De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ? Max LUACES

De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ?

Par Max LUACES, doctorant en archéologie, Université de Lyon 2/ Université de Cadix, UMR 5189 HISOMA

Ma contribution au cours de cette journée d’étude a eu pour objectif d’interroger le rôle de certains objets archéologiques dans les dynamiques socio-culturels antiques. J’ai souhaité examiner l’influence réciproque des amphores dites tardo-puniques par rapport à l’intégration des populations du détroit de Gibraltar par Rome. Il s’agissait d’analyser différents aspects de « l’existence sociale » de ces amphores[1], afin de mieux comprendre les transformations qui ont marqué plusieurs cités de ce secteur après la deuxième Guerre Punique (218-202 av. J.-C.). En tant que conteneur commercial, l’amphore était d’abord utilisée pour le transport maritime durant l’Antiquité, une fonction qui en faisait un support de premier plan pour les différentes marques liées aux transactions marchandes. Il s’agissait également d’objets techniques en lien avec des chaînes opératoires (la matière première était préparée, puis tournée et séchée, et enfin cuite dans un four), des procès éminemment sociaux puisqu’ils étaient le résultat d’interactions entre agents. En outre, les morphologies de ces objets étaient l’expression des traditions et de l’esthétique de ceux qui les fabriquaient, ce qui a abouti à la production d’une multitude de formes d’amphores, corrélées à des zones de production, à des contenus et à des cultures spécifiques.

Dans notre cas, les amphores tardo-puniques ont été des emballages fabriqués dans le secteur du détroit de Gibraltar, entre les années 175/150 et 75/50 av. J.-C. Ces objets archéologiques présentent des caractères au croisement des traditions puniques et romaines. Leur apparition, tout autant que leur diffusion, se sont avérées être associées à des transformations sensibles de la production amphorique de ce détroit. On observe ainsi une connexion entre le développement des conteneurs tardo-puniques, vers les années 175/150 av. J.-C., et l’apparition d’outils techniques et d’une organisation économique issus de l’Italie romaine. Par la suite, plus les contextes de productions du détroit ont été « romanisés », plus on constate des changements dans les traits et caractéristiques des amphores tardo-puniques.

J’ai souhaité mieux comprendre ce lien entre ces transformations économiques et matérielles, d’une part, et l’intégration socio-culturelle des cités du détroit. Pour y parvenir, il faudrait envisager que les objets soient des éléments qui participent aux dynamiques sociales. C’est ce rôle actif des objets que B. Latour a envisagé avec le concept « d’actant »[2], notion qui définit les artefacts comme des médiateurs qui participent aux phénomènes sociaux, via un transfert d’informations. Cependant, ce rôle de médiateur se comprend mieux si l’on envisage tout d’abord les artefacts comme des dépositaires de l’information sociale. Un tel principe a été exposé par P. Bourdieu dans sa définition de l’habitus[3]. Ce concept traduit l’incorporation de dispositions et de comportements, liés à une utilisation spécifique des objets, en fonction des spécificités d’un groupe social. Associer les notions de B. Latour et P. Bourdieu n’est pas forcément évident. Mais les concepts de ces deux chercheurs me semblent au contraire offrir une grille de lecture complémentaire. C’est parce qu’ils « matérialisent » des comportements et manières de faire spécifiques à un groupe, via les interactions liées à leur production et à leur utilisation, que les artefacts servent de médiateurs dans le déroulement des dynamiques sociales.

Considérer les amphores tardo-puniques comme des reflets/actants pourrait permettre de mieux comprendre les transformations évoquées pour le détroit de Gibraltar : l’apparition pragmatique de premiers objets romains, en fonction d’éventuels gains de productivité, a engendré une modification des procédés de fabrication, puis celle de la forme des amphores. Ces premières transformation auraient ensuite favorisé la commercialisation des emballages tardo-puniques, s’agissant de morphologies plus adaptées aux « marchés » romains. Les diverses interactions liées à ces mutations ont représenté des occasions pour un transfert de compétences culturelles, une des premières étapes de l’intégration sociale[4]. Néanmoins, malgré son intérêt, cette considération ne prend sens que si l’on accepte l’action d’une cohérence d’ensemble, fondée sur les interactions des objets entre eux, dans le « fonction-nement » des artefacts. En l’occurrence, on pourrait peut-être définir l’apparition des conteneurs tardo-puniques comme une adaptation d’un système matériel, à caractère homéostatique[5], une lecture qui associerait la nature de reflet/actant des objets avec le principe de l’échange d’informations propre à la définition des systèmes sociaux.

[1] Appadurai, A. (1986). Introduction : commodities and the politic of value. Dans A. Appadurai (dir.), The social life of things : commodities in cultural perspective (p. 3-63). New-York, NY : Cambridge University Press.

[2] Latour, B. (2005). Reassembling the Social: an introduction to Actor Network Theory. Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press.

[3] Bourdieu, P. (2015). Sociologie générale. Volume 1. Cours au Collège de France (1981-1983) (édition établie par P. Champagne, J. Duval, F. Poupeau et M.-C. Rivière). Paris, France : Raison d’agir.

[4] Padilla, A. M. et Perez, W. (2003). Acculturation, Social Identity, and Social Cognition : A New Perspective. Hispanic Journal of Behavioral Sciences, 25(1), 35-55. doi : 10.1177/0739986303251694

[5] Le Roux, R. (2007). L’homéostasie sociale selon Norbert Weiner. Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 16, 113-135. doi : 10.3917/rhsh.016.0113

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.