Entre prés et papiers : les transformations du métier de berger en Provence – Emilie Richard Freve

Par Emilie Richard Freve

1ère année de thèse, IDEMEC (Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative), UMR 7307.

Sous la direction de Ghislaine Gallenga

Malgré le caractère privé et individuel que semble présupposer la pratique de l’agriculture, les agriculteurs d’un territoire donné constituent en France un groupe professionnel informel. Les individus s’identifiant à ce groupe partagent et se voient imposer certaines normes, savoir-faire, représentations de ce que doit être leur métier, de qui peut l’exercer et comment.

Or, la libéralisation de l’agriculture en France entraîne des changements dans la pratique de cette activité. Pour subsister, les agriculteurs dépendent maintenant d’aides étatiques, de « primes ».  L’obtention de ces primes étant conditionnelle à la mise en place de pratiques dictées par des objectifs étatiques, aux normes du groupe viennent s’ajouter des normes considérées comme étant « extérieures », incarnées par des techniciens, par l’administration, par la société. La reconnaissance du travail « bien fait » ne dépend maintenant non plus seulement du regard des autres membres du groupe, mais aussi de ces nouvelles instances « extérieures », considérées comme illégitimes.

Dans le cadre de cette communication, le cas des éleveurs de moutons transhumants de la région PACA sera présenté comme cas emblématique de cette problématique. Les données recueillies pour cette recherche en anthropologie sont le fruit de sept ans d’observation participante, en occupant un emploi de bergère au sein de ce groupe. Ces éleveurs ont du changer leur façon de faire et se voient maintenant imposer la maîtrise de nouvelles habiletés pour poursuivre leur métier. Or, ces habiletés ne sont pas encore valorisées et sont même discriminantes, permettant d’exclure ces « techniciens » et ces « chasseurs de primes ». Ce qui qualifie et disqualifie les éleveurs, entre le « bon berger » et le mauvais, semblent pourtant se transformer. Dans ce contexte, les éleveurs tentent de trouver du « sens » à la pratique de leur métier. Mais un décalage est perçu entre la symbolique et la pratique que porte celui-ci.



Citer ce billet
Olivier Lopez (2012, 18 avril). Entre prés et papiers : les transformations du métier de berger en Provence – Emilie Richard Freve. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkqv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.