Anna-Livia Marchionni – Socio-anthropologie de l’autisme dans ses relations à la nature et aux animaux : ville-carcan et nature-liberté

Version pdf

Classé dans le DSM-V (2013) parmi les troubles neurodéveloppementaux, nous savons aujourd’hui qu’il n’existe pas une forme d’autisme mais un continuum autistique. Depuis l’article du psychiatre américain Léo Kanner, qui, en 1943, décrit le syndrome autistique, la compréhension de ce syndrome s’est grandement affinée et nuancée. Selon Liane Holliday Willey (2010 : 9) : « l’autisme couvre bien des réalités. Entre ses frontières se trouve une gamme étendue d’aptitudes et d’inaptitudes, une gamme étendue de différences. C’est un diagnostic souple qui n’a ni début précis ni fin certaine. » Elle-même a reçu un diagnostic de syndrome d’Asperger, une forme d’autisme qui, contrairement à l’autisme de Kanner, n’est pas associée à un retard ou à une absence de langage, mais plutôt à une précocité dans les aptitudes verbales, et dont les difficultés de socialisation et de communication sont moins importantes. On parle aujourd’hui de « puzzle de l’autisme » (Gepner, 2014 : 17) pour rendre compte de l’hétérogénéité du spectre de l’autisme ; il s’agit, selon Bruno Gepner, psychiatre et pédopsychiatre spécialiste de l’autisme, d’un «curieux mélange de déficiences, d’hypercompétences et de bizarreries » (2014 : 14). Des particularités en terme de fonctionnement cognitif et sensoriel sont mises en évidence chez les personnes autistes : systèmes conceptuels et perceptuels atypiques caractérisés par une attention inhabituelle aux détails (Frith, 1996 ; Baron-Cohen et al., 2009), hyper- et hypo-sensibilités sensorielles variables et spécifiques à chaque individu, surfonctionnement perceptif général supposé être à l’origine de l’autisme (Mottronet al., 2003).

C’est ce fonctionnement singulier que nous cherchons à explorer afin d’étudier les représentations que les personnes autistes se font de la nature et des animaux : une interprétation de l’environnement particulière peut-elle être engendrée par ce mode de penser et ce fonctionnement sensoriel atypiques ? Peut-on envisager un lien entre cette manière d’entrer en contact avec le monde, un fonctionnement émotionnel intimement lié à une sensorialité exacerbée, et le rapport à la nature ?

Questionnements axés sur le comment plutôt que le pourquoi, primauté accordée au récit en première personne et à l’intersubjectivité, intérêt à la perception particulière du monde (la nature, dans le cas présent) élaboré par une communauté de personnes au fonctionnement différent : notre étude se situe dans le cadre de la socio-anthropologie, et c’est en recourant à des entretiens semi- directifs relevant de la technique de l’entretien compréhensif (Kaufmann, 2011) que nous avons rencontré des personnes autistes, porteuses du syndrome d’Asperger.

De ces témoignages émergent deux principales constantes: environnements sensoriels déterminant tantôt la fusion, tantôt la coupure, avec l’espace extérieur ; la nature sauvage comme espace d’être-soi-autiste et de liberté, lieu de solitude recherchée et de non-stigmatisation, en opposition avec les espaces citadins et/ou domestiqués où le hors-norme est pointé du doigt, où un masque étriqué doit être porté pour dissimuler une singularité susceptible d’être source de rejet et d’exclusion.

Premièrement, la nature et la ville sont comparées et opposées en tant qu’environnements sensoriels distincts, ces environnements sensoriels déterminant le vivable ou l’invivable d’un milieu. L’environnement sensoriel des villes, ou plus généralement des milieux humains, apparaissent dans le discours des personnes autistes rencontrées comme des systèmes dérégulés, avec un jeu de répercussions et d’amortis artificiels, sensoriellement violent et impropre à la vie, d’où une sensorialité douloureuse, heurtée, carrée, nécessitant des efforts de protection et de triage constants et épuisants. L’environnement citadin apparaît comme non-congruant, non-harmonisé, de ce fait agressif et épuisant ; il est vécu comme un espace inconfortable mais incontournable à cause des exigences de la vie quotidienne dont on ne décide pas. A la profusion envahissante de la ville est opposée la profusion douce de la nature : il émerge des différents témoignages une représentation biomécanique et systémique de l’environnement, avec une interdépendance étroite des éléments sensoriels et des matières qui, dans les environnements naturels, s’auto-régulent de manière harmonieuse ; la nature apparaît alors comme un refuge sensoriel, un espace de sécurité et de repos.

Deuxièmement, un autre axe d’opposition entre ces deux environnements émerge : celui de l’être-soi-autiste naturel confronté à la nécessité de porter un masque socialement acceptable dans les environnements humains. En plus de leurs hypersensibilités sensorielles et de leurs particularités d’intégration perceptive pouvant être difficiles à vivre dans certains contextes, les personnes autistes se heurtent toutes à leur manière aux exigences associées à la socialisation. Il ne s’agit plus seulement ici de l’environnement citadin, mais de l’environnement humain au sens élargi : le travail et souvent la famille, ou tout espace de socialisation potentielle, qui nécessite de leur part une forme d’hyper-réflexivité, d’auto-observation obsédante de leurs moindre gestes, regards et paroles pour se conformer aux codes sociaux. Il s’ensuit un enfermement intérieur par la pensée, une constante maîtrise de soi lors des interactions associée à la conscience d’une différence ressentie comme une anomalie. La nature en tant qu’espace de solitude et de non-socialisation représente pour chacun des enquêtés un refuge pour s’extraire des sollicitations constantes, qu’elles soient sensorielles ou sociales, du monde civilisé. La nature sauvage, c’est à dire, si l’on s’en tient à la définition qu’ils en font, non-domestiquée, indépendante et non-marquée par l’humain, est un espace de liberté et d’être- soi avec ses particularités liées à l’autisme, un lieu où le hors-norme n’est pas stigmatisé, un espace de non-rejet où on peut se défaire de ses défenses et du sur-contrôle de soi associé à l’hyper- réflexivité. La liberté ainsi acquise semble, du fait du laisser-tomber du carcan associé au masque et à l’hyper-contrôle de soi, laisser émerger des compétences étouffées par des espaces trop étriqués, sur le plan à la fois des normes et des attentes sociales, et de l’environnement sensoriel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.