Une demeure dans son « jus »? Réflexions autour des partis pris de présentation et de conservation du mobilier historique en Provence – Par Alexandre MAHUE

« Une demeure dans son jus » ?

Réflexions autour des partis pris de présentation et de conservation du mobilier historique en Provence

Par Alexandre Mahue, doctorant en Histoire de l’Art (UMR TELEMMe 7303- AMU CNRS

L’Histoire du mobilier et des objets d’Art, de leurs provenances et de leurs modalités de conservation et d’exposition est souvent appréhendée comme celle d’un phénomène résiduel et anecdotique, éclipsé par l’importance accordée à l’étude du décor intérieur. Pourtant, le mobilier constitue le reflet privilégié des modes de vie, des goûts, mais aussi des ambitions d’une société. Très souvent utilisé comme gage d’authenticité et par extension comme argument vendeur, la définition de monuments étant « dans leurs jus » parce qu’ayant conservé intacts leur mobilier d’origine et par extension toute l’âme de leurs anciens propriétaires sans rupture ni bouleversement constitue une problématique à laquelle l’Histoire de l’Art peut apporter une utile contribution.

En Provence, l’abondance de propriétés privées dans un état de conservation opératoire pour la recherche, mais aussi l’existence de prestigieuses collections publiques et privées, parfois liées aux destins de collectionneurs célèbres, constitue un cas d’étude particulièrement complet propre à enrichir la recherche autour de cette question qui conditionne quantité de problématiques. Outre les collections de plusieurs grands musées ethnographiques tels que le Museon Arlaten d’Arles, le Musée du Vieil-Aix, le Musée d’Art et d’Histoire de Provence de Grasse, le Palais du Roure à Avignon et le Musée de Château-Gombert à Marseille, des ensembles de meubles de grande qualité sont conservés et présentés par les fondations Calvet, Angladon et Vouland d’Avignon. A ces objets qui répondent à des partis pris de muséographie, de présentation et d’accrochage aussi spécifiques que complexes, s’ajoutent ceux des quelques demeures appartenant à la bourgeoisie et la noblesse locales depuis parfois plusieurs siècles. Plusieurs châteaux et bastides de renom répondent pleinement à ces caractéristiques et prétendent avoir conservé au fil du temps des décors intérieurs et un réseau d’objets et de souvenirs d’une grande homogénéité, tantôt stylistique, tantôt historique.

La communication proposée dans le cadre de la journée d’étude s’inscrit pleinement dans les axes de recherche formulés dans le courant des « Visual Studies », qui questionne la place, la symbolique et les dimensions multifactorielles des objets dans le champ des sciences humaines. Elle a eu pour objectif d’interroger la traçabilité du mobilier de plusieurs grandes collections provençales quand elle peut l’être de manière précise, notamment en croisant sources documentaires et données archivistiques. Ces recherches permettent d’examiner avec profit les attentes et les pratiques des commanditaires puis des dépositaires de ce mobilier dans les écrins qui ont été parfois conçus pour mettre en valeur – avec toute l’évolutivité de cette notion au cours des siècles – ces pièces considérées comme de véritables œuvres d’Art. Les logiques de patrimonialisation, de sédimentation mais aussi de filiation et de substitution du mobilier dans les monuments provençaux constituent ainsi le cœur de cette réflexion, menée à l’aune des rapports complexes qu’entretiennent tant d’un point de vue juridique qu’artistique objets meubles, objets immeubles par destination, œuvres d’Art et leur environnement immédiat : décors intérieurs, immeubles et contexte socio-culturel de leurs propriétaires.

La très grande diversité d’approches dans la constitution des collections privées, les aléas historiques qui ont conduit les structures publiques à s’enrichir d’un mobilier historique sont autant de paramètres et de choix qui conditionnent la présentation des objets, ainsi que la mise en perspective de leur passé avec les attentes des amateurs d’Art actuels. A partir de quand un objet devient « muséifié », et quel statut donner à des objets dans la plupart des cas décontextualisés ? L’exemple de la Provence offre d’intéressants particularismes et fait naître des questionnements originaux. La très grande mobilité des objets, tant au sein des familles propriétaires qu’au sein des collections qui furent patiemment rassemblées et parfois démantelées, permet d’esquisser les lignes d’une véritable cartographie du goût et du mobilier au sein de la région provençale, de la veille de la Révolution à la fin du XXe siècle. Dans un monde où la pression foncière, les successions et l’évolution des mœurs menacent plus que jamais la transmission, la conservation du mobilier et l’intégrité des décors intérieurs, les monuments et les collections d’objets « dans leur jus » semblent encore évoquer le souvenir  d’une histoire et d’un art de vivre engloutis. Incarneraient-ils même les traces d’un passé recomposé qui semblerait, plus qu’ailleurs, avoir survécu ?

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *