JJC 2019 – Le temps en shs. ATELIER n° 1

Le premier atelier des jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe, permettant de préparer la journée d’études 2019, s’est tenu le 5 septembre 2018. Il a permis d’étayer la thématique choisie avant la période estivale : « le temps en sciences humaines et sociales ». À la suite des présentations d’usage – notamment des doctorant·e·s de première année – cette réunion s’est ouverte sur trois communications introduisant les notions de « temps », « durée », « rythme » et la manière dont elles sont appréhendées dans les champs de l’histoire, de l’histoire de l’art et de la géographie. Ainsi, en guise d’introduction, Fabien Bartolotti, doctorant en histoire contemporaine, a présenté quelques fondements étymologiques, philosophiques et historiographiques du sujet. La deuxième intervention, effectuée par Lucie Chopard, doctorante en histoire de l’art, a brossé un panorama de la notion telle qu’elle est abordée par les historien·ne·s de l’art. Enfin, Mathilde Vignau, doctorante en géographie, a proposé une communication portant sur l’appréhension de la variable temps dans les travaux géographiques. Nous reproduisons, ci-dessous, un résumé de ces exposés.

Continuer la lecture de JJC 2019 – Le temps en shs. ATELIER n° 1

Jordie Blanc Ansari – Repenser le rapport homme/nature en anthropologie à partir du « Vivir Bien » en Bolivie.

Version pdf

Après l’Equateur, le gouvernement bolivien est le second État à inscrire le concept indigène du Vivir Bien dans sa constitution de 2009, qui signifie : une vie en harmonie entre les hommes et avec la nature. Ce concept est traduit du kichwa sumak kawsaï et de l’aymara suma qamaña. Par ce concept, l’Etat bolivien propose une alternative au modèle « néolibéral ». En 2012, la loi « Tierra Madre » accorde à la nature un nouveau statut juridique pour répondre à la problématique du changement climatique et à l’exploitation intensive des ressources naturelles. Simultanément, l’ONU déclare le droit des peuples autochtones1 et la mouvance écologiste puise dans les pratiques « ancestrales » pour édifier une société décroissante, en harmonie avec la Terre, où « humus » et « humanité » ont la même racine2. Dans le cadre de ma recherche en anthropologie, je me suis interrogée: est-ce que le Vivir Bien est à-même de répondre aux défis sociaux et environnementaux qui animent la Bolivie contemporaine, et plus largement notre planète. L’anthropologie a depuis quelques années inclue dans son analyse, les multiples existences liées à l’homme, d’ordre naturel ou surnaturel. Ce tournant théorique a amené la discipline a ouvrir son champ aux modèles de représentations, d’interprétations et d’organisations des milieux naturels par les groupes sociaux.

Continuer la lecture de Jordie Blanc Ansari – Repenser le rapport homme/nature en anthropologie à partir du « Vivir Bien » en Bolivie.

Guillaume Contini – Environnement, bombardements et faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale dans la France méridionale

Version pdf

L’objectif de cette thèse de troisième cycle (contrat doctoral financé par la Direction Générale de l’Armement-DGA) est d’étudier et d’analyser les impacts environnementaux des faits de guerre et des activités pyrotechniques sur les sites militaires de la côte méditerranéenne française, de la frontière italienne à la frontière espagnole, la région Lyonnaise constituant la limite nord de l’étude. Le cadre chronologique se situe entre le 10 mai 1939 avec les attaques italiennes et allemandes et le 8 mai 1945 avec la libération de la France par les forces alliées. Ce conflit armé a induit une forte activité pyrotechnique associée à l’utilisation d’engins explosifs. Ces pollutions peuvent provenir de faits de guerre, de fabrication d’engins pyrotechniques ou de stockages et enfouissements. Parmi les pollutions générées par ces activités, l’impact sur les sols, l’environnement et les structures bâties est primordial. Ces pollutions ont ainsi touché les milieux urbains et ruraux, mais aussi les milieux maritimes, montagnards et fluviaux. En revanche, la pollution de l’air n’est plus mesurable compte tenu de l’ancienneté des faits étudiés.

Continuer la lecture de Guillaume Contini – Environnement, bombardements et faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale dans la France méridionale