Jordie Blanc Ansari – Repenser le rapport homme/nature en anthropologie à partir du « Vivir Bien » en Bolivie.

Version pdf

Après l’Equateur, le gouvernement bolivien est le second État à inscrire le concept indigène du Vivir Bien dans sa constitution de 2009, qui signifie : une vie en harmonie entre les hommes et avec la nature. Ce concept est traduit du kichwa sumak kawsaï et de l’aymara suma qamaña. Par ce concept, l’Etat bolivien propose une alternative au modèle « néolibéral ». En 2012, la loi « Tierra Madre » accorde à la nature un nouveau statut juridique pour répondre à la problématique du changement climatique et à l’exploitation intensive des ressources naturelles. Simultanément, l’ONU déclare le droit des peuples autochtones1 et la mouvance écologiste puise dans les pratiques « ancestrales » pour édifier une société décroissante, en harmonie avec la Terre, où « humus » et « humanité » ont la même racine2. Dans le cadre de ma recherche en anthropologie, je me suis interrogée: est-ce que le Vivir Bien est à-même de répondre aux défis sociaux et environnementaux qui animent la Bolivie contemporaine, et plus largement notre planète. L’anthropologie a depuis quelques années inclue dans son analyse, les multiples existences liées à l’homme, d’ordre naturel ou surnaturel. Ce tournant théorique a amené la discipline a ouvrir son champ aux modèles de représentations, d’interprétations et d’organisations des milieux naturels par les groupes sociaux.

Continuer la lecture de Jordie Blanc Ansari – Repenser le rapport homme/nature en anthropologie à partir du « Vivir Bien » en Bolivie.

Guillaume Contini – Environnement, bombardements et faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale dans la France méridionale

Version pdf

L’objectif de cette thèse de troisième cycle (contrat doctoral financé par la Direction Générale de l’Armement-DGA) est d’étudier et d’analyser les impacts environnementaux des faits de guerre et des activités pyrotechniques sur les sites militaires de la côte méditerranéenne française, de la frontière italienne à la frontière espagnole, la région Lyonnaise constituant la limite nord de l’étude. Le cadre chronologique se situe entre le 10 mai 1939 avec les attaques italiennes et allemandes et le 8 mai 1945 avec la libération de la France par les forces alliées. Ce conflit armé a induit une forte activité pyrotechnique associée à l’utilisation d’engins explosifs. Ces pollutions peuvent provenir de faits de guerre, de fabrication d’engins pyrotechniques ou de stockages et enfouissements. Parmi les pollutions générées par ces activités, l’impact sur les sols, l’environnement et les structures bâties est primordial. Ces pollutions ont ainsi touché les milieux urbains et ruraux, mais aussi les milieux maritimes, montagnards et fluviaux. En revanche, la pollution de l’air n’est plus mesurable compte tenu de l’ancienneté des faits étudiés.

Continuer la lecture de Guillaume Contini – Environnement, bombardements et faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale dans la France méridionale

Anna-Livia Marchionni – Socio-anthropologie de l’autisme dans ses relations à la nature et aux animaux : ville-carcan et nature-liberté

Version pdf

Classé dans le DSM-V (2013) parmi les troubles neurodéveloppementaux, nous savons aujourd’hui qu’il n’existe pas une forme d’autisme mais un continuum autistique. Depuis l’article du psychiatre américain Léo Kanner, qui, en 1943, décrit le syndrome autistique, la compréhension de ce syndrome s’est grandement affinée et nuancée. Selon Liane Holliday Willey (2010 : 9) : « l’autisme couvre bien des réalités. Entre ses frontières se trouve une gamme étendue d’aptitudes et d’inaptitudes, une gamme étendue de différences. C’est un diagnostic souple qui n’a ni début précis ni fin certaine. » Elle-même a reçu un diagnostic de syndrome d’Asperger, une forme d’autisme qui, contrairement à l’autisme de Kanner, n’est pas associée à un retard ou à une absence de langage, mais plutôt à une précocité dans les aptitudes verbales, et dont les difficultés de socialisation et de communication sont moins importantes. On parle aujourd’hui de « puzzle de l’autisme » (Gepner, 2014 : 17) pour rendre compte de l’hétérogénéité du spectre de l’autisme ; il s’agit, selon Bruno Gepner, psychiatre et pédopsychiatre spécialiste de l’autisme, d’un «curieux mélange de déficiences, d’hypercompétences et de bizarreries » (2014 : 14). Des particularités en terme de fonctionnement cognitif et sensoriel sont mises en évidence chez les personnes autistes : systèmes conceptuels et perceptuels atypiques caractérisés par une attention inhabituelle aux détails (Frith, 1996 ; Baron-Cohen et al., 2009), hyper- et hypo-sensibilités sensorielles variables et spécifiques à chaque individu, surfonctionnement perceptif général supposé être à l’origine de l’autisme (Mottronet al., 2003).

