Appel à communications : Journée d’études des jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, “Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales”, 12 mai 2020, MMSH, Aix-en-Provence

“14 juillet : après le défilé, la foule se disperse” (1919), Agence Meurisse, BNF

 

PROLONGATION PROPOSITION DE COMMUNICATIONS : 9 AVRIL 2020

 

APPEL À COMMUNICATION

Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe

12 mai 2020
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence

Collectifs, animaux, objets, intelligences artificielles sont autant de catégories qui aujourd’hui questionnent les contours du concept d’acteur en sciences humaines et sociales. L’acteur·rice se caractérise comme celui ou celle qui agit, qui mène une action, ou encore qui interprète. Au-delà de cette définition, de nombreuses déclinaisons — actant, agent — ainsi que des termes connexes — sujet, individu, personne — révèlent des approches méthodologiques spécifiques parfois en opposition : individuel/collectif, micro/macro, subjectivisme/objectivisme, quantitatif/qualitatif, point de départ/d’arrivée de la réflexion, agissant/non agissant.

Interdisciplinaire, le concept d’acteur semble être omniprésent et constamment mobilisé dans les recherches menées en sciences humaines et sociales au point de faire consensus. Il apparaît comme unité fondamentale de nombreuses disciplines. Toutefois, la dialectique entre holisme et individualisme a fait l’objet de débats au sein des sciences humaines et sociales. Au début du XXe siècle, déjà, le sociologue François Simiand dénonçait l’individu comme l’une des trois idoles des historiens avec l’idole politique et l’idole chronologique[1]. Cette critique a conduit l’école des Annales à délaisser l’individu, la figure des « grands hommes » et le genre biographique. En littérature, le structuralisme annonçait la mort de l’auteur dépossédé de son oeuvre[2]. Cependant, dans les années 1980, la crise des structures impersonnelles de l’analyse — idéologies, sociétés, économies — conduit à un « retour de l’acteur[3] » aux multiples visages : l’« inflexion actorielle[4] » en géographie, la microstoria[5], la théorie de l’acteur-réseau en sociologie[6], les capacités auto-instituantes de l’acteur en anthropologie[7], etc. Ainsi, au regard des multiples évolutions épistémologiques, il apparaît que la façon de concevoir l’acteur nest pas neutre et influence les analyses.

C’est dans cette même dynamique que le séminaire Jeunes chercheurs·euses s’inscrit. Le concept y a été exploré au prisme de quatre thématiques : « Pratiques et stratégies », « Normes et transgressions », « Mobilité et spatialité », « Genre et agentivité »[8]. La journée d’études « Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales » entend prolonger et élargir la réflexion autour de trois axes :

Axe 1 — Être acteur·rice

À quel moment devient-on acteur·rice ? Quels sont les contours et les limites du concept dacteur ? Comment la construction et la conscience d’être acteur·rice mêlent-elles les questions d’identité, de langage et de valeur ? Dans quelle mesure les sciences humaines et sociales participent-elles de la production de l’acteur·rice à travers les catégories qu’elles emploient ? 

Axe 2 — Acteur·rice en action

Quels sont les registres d’action et les stratégies déployés par les acteurs·rices ? Comment les acteurs·rices composent-ils/elles avec des normes et des valeurs ? Dans quelle mesure l’action permet-elle à l’acteur de se réaliser ? Comment le cadre de l’action altère-t-il l’expérience de l’acteur·rice et mobilise-t-il son agentivité ?

Axe 3 — Interagir entre acteurs·rices

Comment les acteurs·rices font-ils/elles système dans leurs interactions ? Comment et pourquoi les acteurs·rices s’organisent-ils/elles en collectif ? De quelles manières se construisent et s’articulent les rapports de pouvoir et de domination entre les acteurs·rices ? En quoi les réflexions autour des réseaux permettent-elles d’intégrer des éléments non-humains à l’analyse ?

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (histoire, géographie, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie,  psychologie…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent.

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 9 avril 2020 à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement).

