Guillaume Contini – Environnement, bombardements et faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale dans la France méridionale

Version pdf

L’objectif de cette thèse de troisième cycle (contrat doctoral financé par la Direction Générale de l’Armement-DGA) est d’étudier et d’analyser les impacts environnementaux des faits de guerre et des activités pyrotechniques sur les sites militaires de la côte méditerranéenne française, de la frontière italienne à la frontière espagnole, la région Lyonnaise constituant la limite nord de l’étude. Le cadre chronologique se situe entre le 10 mai 1939 avec les attaques italiennes et allemandes et le 8 mai 1945 avec la libération de la France par les forces alliées. Ce conflit armé a induit une forte activité pyrotechnique associée à l’utilisation d’engins explosifs. Ces pollutions peuvent provenir de faits de guerre, de fabrication d’engins pyrotechniques ou de stockages et enfouissements. Parmi les pollutions générées par ces activités, l’impact sur les sols, l’environnement et les structures bâties est primordial. Ces pollutions ont ainsi touché les milieux urbains et ruraux, mais aussi les milieux maritimes, montagnards et fluviaux. En revanche, la pollution de l’air n’est plus mesurable compte tenu de l’ancienneté des faits étudiés.

1. Méthodologie

Cette thèse s’appuie sur l’étude de diverses sources textuelles, photographiques et planimétriques : la collection de photographies aériennes de la Seconde Guerre mondiale de l’Aérophotothèque du Centre Camille Jullian et des documents d’archives civils et militaires (Actes notariés, journaux de marche, cadastre, témoignages, expertises). Le choix des sites repose sur deux facteurs : les emprises militaires présentant un intérêt historique et patrimonial ; la portée des impacts d’une pollution résiduelle pyrotechnique sur l’environnement naturel et bâti. Cinq types de sites militaires ont été ainsi définis :

  • Aérodromes / Bases Aériennes
  • Postes d’observation et de défense
  • Production et Dépôt
  • Casernes/Logements
  • Champs militaires

L’élaboration et la mise en place d’une méthodologie visant à étudier ces faits pyrotechniques seront associées à une base de données de gestion relationnelle CoReA (bibliothèque numérique pour la documentation archéologique du Centre Camille Jullian). Cette méthode novatrice, s’appuyant sur une étude pluridisciplinaire croisant des données historiques, archéologiques et géographiques, a pour objectif d’être appliquée sur d’autres lieux et d’autres conflits. Elle s’appuiera sur un protocole décliné en cinq étapes : un inventaire exhaustif des données de terrain ; l’analyse et la photo-interprétation des missions aériennes verticales de l’Aérophotothèque ; une analyse historiographique ; une cartographie et l’étude diachronique des résultats.

Afin de mener l’étude historique de ces sites, le dépouillement et l’étude des sources restent primordiales. Premièrement, la lecture d’ouvrages historiques sur Seconde Guerre Mondiale et ses terrains d’analyses (déminage, aviation) permet de poser les cadres historiques de la recherche. Si elles sont existantes et accessibles ; les Études historiques du Service Infrastructure de la Défense sont aussi exploitées.

L’accès aux sources primaires se compose quant à lui du dépouillement des Archives (Nationale, Départementale, communale, SHD) et, base de ce travail de troisième cycle, des photographies aériennes (CCJ, IGN, SHD, Aerofototeca Nationale) entre 1939 et 1945. L’analyse de ces photographies aériennes s’appuie sur la mise en place d’une méthodologie :

  • Photo-interprétation des prises de vues aériennes verticales ;
  • Typologie des impacts ;
  • Création d’une base de données sur la typologie des munitions employées, leur effets… ;
  • Création d’un géo-référencement des sites étudiés et des zones bombardées. Les sites étudiés seront donnés à titre d’exemple ;
  • Analyse spatiale du phénomène, cartographie.

A ces sources s’ajoutent les éventuelles données de terrains et les sources matérielles (fouilles archéologiques, rapports de déminage).

Enfin, la maitrise de cette expertise a pour objectif de mieux gérer la sensibilité des sites (sécurité de défense) par la maitrise des connaissances des risques (stockage de munitions, études d’impact, analyse des risques lors des transferts de propriété). 

2. Présentation de deux sites militaires 

Le premier site étudié est localisé dans le Massif de l’Authion, dans le département des Alpes-Maritimes (06). À la fin de la Seconde Guerre mondiale, en avril 1945, le massif est défendu par la 34e Division d’Infanterie allemande et des troupes de montagne retranchées dans un réseau de fortifications sur une série de buttes : le fort de la Forca (2 078 m), la Redoute des Trois-Communes (2 082 m) bâtie sur un sommet situé à la limite des communes de Breil-sur-Roya, Saorge et La Bollène-Vésubie), l’ouvrage de Plan-Caval (1 932 m) et le fort de Mille Fourches (2 042 m). Le 10 avril 1945, les unités françaises de la 1re division française libre (DFL), en particulier le bataillon d’infanterie de marine et du Pacifique (BIMP) et les éléments mécanisés du 1er régiment de fusiliers marins, soutenus par l’artillerie et l’aviation, lancent l’assaut sur les positions allemandes par le sud. Après des combats difficiles, le fort de Mille Fourches tombe le 11 avril 1945, suivi du fort de la Forca et de l’ouvrage de Plan-Caval. L’ensemble du front allemand s’effondre le 24 avril 1945.

L’étude a permis de mettre en évidence la présence d’une pollution pyrotechnique sur l’emprise (impacts et cratères induits par les bombardements aériens et les combats aux sols). Les impacts suivent un axe sud-est/nord-ouest, ce qui correspond à l’avancée des troupes françaises sur le terrain. Les impacts sont répartis sur l’ensemble de l’emprise, avec des concentrations sur les sommets (bâtiments) et autour des axes de communications. Les cours d’eau traversant le site ont aussi été impactés. 

Le deuxième site présenté est le Centre des Essences de Port-Saint-Louis-du-Rhône, situé dans le département des Bouches-du-Rhône (13). Ce bâtiment industriel, construit à la fin des années 30, a été occupé pendant la guerre par un État-major allemand de la Kriegsmarine, celui du Marineartillerieabteilung 611 en charge de la défense côtière jusqu’à Marseille.

Le choix de l’intérêt de ce site répond à des exigences militaires : pour la marine allemande, il fallait installer l’artillerie à même le rivage pour tirer en visée directe sur des objectifs en mer, très mobiles. Pour l’armée de terre, au contraire, l’artillerie devait être positionnée en retrait de la côte, pour tirer de façon indirecte. Trop près de la côte, les installations auraient été trop vulnérables aux bombardements de l’artillerie navale de l’ennemi.

L’étude a permis de mettre en évidence la présence de pollution pyrotechnique sur l’emprise. Plusieurs impacts ont été identifiés, dont trois dans la zone de l’emprise étudiée. La disposition des impacts pourrait correspondre à un bombardement effectué depuis un avion chasseur-bombardier léger mais aucun des bâtiments n’a été impacté. 

3. Conclusion

Cette approche, novatrice, sur les faits de guerre de la seconde guerre mondiale apporte un nouveau regard, l’étude des photographies aériennes permettant de déterminer précisément les zones de pollution pyrotechnique.   Les résultats acquis seront exploités par les Services d’Etudes Historiques et pyrotechnique du Ministère des Armées grâce aux cartes exhaustives géo-référencées des bombardements sur les sites Défense et la mise en place d’une méthodologie inédite en techniques de photo-interprétation et d’analyses pyrotechniques. Une présentation auprès du grand public sous la forme d’expositions, d’articles est aussi envisageable. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.