe-début du XIXe siècle). »
    Camille Caparos, Doctorante en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • « L’invisible au prisme du corps déplacé, du corps entravé. »
    Monique Pernin, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Dylan Beccaria, Doctorant en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe/CERHIIP.
  • Ami Nagai, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

10h45 – Pause café

11h — Session 2
Invisibilité et hyper visibilité : les représentations des groupes dominés

Modération : Anne Montenach, Professeure d’histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Dessiner l’esclavage : saisir les visibilités politiques dans l’œuvre du lithographe anglo-brésilien Frederico Briggs. »
    Carla Francisco, Docteure en études romanes, Université d’Aix-Marseille, CNRS, EHESS, IRD, IMAF.
  • « L’invisibilisation des territoires ultramarins dans les enseignements d’histoire-géographie. »
    Iris Portoleau, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Léa Battais, Doctorante en histoire de l’art contemporain, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Pauline Saveant, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
13h30 — Session 3
Se rendre invisible : l’invisibilité comme ressource

Modération : Anne Montenach, Professeure d’histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Saisir l’opium de contrebande en Indochine. Vers une histoire sociale des pratiques de fraude en situation coloniale (1899-1940). »
    Thomas Clare, Doctorant en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, IrAsia.
  • « Les étudiant·es iranien·nes en France dans les années 1950 : L’invisibilité comme ressource. »
    Valentin Rebour, Doctorant en histoire contemporaine, Université Paris-Nanterre, CNRS, ISP.
  • « Les musiques électroniques à l’épreuve du covid-19 : invisibilité contrainte et invisibilité choisie des pratiques festives en contexte épidémique. »
    Léna Aparis-Jutard, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Cécile Bournat-Querat, Doctorante en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Mélina Joyeux, Doctorante en histoire contemporaine, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

15h15 – Pause café

15h30 — Session 4
Lutter contre l’invisibilité : stratégies et agentivité des invisibles

Modération : Gwenaëlle Audren, maître de conférences en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

  • « Rendre visibles les invisibles. Les ATSEM dans la lutte juridictionnelle à l’école maternelle. »
    Arthur Imbert, Doctorant en sociologie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, LEST.
  • « Les espaces de visibilisation des personnes exilées primo-arrivantes à Marseille. »
    Luna Russo, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe/ADEF.
    Marie-Aude Salomon, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Discussion :

  • Aude-Line Gervais, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Sascha Perroux, Doctorante en géographie, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

16h45 — Conclusion

  • Pablo Perez, Doctorant en histoire moderne, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.
  • Julie Rateau-Holbach, Doctorante en histoire de l’art contemporain, Université d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe.

Appel à communications : Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe (25 mai 2022)

Saisir l’invisible : les faces cachées des sociétés

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe

25 mai 2022

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), Aix-en-Provence

Koen JACOBS, London Fog, 2017, London, England. https://flic.kr/p/2g4SQ7w

« Les autres sont invisibles pour nous parce que nous ne faisons pas l’effort de les reconnaître comme des êtres humains ». C’est par ces mots que le romancier afro-américain Ralph Ellison met en lumière les inégalités d’une Amérique ségréguée dans son ouvrage Homme invisible, pour qui chantes-tu ?[1].

Au sein des sociétés, l’accès à la reconnaissance est inégal : des individus, groupes, courants de pensée et pratiques peinent à exister tant dans les discours que dans les représentations. En les occultant, l’invisibilisation sociale, « processus dont la conséquence ultime est l’impossibilité de participer à la vie sociale[2] », contribue au maintien d’un consensus qui profite aux dominant·es. C’est par une mise à l’écart sociale, politique, économique, juridique, géographique ou encore symbolique que se produisent les divisions et la stratification des groupes humains. En conséquence, il s’agira d’analyser ces mécanismes au prisme des acteur·rices, des objets et des espaces invisibilisés.

Dans la réflexion phénoménologique, l’invisible est ce qui n’est pas perçu par le regard. C’est donc dans la subjectivité du regardant qu’il s’élabore. Plus largement, l’invisible renvoie aux éléments marginaux, informels, cachés ou absents ; aux groupes et pratiques historiquement éclipsés par la société ; à ce qui est trop ordinaire, trop banal pour être remarqué ; ou encore aux mondes de l’immatériel et du virtuel.

