Journée Jeunes Chercheurs TELEMMe 2018 – ATELIER n°2

Le mardi 21 novembre 2017 s’est tenu le deuxième atelier doctoral TELEMMe dans la perspective de la journée d’études annuelle Jeunes Chercheurs du laboratoire. Après une séance centrée sur les définitions, il s’agissait d’apporter un éclairage sur l’environnement dit social. À ce titre, Zoé Dubus, doctorante en histoire contemporaine, et Romain Facchini, doctorant en histoire moderne, ont présenté deux communications, respectivement sur les liens entre addiction et environnement social, et sur le genre comme catégorie d’analyse.

Les prochains ateliers se tiendront les mardi 9 et jeudi 25 janvier 2018 à la MMSH d’Aix-en- Provence avec pour thème « Au delà de la nature et de la culture » et afin de rédiger l’appel à communication pour la journée d’études du 16 mai 2018.

Zoé Dubus – « Les explications des origines de l’addiction : pathologie contre environnement social »

 

La notion d’addiction n’est pas une notion récente. Pourtant il n’existe toujours pas de consensus autour de ce concept, en particulier en ce qui concerne son origine. L’addiction est-elle causée par l’objet qui lui est associé ? Les psychotropes sont-ils ainsi directement responsables de la toxicomanie ? Existe-t- il une prédisposition à l’addiction, qui viendrait d’une « maladie du cerveau »1 ? Les questions d’ordre sociales sont-elles en réalité au cœur de la problématique ? La question de l’environnement social du toxicomane a été à la fois centrale et occultée depuis l’invention du concept de toxicomanie, dans le deuxième tiers du XIXe siècle.

L’explication de l’addiction par la substance seule n’est pas satisfaisante pour une partie des médecins. En effet, deux autres voies sont possibles : certains estiment ainsi que « n’est pas morphinomane qui veut », et qu’il faut une prédisposition pour devenir toxicomane. L’origine de l’addiction se trouverait ainsi dans une maladie, qu’on pense alors volontiers comme étant héréditaire. D’autres médecins se focalisent quant à eux sur l’environnement social des toxicomanes pour expliquer leur addiction. Avant que les médecins ne parviennent, dans la deuxième moitié du XXe siècle, à se débarrasser de la responsabilité de la majorité des toxicomanies, le discours sur l’origine sociale de la maladie était prégnant. Ainsi, c’étaient, d’une part, les femmes oisives, les mondaines et les demi-mondaines, qui étaient mises en avant dans les représentations, tant médicales qu’artistiques2. Entre 1910 et 1940, elles côtoient une nouvelle figure féminine émancipée, la garçonne, qui fréquente les boites de nuits de Montmartre et sniffe la « coco », et son acolyte le poète ou le peintre décadent. A ces catégories sociales privilégiées, on oppose les classe laborieuses, la prostituée, la couturière, l’ouvrier, eux aussi victimes des fléaux sociaux. Les inégalités sociales, l’environnement de l’individu, conditionnent donc la consommation de drogues : riches, ils se rendront dépendant par ennui, par snobisme, par vice ; pauvres, pour oublier leur condition.

La toxicomanie va longtemps rester en dehors des considérations sociales, en tout cas en France. Ainsi, dès les années 30 aux Etats-Unis, avec l’essor de l’école de Chicago, la sociologie va s’emparer de la question et induire un tournant dans la pensée américaine sur les drogues. L’expérience de la prohibition joue un rôle important dans la perte de crédit des approches purement médicales des addictions. Ces travaux ouvrent un nouvel espace de réflexion dans la pensée américaine, resté longtemps sans équivalent dans la pensée française puisque les premiers travaux français sur le sujet datent des années 1985, soit près de 50 ans après ceux de Lindesmith. De même qu’à la fin du XIXe siècle, la question sociale est toutefois traitée sous deux angles : considérée dans un environnement social privilégié, la consommation de drogue est valorisée, notamment concernant la cocaïne, perçue comme augmentant les capacités tant professionnelles que relationnelles, tandis que prise dans un contexte social pauvre, la consommation de crack, dérivé de la cocaïne, devient un grave problème social.

