JJC 2019 – Le temps en shs. ATELIER n° 1

Le premier atelier des jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe, permettant de préparer la journée d’études 2019, s’est tenu le 5 septembre 2018. Il a permis d’étayer la thématique choisie avant la période estivale : « le temps en sciences humaines et sociales ». À la suite des présentations d’usage – notamment des doctorant·e·s de première année – cette réunion s’est ouverte sur trois communications introduisant les notions de « temps », « durée », « rythme » et la manière dont elles sont appréhendées dans les champs de l’histoire, de l’histoire de l’art et de la géographie. Ainsi, en guise d’introduction, Fabien Bartolotti, doctorant en histoire contemporaine, a présenté quelques fondements étymologiques, philosophiques et historiographiques du sujet. La deuxième intervention, effectuée par Lucie Chopard, doctorante en histoire de l’art, a brossé un panorama de la notion telle qu’elle est abordée par les historien·ne·s de l’art. Enfin, Mathilde Vignau, doctorante en géographie, a proposé une communication portant sur l’appréhension de la variable temps dans les travaux géographiques. Nous reproduisons, ci-dessous, un résumé de ces exposés.

Le temps en sciences humaines et sociales : point de départ (par Fabien Bartolotti )

  1. Généralités et approches philosophiques 
  • D’un point de vue étymologique, « temps » vient du verbe grec temnein qui signifie « couper », « diviser », « séparer ». Selon le sens le plus commun, il désigne la période qui va d’événements antérieurs aux événements postérieurs ; autrement dit, un changement continu par lequel le présent devient le passé.
  • D’un point de vue métaphysique, il renvoie à un milieu indéfini analogue à l’espace dans lequel se déroulent les événements qui y marquent une date. Il peut exister soit indépendamment de la pensée (Newton), soit se manifester uniquement dans la pensée et par rapport à un sujet (une forme a priori de la connaissance selon Kant).
  • Au sens ontologique : le temps évanescent, insaisissable, destructeur lié à la finitude (cf. Montaigne et Pascal), s’oppose au temps appropriable, constructeur, réparateur voire libérateur chez Bergson ou Sartre. On doit d’ailleurs à Bergson d’avoir distingué le temps et la durée : celle-ci se définit par l’expérience vécue et ressentie du temps, variable en fonction des individus et/ou des contextes.
  • La réflexion sur le temps est enfin indissociable des philosophies de l’histoire. L’histoire  est-elle un enchaînement d’événements contingents (Pascal) ou nécessaires – comme l’affirment Marx et Hegel à travers l’idée d’une fin et d’un sens de l’histoire ?

2. Pistes historiographiques 

Dans l’historiographie, les regards sur les temporalités ont connu trois grandes évolutions  : 

  • Au XIXe siècle, l’école allemande, autour de Von Ranke, défend une conception historiciste : l’historien doit raconter les faits tels qu’ils se sont réellement produits. En France, à la fin du XIXe siècle, l’école méthodique de Langlois et Seignobos insiste sur la singularité de la discipline historique : une science du particulier, non reproductible où l’événement apparaît comme l’objet d’analyse phare de la discipline.
  • Au début du XXe siècle, le regard sur l’événement et les périodisations se renouvelle avec l’école des Annales : chez Lucien Febvre, « les faits sont des clous à quoi accrocher l’idée ». Influencé par le structuralisme, Fernand Braudel identifie, quant à lui, trois strates temporelles : le temps quasi immobile (la longue durée, liée à la matérialité géographique), le temps moyen (celui des cycles économiques et des rythmes sociaux) et le temps court (agitation événementielle, essentiellement politique). 
  • Depuis les années 1980-1990, se multiplient les travaux sur la manière dont les contemporains d’une époque donnée envisagent leur passé, leur présent et leur avenir. Outre les recherches sur la mémoire et les usages politiques ou sociaux du passé, l’analyse des régimes d’historicité et des expériences temporelles est privilégiée. L’anachronisme n’est plus perçu de façon négative comme une faute professionnelle : à condition d’être utilisé à bon escient, il peut avoir une valeur heuristique pour comprendre le passé à la lumière du présent. L’intérêt pour le temps de l’écriture a été également fécond au moment de la création d’une histoire du temps présent. La célèbre pensée de Benedetto Croce, « toute histoire est contemporaine », y a trouvé un écho manifeste.