Inscrit en négatif dans toutes les recherches, l’invisible est a priori à la fois omniprésent et insaisissable. L’ambition de cerner, analyser et dévoiler cette face cachée des sociétés constitue un des fondements des sciences humaines et sociales. L’invisibilité d’un phénomène est d’abord largement déterminée par le manque de données, dont la récolte et l’étude représentent des enjeux majeurs pour les chercheur·euses. Dans la seconde moitié du XXe siècle, on assiste à un renouvellement des théories, des méthodes, mais aussi des sujets de recherche qui mettent désormais à l’honneur des acteur·rices, des espaces et des objets longtemps ignorés, car difficilement délimitables ou quantifiables[3]. À partir des années 1970, de nouveaux courants transdisciplinaires, apparus dans le sillage du structuralisme et de la crise des idéologies, ont permis de jeter la lumière sur des zones d’ombre, des processus d’invisibilisation, et donc des problématiques de domination dans la société et jusque dans la science elle-même. Les studies[4] anglo-saxonnes ont par exemple soulevé les questions de la subalternité[5] et du genre[6]. Simultanément, la géographie et la sociologie ont porté leur regard sur de nouveaux objets de recherche, notamment à travers l’étude des marges[7] (dans la lignée des travaux fondateurs de l’École de Chicago[8]) et de l’informel[9].

Après ces travaux précurseurs, la recherche contemporaine a confirmé la nécessité d’enquêter sur les parts d’invisible des sociétés, en lien avec les enjeux politiques et militants qui imprègnent les débats scientifiques et publics. C’est dans cette continuité que les Jeunes chercheurs·ses de TELEMMe souhaitent inscrire leur journée d’études, afin d’inclure dans l’analyse des groupes et des espaces qui en sont habituellement absents, et d’étudier les implications méthodologiques et éthiques d’une telle mise en lumière.

Axe transversal – Saisir l’invisible

En interrogeant les façons de « saisir l’invisible », cette journée aura pour fil rouge la réflexion sur les enjeux méthodologiques : comment dévoiler des objets et des sujets qui, par définition, se dérobent au regard des chercheur·euses en SHS ? Quelles traces (écrites, matérielles, iconographiques, etc.) et quels matériaux (observations, entretiens, données quantitatives, etc.) peuvent être mobilisés à cet effet ? Comment faire parler les silences de ces sources ? Toutes les communications devront expliciter ces problématiques.

Axe 1 – (Se) rendre invisible

Parler d’invisible pose immédiatement la question du regard, du point de vue : pour qui ces objets sont-ils invisibles ? Pourquoi le sont-ils ou comment le sont-ils devenus ? Cet axe questionnera les processus d’invisibilisation : comment le statut d’invisible naît-il des interactions et rapports de force noués entre et au sein des groupes sociaux ? Quels mécanismes les dominant·es utilisent-ils·elles pour maintenir une hiérarchie sociale et symbolique ? Dans quelle mesure certains groupes, pratiques, espaces ont-ils intérêt à se rendre ou à rester invisibles, à se soustraire aux normes et au contrôle social ?

Axe 2 – Être invisible

Cet axe se concentrera sur les caractéristiques des espaces, des individus et des pratiques invisibles : comment sont-ils définis et comment se définissent-ils ? En quoi sont-ils à la fois objets et producteurs de représentations ? Quelles ressources peut procurer cette invisibilité et quelles formes d’agentivité peuvent s’y déployer ? Comment certain·es acteur·rices oscillent-ils·elles entre visibilité et invisibilité ? Il y a ici une occasion de s’interroger sur le lien entre l’invisible et des termes connexes tels que l’informel, le caché, la marge.

Axe 3 – (Se) rendre visible

L’invisibilité pose, en creux, la question de la visibilisation et de ses conséquences. Quelles stratégies et tactiques les invisibles peuvent-ils·elles mettre en place pour se rendre visibles ? Quelle est la place des regards politiques, médiatiques et scientifiques dans cette mise en lumière ? Pour le·la chercheur·se, cette démarche porte aussi en elle des problématiques méthodologiques et éthiques sur la manière dont il·elle influence son objet d’étude.