En France, le paradigme des drogues a longtemps été dominé par des travaux de psychiatrie ou de pharmacologie. A l’idée des propriétés toxiques des substances et à leurs capacités d’action directe sur le comportement et le libre arbitre des usagers, s’ajoute de manière confuse le concept de toxicomanie comme aliénation mentale. On recherche ainsi les causes de l’addiction dans des lésions au cerveau, dans des

caractéristiques héréditaires, on tente de faire le portrait des toxicomanes types. La question de l’environnement social des toxicomanes est presque entièrement évacuée. Ce n’est qu’avec l’émergence du SIDA au début des années 80 que cet environnement va revenir au centre des préoccupations, tandis que paradoxalement, aux Etats-Unis, l’origine biologique de l’addiction refait surface. La toxicomanie est en effet au centre des attentions car l’usage des seringues augmente considérablement le risque d’être atteint du Sida. Les sciences sociales investissent alors le champ de la toxicomanie et de nombreux sociologues se penchent alors sur les conditions sociales favorisant la dépendance3.

Les spécialistes de l’addiction, réunis dans la discipline de l’addictologie créée en 2002, sont en France très sensibilisés à cette question de l’environnement social et sont en butte avec les travaux américains, qui, eux, tentent de renouer avec l’origine biologique de l’addiction. La justification apportée par les américains à la compréhension pathologique de la toxicomanie est la volonté de dépasser la stigmatisation subie par les toxicomanes. Pour les Français, cette conception est en réalité une manœuvre de la communauté scientifique américaine dans le but de réaffirmer l’utilité de la médecine au cœur des problématiques concernant les toxicomanies4. Les chercheurs français estiment dans leur majorité que si la pathologie de la dépendance existait, les personnes aux prises avec ces problèmes devraient manifester un syndrome distinct. Or, les études révèlent qu’il n’existe aucun profil distinct de dépendants et de non- dépendants.

Si la solution apportée par les Américains est donc de traiter chimiquement les toxicomanes, les études françaises ont quant à elles montré la diversité des motivations permettant aux toxicomanes de se sortir de leur addiction, qui ne font pas toujours intervenir de traitement. En fait, la médicalisation apparait comme un moyen de contrôle social de comportements considérés comme des dangers sociaux. Les changements fréquents dans les définitions de la dépendance sont à comprendre comme un ajustement de l’establishment médical qui reflète concrètement l’évolution des adaptations selon le contexte social, économique, culturel et politique et les rapports de force en présence5.

 

 

 

Romain Facchini – « Genre, relation, société : tentative d’appréhension de la notion d’environnement social »

 

Le genre6, qui vient de l’anglais gender, est introduit en France en 1988 par l’historienne américaine Joan Scott dans les Cahiers du Grif sous le titre « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique » (publié aux États-Unis en 1986). Elle écrit « Le genre est un élément constitutif des rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir. » En lien avec les idées de Michel Foucault, la question du pouvoir se pose non plus sous l’angle domination/oppression, mais du point de vue de la complexité des relations humaines de sexe différent. L’enjeu est de faire une histoire relationnelle des sexes et de comprendre les constructions de la hiérarchie des rapports sociaux. Le genre, parce qu’il rejette le déterminisme biologique, insiste sur la dimension sociale et tente de comprendre comment les interactions construisent un environnement social et inversement.

Le mot social s’entend (CRNTL) comme ce qui est « relatif à la vie des Hommes en société ». La société s’entend comme « état de vie collective ; mode d’existence caractérisé par la vie en groupe ; milieu dans lequel se développent la culture et la civilisation ». Elle implique des normes, des interactions, c’est- à-dire un ensemble de dynamiques entre des acteurs et des structures7.

 

  •  L’espace de l’observation, l’espace de l’action

Les interactions se déroulent dans un cadre, dans un environnement. Le milieu urbain a, entre autres, constitué pour les chercheurs un angle d’analyse pertinent pour les études de genre (Guy Di Meo, Sylvette Denèfle). La ville, dans une logique de construction, est questionnée vis-à-vis des pratiques et des représentations de genre, des dynamiques relationnelles entre un environnement et les individus qui le composent, devenant ainsi un objet d’étude à part entière. L’un des éléments importants est la manière dont les femmes agissent avec une forme d’appréhension, de méfiance voire de peur.

Par ailleurs, est-ce qu’un groupe de personnes est en relation car possédant des points communs (il s’agit d’une relation de ressemblance), ou bien y a-t-il une réelle connexion ? Cela peut être intéressant pour étudier la citoyenneté. Considérer les citoyens comme des individus côte à côte n’est pas la même chose que de les envisager comme un ensemble cohérent qui forme le corps citoyen.

 

  • Du langage au sujet

Dans le « mot principe JeTu », issu de l’ouvrage de Martin Buber Je et Tu publié en 1923, chaque terme fait référence à l’autre et fait exister l’autre. Ainsi, les choses se définiraient par les relations qu’elles ont entre elles. Il y a une production réciproque, le sujet est contemporain de la relation : c’est le passage, notamment avec Marcel Mauss ou Norbert Élias, d’une pensée substantialiste à une pensée relationnelle. Il y a des relations d’interdépendances que l’on pourrait nommer classique (lorsqu’on achète un bien la relation est purement fonctionnelle), et des relations qui émanent de la volonté de l’individu pour se constituer sujet (chaque individu s’implique).

