Réorganisation d’un groupe professionnel : les chirurgiens à Marseille en temps de peste : 1720-1722 – Jamel El Hadj

Par Jamel El Hadj

3ème année de thèse, Centre Norbert Elias (UMR8562)

Sous la direction de Jean Boutier

 

Le déclenchement de la peste à Marseille en mai 1720 détruit le secteur médical préexistant. Alors que la population est décimée, une partie des médecins et chirurgiens fuient la ville vers les bastides rurales, des autres tombent victimes de la maladie. En quelques semaines, les autorités municipales, rapidement secondées par l’administration de la monarchie, réorganisent les groupes professionnels du système sanitaire de toutes pièces. Considérés comme les principaux praticiens médicaux pour traiter la peste bubonique, les chirurgiens sont les plus sollicités de système sanitaire en temps de peste. Réactivé lors de la rechute de 1722, le nouveau système fonde durablement l’encadrement médical de la ville au dix-huitième siècle. Les archives municipales comme celles de l’intendance, permettent de reconstituer la réorganisation du groupe professionnel à savoir les chirurgiens  marseillais en temps de peste.

Après une première initiative monarchique, qui réquisitionne des spécialistes de la cour et la faculté de Montpellier en août 1720, dès septembre 1720, la ville de Marseille lance une grande campagne nationale pour recruter des praticiens, en particulier des chirurgiens et des garçons chirurgiens, en échange d’un salaire et de perspectives d’avenir. Nos recherches ont permis de reconstituer la nouvelle population professionnelle, venue de l’ensemble du royaume, voire de l’étranger, pour assurer les soins aux pestiférés.

Plus que cents chirurgiens ont servi une population d’environ cent mille habitants. Désormais les chirurgiens présentent la majorité des professionnels médicaux. En effet, ils sont huit fois les médecins et dix fois les apothicaires. Outre une rémunération importante, les chirurgiens bénéficient, également, de service des autorités municipales qui veillent à l’alimentation, à l’hébergement et au transport. Cependant, entre les chirurgiens major et les garçons chirurgiens l’écart est net au niveau du travail et à celui des avantages. Les garçons chirurgiens présentent à leur tour les praticiens majoritaires, ils secondent tantôt les médecins tantôt les chirurgiens et ils gèrent parfois eux-mêmes leurs malades. Motivés par une éventuelle promotion, s’ils s’échappent à la mort, la peste constitue une grande occasion pour améliorer leur statut social.

Entre le début de la peste en 1720 et la rechute en 1722, le groupe de chirurgiens se transforme. De nouveaux chirurgiens choisissent de continuer leur carrière à Marseille au de-là de la peste en bénéficiant d’une situation juridique favorable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.