_______________________

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (géographie, histoire, histoire de l’art, archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie, psychologie, sciences juridiques, science politique, économie…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités méthodologiques et épistémologiques des sujets qu’elles abordent.

Les propositions des doctorant·es ou des jeunes docteur·es devront être envoyées avant le 27 mars 2022 à l’adresse : jjctelemme@gmail.com. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·rice (nom, situation, unité de rattachement).

Si les conditions sanitaires le permettent, la journée d’études se tiendra le 25 mai 2022 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 5 rue du Château de l’Horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·es ou de leur institution de rattachement. Le cas échéant, la rencontre pourra être organisée en visioconférence.

COMITÉ D’ORGANISATION :

  • Léna APARIS-JUTARD, doctorante en géographie
  • Léa BATTAIS, doctorante en histoire de l’art contemporain
  • Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne
  • Cécile BOURNAT-QUERAT, doctorante en histoire moderne
  • Aude-Line GERVAIS, doctorante en géographie
  • Rémi GRISAL, doctorant en histoire contemporaine
  • Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine
  • Anthony LE BERRE, doctorant en histoire moderne
  • Rémi LOMBARDI, doctorant en histoire contemporaine
  • Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne
  • Ami NAGAI, doctorante en histoire contemporaine
  • Sascha PERROUX, doctorante en géographie
  • Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine
  • Iris PORTOLEAU, doctorante en géographie
  • Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain
  • Luna RUSSO, doctorante en géographie
  • Marie-Aude SALOMON, doctorante en géographie
  • Pauline SAVEANT, doctorante en histoire contemporaine
  • Marguerite VALCIN, doctorante en géographie

[1] Interview de Ralph Ellisondans The Saturday Review of Literature, le 12 avril 1952.

[2] Guillaume Le Blanc, L’invisibilité sociale, Paris, PUF, 2009, p. 1.

[3] Pierre Romelaer, Anouck Adrot, « Explorer l’invisible », in Jean-Luc Moriceau (dir.), Recherche qualitative en sciences sociales, Caen, EMS Éditions, 2019, p. 191-206.

[4] Lucas Monteil, Alice Romero, « Des disciplines aux Studies. Savoirs, trajectoires, politiques », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 11, n° 3, 2017, p. 231-241.

[5] Gayatri C. Spivak, « Can the Subaltern Speak ? », in Cary Nelson, Grossberg Lawrence (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press, 1988.

[6] Joan W. Scott, Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1988.

[7] Samuel Depraz, La France des marges : géographie des espaces « autres », Paris, Armand Colin, 2017 ; Robert Castel, « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation », Cahiers de recherche sociologique, n° 22, 1994, p. 11-27.

[8] Robert E. Park, « Human Migration and the Marginal Man », American Journal of Sociology, n°33, 1928, p. 881-893 ; Howard Becker, Outsiders: Studies in the Sociology of Deviance, Glencoe, Free Press, 1963.

[9] Karine Bennafla, « Pour une géographie des bordures à l’heure globale : frontières et espaces d’activités “informelles” », Habilitation à diriger des recherches en géographie, Université Paris Ouest Nanterre, 2012 ; Florence Weber, Laurence Fontaine, Les paradoxes de l’économie informelle. À qui profitent les règles ?, Paris, Karthala, 2011.

Résumé communication JE 2021 “Le(s) conflit(s) en SHS” : Pablo Perez, “Le conflit dans les rapports sociaux de l’économie d’Ancien Régime : désordres dans la maison Brentano”

En 1756, Domenico Antonio Brentano este justice contre ses oncles, qui refusent de lui reverser la somme qu’il a investi dans l’entreprise « Domenico Brentano e figli », qu’il a quitté peu de temps auparavant. L’hostilité qui s’est dégagée du long conflit qui s’ensuit contraste avec l’apparente union de l’entreprise, de la famille, des immigrés du lac de Côme à Francfort que l’on observe auparavant. L’affaiblissement des logiques de solidarité entre commerçants que l’on observe dans ce cas peut être liée à l’institutionnalisation des milieux économiques et à l’augmentation de l’efficacité et de la croyance dans le bon fonctionnement des mécanismes de l’économie et de la justice publique.
 