Ce qui est énoncé existe socialement dans un espace donné. Lorsqu’un sujet est désigné, il n’est pas nécessaire qu’il en ait conscience ou qu’il approuve : cela excède le sujet qui fait partie d’un tout. Il y a une différence entre la conscience et la production de soi. La question, pleinement inscrite dans une création grammaticale, est celle de l’apparition du je comme sujet qui ne peux exister avant lui-même. Dans le cas du genre, l’agency est une manière de se désigner face au pouvoir dominant, et donc passe par la prise de conscience et la compréhension du soi. La manière d’être à soi et au monde constitue un élément indispensable de l’analyse, et le discours d’un.e acteur.trice rend compte de son intégration à la société et des représentations qu’il/elle se fait sans y voir une finalité dans l’interprétation. La relation, à travers le langage, est une reconnaissance mutuelle qui va au-delà d’une interdépendance et qui s’inscrit dans la volonté des acteurs d’être reconnu socialement. Il ne s’agit pas seulement d’une demande mais également, voire surtout — d’une expression extériorisante, d’une affirmation de soi potentiellement conflictuelle qui implique dans le Je-Tu de Martin Buber une rencontre, parfois une co-présence avec l’autre, où le je doit intégrer le point de vue du nous.

 

  • L’échange dans la relation

Lugino Bruni parle de « bien relationnel » — notion déjà développé en sociologie, philosophie, économie — pour caractériser des relations qui sont des biens en soi non matériels, en somme des relations non instrumentales. Son travail peut être pensé conjointement avec le concept de réification, ce rapport de choséité avec l’environnement social. Les recherches sur le genre et l’économie permettent de saisir les liens dans l’échange et la manière dont ils se construisent, y compris au sein du noyau familial. Le renouveau actuel de l’histoire économique, et en particulier son ouverture à l’histoire des comportements humains et à celle des affects, invite à interroger la dimension genrée des rapports de production et des relations d’échange, en privilégiant les parcours de vie.

 

  • Le pouvoir : entre agir et contrainte

Si dans un premier temps l’histoire des femmes a été celle des minorités, des formes de subalternes, le genre a proposé une vision des rapports sociaux à partir du pouvoir et de la plasticité du lien qu’entretiennent les individus avec celui-ci. L’agency, qui peut se traduire par capacité d’agir ou puissance d’agir, révèle les marges de manœuvres des individus dans un environnement de contraintes. Trois éléments constituent cet agency : la capacité d’agir, la volonté d’agir, le pouvoir d’agir. La relation peut impliquer une hiérarchie et donc des enjeux de pouvoir qui se révèlent eux aussi divers et plastiques.

 

 

1 Alan I. Leshner, “Addiction is a brain disease, and it matters”, Science, n°278, 1997, p. 45-46

2 Jean-Jacques Yvorel, « La morphinée : une femme dominée par son corps », Communications, Vol. 56, n°1, 1993, pp. 105-113

3 Gérard Mauger, Soigner ou punir ? Les traitements des toxicomanies en France (1970-1990), In Qu’est-ce qu’une drogue, Atlantica, Anglet, 2001

4 Alain Morel, « L’addiction est bien plus qu’une maladie du cerveau ! Réaction à la définition de l’ASAM », Le Flyer, n°46, Février 2012

5 Amnon Suissa, « Dépendances et médicalisation : Repères et enjeux », Nouvelles pratiques sociales, Vol. 19, n° 2, printemps 2007, p. 92–110

6 Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire des femmes, histoire du genre », Christian Delacroix et al. (dir.), Concepts et débats, t. 1, Paris, Gallimard, 2010, p. 208-219 ; Joan Scott W., Varikas Éléni, « Genre : Une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, numéro 37-38, 1988, p. 125-153 ; Joan Scott W., « Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? », Diogène, 2009, 1, numéro 225, p. 5-14.

7 Cette communication s’appuie sur plusieurs articles issus du numéro 47 de la Revue du Mauss (2016) sur la notion de relation, et du numéro 41 de Rives méditerranéennes (2012) sur la notion d’agency.

Télécharger la version PDF du compte rendu : Compte-rendu de l’atelier du 21 novembre 2018 (coécrit par Zoé DUBUS et Romain FACCHINI).

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.