Continuer la lecture de Anna-Livia Marchionni – Socio-anthropologie de l’autisme dans ses relations à la nature et aux animaux : ville-carcan et nature-liberté

Kevin Pometti Benítez – Un environnement menacé ? Oscillations climatiques et activités anthropiques dans le cadre de l’épidémie de fièvre jaune de Barcelone en 1821

Version pdf

L’objectif de cette communication est de montrer les interactions entre climat et environnement et l’équilibre instable qui préside à leur relation. Nous focaliserons notre attention sur l’influence que les hommes peuvent avoir sur leur environnement et les modifications qui s’ensuivent, positives ou négatives. 

Nous partons de l’étude des phénomènes climatiques et de la période d’instabilité connue sous le nom d’« Oscillation Maldà » (1760-1800). Celle-ci constitue une période d’instabilité climatique marquée par l’instabilité, la confluence d’épisodes de sécheresses et d’inondations catastrophiques, de variabilité de températures. La phase tardive de la période de variabilité atmosphérique connue sous le nom d’Oscillation Maldà (1760-1800) prolonge ses effets jusqu’aux premières années du XIXe siècle. Dans le contexte du minimum solaire de Dalton (1790-1830) les effets de l’Oscillation del Niño, qui a lieu en 1795, interfèrent et renforcent l’instabilité climatique. Une de ses incidences globales a pour résultat l’altération des conditions de la Circulation Atmosphérique Générale. À cette circulation atmosphérique perturbée s’ajoutent les effets du volcanisme. En ce sens, en 1783 l’éruption du volcan islandais Laki conjuguée avec l’éruption du Vésuve eut des répercussions notables sur le climat et la prolifération d’épidémies (fièvres paludéennes, fièvres typhoïdes, épizooties) en Méditerranée. L’éruption du volcan Tambora, en Indonésie en avril 1815, eut aussi des effets délétères sur la circulation atmosphérique de la planète et affecta le bassin méditerranéen. Dans cet espace, les perturbations se manifestent par une instabilité du régime hydrométéorologique et par une fluctuation des températures. 

Continuer la lecture de Kevin Pometti Benítez – Un environnement menacé ? Oscillations climatiques et activités anthropiques dans le cadre de l’épidémie de fièvre jaune de Barcelone en 1821

Penser les environnements en SHS. En guise d’introduction…

Par Romain  Facchini et Mathilde Vignau

Version pdf

Chaque année, les jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe organisent une journée d’études pluridisciplinaire permettant aux doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s issu.e.s des sciences humaines et sociales, de mettre en commun leurs idées et leurs points de vue autour d’une notion transversale. Cela est possible grâce au précieux concours de plusieurs personnes que nous souhaitons remercier. En effet cette journée n’aurait pu avoir lieu sans le soutien de Sabine LUCIANI, directrice de l’École Doctorale 355 « Espace, Culture et Société » et de Xavier DAUMALIN, directeur de l’UMR TELEMMe. Nous adressons également nos sincères remerciements à Anne MONTENACH, directrice adjointe de l’UMR TELEMMe pour son aide et sa présence tout au long du processus d’élaboration de cette journée. Un grand merci à Agnès RABION pour l’ensemble de ses conseils, à Caroline TESTANIÈRE pour son aide logistique et à Delphine CAVALLO pour la réalisation de la maquette et la communication de notre programme. Enfin, nous remercions sincèrement Martine CHALVET, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine et Daniel FAGET, Maître de conférences en histoire moderne, pour avoir accepté d’assurer la modération des quatre sessions qui cadrent notre journée.

L’ambition première de ces journées est d’amorcer un débat scientifique entre des disciplines qui n’ont pas toujours l’occasion de dialoguer ensemble malgré la grande richesse qui émane de leurs interactions. Pour ce faire, nous nous efforçons de trouver au fil des ans, des thèmes qui puissent être investis mais aussi approfondis par une multitude de champs académiques. Ainsi, après avoir étudié en 2017, le concept d’objet comme objet d’étude des sciences humaines et sociales, nous avons cette année souhaité réfléchir à la notion d’environnement qui transcende de très nombreux travaux et disciplines scientifiques.

Continuer la lecture de Penser les environnements en SHS. En guise d’introduction…

Penser les environnements en sciences humaines et sociales. Journée Jeunes chercheurs de l’UMR 7303 TELEMMe, 16 mai 2018 (deadline 3 avril 2018)

APPEL À COMMUNICATION

Penser les environnements en sciences humaines et sociales

Journée d’étude des Jeunes chercheurs de l’UMR TELEMMe

Mercredi 16 mai 2018

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) Aix-en-Provence

Continuer la lecture de Penser les environnements en sciences humaines et sociales. Journée Jeunes chercheurs de l’UMR 7303 TELEMMe, 16 mai 2018 (deadline 3 avril 2018)