Ce conflit, fait s’entremêler dans un même groupe, des hiérarchies, des institutions de la société d’Ancien Régime, au-devant desquelles, la famille, la communauté d’étrangers de même origine, l’entreprise, la société marchande et le système judiciaire. Dans ces institutions où le conflit prend place, les acteurs en conflit sont dans une configuration très inégale. En effet, le neveu n’a que peu de capital – économique ou symbolique – à faire valoir face à ses oncles, puis face à ses richissimes cousins, qui parviennent habilement à manœuvrer, à instrumentaliser des institutions judiciaires afin de faire traîner le litige judiciaire pendant près de cinquante ans. Ce litige s’est achevé à l’aube du XIXe siècle, bien après la mort de ses protagonistes, mais le fait qu’ils n’aient pas connu sa résolution ne signifie pas nécessairement que ce conflit soit improductif. Il permet aux oncles et à leurs fils, qui sont des marchands puissants, influents à Francfort bien qu’étrangers, de participer au maintien d’un ordre, dans l’économie d’Ancien Régime, dans leur famille, et dans leur entreprise. 
 

Pablo Perez, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Dylan Beccaria, “« N’ayant heu aultre affaire ny querelle precedante avec ledict deffunct » : le conflit et son récit dans les affaires de rémission aux XVIe et XVIIe siècles”

Qu’elles mettent en avant une dispute conjugale, des échanges d’injures en public, un duel pour point d’honneur, une rixe de taverne ou encore des combats armés entre bandes de jeunes, les lettres de grâce sont un observatoire de choix pour étudier les conflits à l’époque moderne. Ces actes de chancellerie, par lesquels le Prince pardonne un crime et restaure son auteur dans « sa bonne fame et renommee » (C. Gauvard, 1991), fournissent en effet un récit détaillé des faits ayant conduit au crime. Ces récits trouvent leur origine dans les suppliques formulées par les criminels, ou par leurs proches, afin de solliciter le pardon du roi. Ils laissent à ce titre une large place à la description des conflits, puisque les affaires pardonnées impliquent presque toujours un antagonisme que les suppliants doivent décrire longuement. Pourtant, la source est discutée. En effet, seules les affaires bénéficiant de circonstances atténuantes peuvent prétendre à la clémence du souverain. L’exposé doit ainsi montrer que le crime en question répond bien aux exigences de rémissibilité et que son auteur mérite le pardon du roi. Nombre de spécialistes considèrent donc ces discours comme biaisés (P. Braun, 1984 ; N. Zemon Davis, 1989 ; S. Blot-Maccagnan, 2010), tandis que d’autres estiment qu’ils ne pouvaient guère s’éloigner de la réalité (C. Gauvard, 1991 ; M. Nassiet, 2011), notamment parce que, pour que la grâce soit effective, le récit du suppliant était soumis à l’examen d’une cour de justice lors de la procédure d’entérinement, ce qui représentait un risque réel pour le criminel en cas de faux aveux.
À partir des affaires de rémission entérinées par le Parlement et les sénéchaussées de Provence aux XVIe et XVIIe siècles, cette communication a pour objectif d’étudier le conflit tel qu’il est présenté par les candidats à la grâce royale dans leurs récits. Si la part de vérité dans ces sources est difficile à apprécier, il est évident que chaque supplique s’appuie sur des principes rhétoriques et des codes langagiers préétablis qui évoluent sur l’ensemble de la période envisagée. Ces biais, qui concernent particulièrement la description du conflit précédant le crime, fournissent un matériel intéressant pour l’historien : étudier la manière dont le principal acteur d’un conflit justifie ses actes permet de voir quels éléments sont susceptibles d’en atténuer la gravité dans l’imaginaire collectif de l’époque et ainsi, d’appréhender en partie la façon dont la société d’Ancien Régime perçoit la violence et ses modes d’expression dans le cadre d’un affrontement.
 
Dylan Beccaria, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Sarah Kerboas, “Le volontourisme au Cambodge, de nouveaux rapports de domination conflictuels ?”