Ces réflexions récentes nourrissent un renouvellement des travaux. On relève entre autres :

  • Des études sur une séquence temporelle spécifique où le temps devient un objet d’histoire totale et non plus un simple cadre d’analyse ; des enquêtes sur la mesure du temps, les rythmes de vie et les chrononymes (selon le concept d’Eva Büchi, 1996).
  • Des recherches sur les ordres et désordres temporels, à travers les notions de progrès, de modernité, de sens du temps, de marche de l’histoire, de continuités et de ruptures.
  • Des publications sur les futurs non advenus qui ont permis d’écarter les tentations téléologiques et de tester les apports de l’analyse contrefactuelle ou uchronique

Le temps en histoire de l’art : quelques jalons disciplinaires (par Lucie Chopard)

Les historiens de l’art se sont principalement appuyés sur la notion de « périodisation » dans leur rapport disciplinaire au temps. Les œuvres d’art sont ainsi rattachées à une période historique, principalement délimitée par le style. Ainsi, l’analyse formelle de l’œuvre, sa datation et sa localisation ont longtemps constitué en le travail de l’historien de l’art. « Classique », « Baroque », sont autant de termes qui viennent circonscrire les œuvres dans un temps donné. Cette approche permet, entre autres, de dater des œuvres qui ne sont liées à aucun écrit. Cette notion, largement employée pour ses qualités d’organisation, que ce soit dans les cours universitaires ou les expositions, a toutefois été critiquée depuis plusieurs dizaines d’années, mais continue malgré tout à être utilisée. Il y a dix ans, un numéro de la revue Perspective revenait sur les réflexions menées en France sur cette question théorique. Selon Thomas DaCosta Kaufmann, il s’agit d’une « problématique épineuse pour laquelle il n’existe aucune solution facile et qui ne sera jamais résolue facilement ». Malgré la poursuite des recherches consacrées à cette question, aucun outil méthodologique ne s’est aujourd’hui imposé. A cette critique de la périodisation, s’ajoute également une critique d’autres découpages théoriques du temps, parfois plus restreints, comme par exemple la succession des « -ismes » en histoire de l’art du XIXe siècle. Cette remise en cause vient bousculer la succession linéaire des regroupements d’œuvres. 

Cette réflexion théorique autour du temps se poursuit, avec notamment de nouvelles recherches autour de la définition d’un « art préhistorique ». Les avancées des découvertes scientifiques font progresser la compréhension de ces artefacts et font reculer les frontières traditionnelles de l’art. L’appareil théorique mis en place peut ainsi être confronté à ces nouvelles découvertes qui englobent des artefacts jusqu’alors non intégrés à la notion d’ « art ».

Outre ces réflexions touchant au découpage du temps en histoire de l’art, la question du rapport de l’œuvre d’art avec le temps se pose. Cette question a déjà été abordée par les esthéticiens, notamment Bernard Lamblin dans son ouvrage Peinture et temps, qui cherche à dépasser l’historicité de l’œuvre (qui touche principalement à sa création). Cette question s’est également posée dans le domaine de l’art contemporain. Son étude sous-entend un temps très court et permet de mettre en lumière certaines temporalités particulières de l’œuvre. Un projet plus récent, le projet « Tempus » a également souhaité « constituer des objets, notions et méthodes portant sur la question du temps dans les arts visuels ». 

Ce vaste panorama, en aucun cas exhaustif, dessine toutefois des réflexions à la fois théoriques et méthodiques, à l’échelle de la synthèse ou de l’étude de cas, de la préhistoire à nos jours. Toutes insistent sur la nécessité d’une réflexion pluridisciplinaire, s’appuyant sur la sociologie, la littérature, l’esthétique, ou encore la psychologie.

Appréhender la variable temps en géographie (par Mathilde Vignau)

Cette présentation propose de mettre en lumière les théories intégrant la variable temps et la notion de temporalités dans le champ des études géographiques. À partir d’un travail bibliographique classique portant sur une vingtaine d’articles et ouvrages, l’ambition de cette communication était de répondre à la problématique suivante : comment la discipline géographique intègre la variable temps dans l’ensemble de ses travaux ? 

A priori, la géographie est une science qui valorise prioritairement l’espace et l’on pourrait penser que les notions de temps ou de temporalités sont reléguées au second rang de ses préoccupations principales. Or, l’abondance de la littérature scientifique sur ce sujet, qui émane de nombreux ouvrages ou revues géographiques, démontre au contraire l’intérêt réel de la variable temps pour les géographes. En effet, la question des temporalités (qu’elles soient longues (plusieurs millénaires) ou courtes (faits brûlants d’actualité), impacte toutes les branches de la discipline : de la géographie physique qui s’intéresse volontiers aux évolutions climatologiques et géomorphologiques dans le temps ; à la géographie quantitative qui fonde une partie de ses travaux sur la modélisation du couple espace-temps ; en passant par la géographie des transports et bien d’autres sous-branches de la discipline.

En ce sens, dès l’instant où l’on creuse ce sujet, l’on constate rapidement la richesse du champ lexical employé en géographie pour référer directement ou non à la variable temps. On notera par exemple les termes de durée, de distance, de mutations, de dynamiques, d’événement, de rythme, de cycle mais aussi de rupture, de crise et de changement en référence aux nombreux objets d’études qui intéressent les géographes. 