La journée d’étude se tiendra le 12 mai 2020 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :

Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne

Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne

Guillaume CONTINI, doctorant en histoire contemporaine
Zoë DUBUS, doctorante en histoire contemporaine

Romain FACCHINI, doctorant en histoire moderne

Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain

Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne

Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine

Alexandre MAHUE, doctorant en histoire de l’art moderne

Soizic MORIN, doctorante en histoire contemporaine

Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne

Emmanuel PORTE, doctorant en histoire moderne

Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine

Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain

Marguerite VALCIN, doctorante en géographie



[1] François Simiand, « Méthode historique et science sociale. Étude critique à propos des ouvrages récents de M. Lacombe et de M. Seignobos », Revue de synthèse historique, 1903, p. 1-22, 122-157, repris dans Méthode historique et sciences sociales, op. cit., p. 113-169.

[2] Roland Barthes, « The Death of Autor /La mort de l’auteur », Aspen Magazine, n°5/6, 1967.

[3] Alain Touraine, Le retour de lacteur. Essai de sociologie, Paris, Fayard, 1984 ; Jacques Le Goff, « Les ”retours” dans l’historiographie française actuelle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 22 | 1999.

[4] Michel Lussault, « Acteur », dans Jacques Lévy et Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2013, p. 39-42. 

[5] Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, Paris, Flammarion, 1980.

[6] Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour (éd.), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines ParisTech, Les Presses, « Sciences sociales », 2006.

[7] Bernard Lepetit, « L’histoire prend-t-elle les acteurs au sérieux ? », dans François Dosse (dir.), Le temps réfléchi. L’histoire au risque des historiens, Espaces Temps, 59-61, 1995, p. 112-122.

[8] Voir le programme complet sur le carnet des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe : https://jjctelemme.hypotheses.org

AAC Acteur(s) actrice(s)

Mobilisation des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe contre la réforme des retraites et contre la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche (LPPR)

Opposé à la réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, solidaire de tous les personnels en lutte, ce carnet de recherche rejoint la mobilisation (http://www.sauvonsluniversite.fr) en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’appel (https://blogs.mediapart.fr/community-managers-en-greve/blog/150120/travailleuses-et-travailleurs-du-numerique-bloquez-et-occupez-vos-plateformes) des travailleuses et travailleurs du numérique.

Motion votée par le Conseil de l’UMR TELEMMe contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche

« L’UMR TELEMMe ayant réuni ce jour un conseil de laboratoire extraordinaire pour prendre position dans les débats en cours à propos de la future Loi pluriannuelle pour la programmation de la recherche (LPPR), tient à affirmer son opposition aux orientations contenues dans les rapports préparatoires des groupes de travail. Elle rappelle que la recherche en sciences humaines et sociales ne peut pleinement s’épanouir qu’à travers le respect d’un certain nombre de principes :

 

  • Autonomie et indépendance de la recherche par l’augmentation des financements pérennes des laboratoires et des recrutements statutaires, contre la logique dominante des appels à projets et de la contractualisation ;
  • Priorité de la recherche fondamentale conduite dans le temps long, nécessité de l’érudition et importance de la sérendipité ;
  • Reconnaissance de la diversité des tâches assumées et revalorisation des statuts pour permettre à tous les personnels de l’université et des laboratoires de remplir pleinement – et sereinement – leurs missions de service public ;
  • Equité territoriale, incompatible avec la mise en concurrence exacerbée des établissements, unités et infrastructures de recherche ;
  • Evaluation entre pairs, dont la philosophie est à l’opposé d’une évaluation de type managérial fondée sur des critères productivistes attisant la compétition entre chercheurs, au détriment du caractère collectif de la recherche et du partage de ses résultats ;
  • Reconnaissance de la spécificité de la recherche en sciences humaines et sociales et de l’esprit critique que ces disciplines promeuvent au service de la compréhension des sociétés.

 

L’UMR TELEMMe appelle à l’abandon de ce projet de loi et à l’ouverture d’un véritable débat démocratique et décentralisé sur l’avenir et la place de la recherche dans notre pays. Elle demande à ses tutelles de prendre clairement position sur ce sujet. Elle invite l’ensemble de ses membres à se mobiliser, à  participer aux réflexions sur les modalités d’actions au sein de l’ESR et, dans l’immédiat, à annuler les événements scientifiques qui ont lieu les jours de manifestations. Cette motion sera publiée sur le site de notre unité ».