Dans les années 90, et au lendemain du génocide des Khmers Rouges, qui a entraîné la mort d’un tiers de la population, le Cambodge est considéré comme une zone prioritaire : il motive alors des interventions humanitaires dans de multiples domaines suite aux Accords de Paris de 1991. Trente ans plus tard, les ONG sont toujours plus nombreuses au Cambodge, et l’humanitaire semble représenter un nouveau marché économique. Les différents niveaux de subordination auxquels certaines populations sont confrontées, à savoir, leur statut de « pauvres », la couleur de leur peau, leur marginalisation géographique, leur dépendance aux ONG et leur soumission au gouvernement sont autant de problématiques que j’ai essayé d’aborder en recueillant les points de vue des bénéficiaires des aides humanitaires durant mon terrain anthropologique, réalisé sur plusieurs mois de 2017 à 2020. À la fois formateurs et employeurs idéaux, ces organismes venus de l’international pour relever le pays s’intéressent également à la politique, à la sphère des affaires, la sphère diplomatique et religieuse, donc bien au-delà des secteurs prioritaires prétendus de la santé et l’éducation. Pour autant, les situations d’indigence dans lesquelles les populations d’aidés se retrouvent sont loin de pouvoir toutes être considérées comme « bénéfiques ». Expropriations, développement d’une politique foncière injuste, spoliation des terres, corruption endémique… sont souvent à l’origine de ces conditions de pauvreté. Le contexte du conflit foncier est pourtant rarement évoqué. Le cas du village de Srapoh, que j’ai particulièrement suivi, n’est hélas pas isolé. Ce que ces pratiques humanitaires révèlent dans ces espaces est que l’inégalité de l’aide est une réalité établie. Dans un même temps, elle assoit la dépendance de certaines familles et fait naître des conflits au sein de communautés qui ont toujours vécu ensemble, puisque provenant des mêmes quartiers. La notion de développement, présentée par de nombreuses ONG comme une panacée, appelle de nouveaux questionnements de notre part au regard de ces conflits locaux.

Sarah Kerboas, doctorante en anthropologie sociale, Université Toulouse 2 Jean-Jaurés

 

Résumé communication JE 2021, “Le(s) conflit(s) en SHS” : Soizic Morin, “Des soignantes en conflit au XIXe siècle dans les Bouches-du-Rhône : entre maintien des normes sociales et outil d’émancipation”

L’image d’une soignante docile et obéissante aux docteurs ou aux administrateurs des hôpitaux par exemple est déjà une image d’Épinal pour le XIXe siècle. Les sources font apparaître plusieurs conflits entre des soignantes et des autorités masculines dans les Bouches-du-Rhône. Notre communication s’est centrée sur le cas des sœurs hospitalières et des sages-femmes. Même si elles n’entrent pas en conflit pour les mêmes raisons et ni à la même période, nous avons pu déceler quelques points communs. Les conflits prennent naissance que sous certaines conditions. Tout d’abord, il faut un lien d’interdépendance entre les deux parties. Les sœurs hospitalières actrices de conflits importants avec les administrateurs des hospices civils durant la première moitié du XIXe siècle deviennent seulement un objet de conflits au moment de la laïcisation. Elles ont perdu leur monopole de soins dans les hôpitaux avec la venue très progressive des infirmières laïques. De plus, la question de la formation est essentielle. Elle apporte une légitimité et probablement une certaine estime de soi aux soignantes. Les sages-femmes prennent conscience petit à petit de la légitimité que leur offre leur diplôme et n’hésitent pas à former un syndicat à la fin du XIXe siècle. Par ce syndicat, elles réclament certaines prérogatives comme l’utilisation du forceps.

Néanmoins, il ne faudrait pas non plus voir ces conflits uniquement sous l’angle d’une émancipation totale de ces femmes face à l’autorité masculine. Ces conflits ont souvent pour objet de faire respecter une norme sociale et une hiérarchie ancienne. Par exemple, les Augustines à la fin des années 1820 entrent en conflit avec les administrateurs des hospices civils de Marseille parce qu’elles ne reconnaissent pas leur autorité, c’est celle de l’évêque qui prime pour elles ; de même, les sages-femmes qui ont créé le syndicat national font tout pour éviter d’entrer en conflit avec des médecins. Ceci peut même provoquer des conflits avec des branches locales comme celle des Bouches-du-Rhône.

Soizic Morin, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, TELEMMe