Cette présentation s’articule autour de trois points principaux qui rendent compte de la diversité des approches scientifiques concernant l’intégration de la variable temps en géographie. La première partie permet de faire le point sur des éléments de cadrage qui ont contribué à l’analyse de la variable temps dans les études géographiques. Il s’avère rapidement que les premières conceptualisations intégrant une dimension temporelle passent le plus souvent par le couple histoire-géographie qui est particulièrement visible dans les champs de l’Historical Geography du monde anglosaxon ou de la géohistoire en France. Ainsi, la géographie, qui devient une science académique à part entière assez tardivement, est considérée comme « l’œil de l’histoire » (GRATALOUP, 2015) et l’association des deux disciplines dans les programmes scolaires du secondaire semble être, en France, une évidence. En outre, la géographie à travers son outil de prédilection : la cartographie, permet aux historiens de mieux situer les événements et notamment les batailles. À ce titre, la cartographie peut être considérée comme un outil technique du couple espace-temps. 

Par la suite, d’autres théories et champs académiques comme les travaux du géographe suédois Torsten HÄGERSTRAND portant sur la Time Geography qui émerge dans les années 1970, ceux d’Antoine BAILLY qui présente en 1984 la notion de Chronogéographie ou encore ceux d’Henri LEFEBVRE qui défend la théorie de la rythmanalyse au début des années 1990, démontrent la volonté des chercheurs à ne plus se contenter du lien entre l’espace et le temps mais à complexifier davantage leurs théories en cherchant à intégrer les acteurs sociaux et leurs rapports à l’espace-temps. 

Le deuxième point de cette communication s’attache à présenter la question des temporalités urbaines dans le sens où les villes constituent des objet d’études particulièrement concernés par la variable temps. Cela transparaît d’ailleurs à travers l’urbanisme ou la planification urbaine qui étudient la morphologie présente des espaces urbains au regard du passé pour prévoir le futur. Par ailleurs, la question des temporalités urbaines renvoie également à celle des mutations qui impactent parfois profondément les villes (on pense notamment ici à la ville des 24h ou à la ville éphémère et aux nouvelles tensions voire même parfois, aux nouvelles inégalités qui en découlent). Enfin la notion d’événement constitue également un angle d’approche pertinent pour les géographes qui mobilisent la variable temps dans leurs travaux. 

Par ailleurs, cette partie s’appuie également sur les travaux de Lauren ANDRES qui formule dans sa thèse publiée en 2006, l’hypothèse du « temps de veille » des territoires en friche en s’appuyant entre autres, sur le cas de l’ancienne manufacture de tabac de la Belle de Mai à Marseille qui s’est rapidement muée en une centralité créative emblématique au coeur de la cité phocéenne. En outre, la notion d’événement s’inscrit totalement dans la question des temporalités urbaines. Elle transparaît notamment à travers l’abondance de travaux portant sur la multiplication des événements culturels au sein des villes et le chercheur Nicolas CANOVA affirme que : « l’événement conduit à « une transformation du rapport au temps et à l’espace » (Garat, 2005). Il est le moment d’une hyperconcentration des flux, de cristallisation des activités, d’occurrence paroxysmique. Il est surtout le jour (un concert), la semaine (une feria), le mois (un festival au long court), parfois l’année (une capitale européenne de la culture) où l’espace se transforme. »  (CANOVA, 2017, pp. 51-52).

Pour finir, cette communication s’est ouverte sur les récents travaux géographiques portant sur la question de la nuit, largement abordée par Luc GWIAZDZINSKI qui démontre dans plusieurs articles l’ampleur du changement concernant l’analyse de la nuit en ville. Cette dernière passe en effet d’une quasi-inexistence théorique (la nuit est le temps du repos, du vide, de l’obscurité) à la formulation de nombreuses hypothèses montrant l’importance des activités nocturnes (pour les loisirs ou le travail) qui se traduit d’un point de vue territorial par des aménagements spécifiques (augmentation de l’éclairage public par exemple) et qui implique aussi la nécessité d’une nouvelle gouvernance urbaine face à l’émergence de nouveaux conflits (entre les individus qui dorment et ceux qui sortent notamment). 

En conclusion, la variable temps apparaît clairement comme un objet d’études à part entière pour les géographes. Certains chercheurs comme François TOMAS proposent de développer de nouvelles méthodologies afin de mieux considérer le temps des villes (ne pas se contenter des périodes historiques pré-délimitées mais déterminer plutôt les temps forts de chaque territoire), d’autres comme L. GWIAZDZINSKI plaident pour une nouvelle planification urbaine qui intégrerait davantage les pratiques territoriales des individus et leur rapport au temps. D’autres enfin proposent de mobiliser les ressources de l’analyse spatiale afin de modéliser ces pratiques individuelles et de mieux les intégrer au sein de divers territoires. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.