JJC 2019 – Le temps en shs. ATELIER n° 2

Compte rendu de l’atelier du 17 octobre 2018 (par Romain Facchini et Béatrice Hermitte). Thématique : séquençage du temps et périodisation.

Les ciseaux de l’histoire ou l’invention du temps (Romain Facchini, doctorant en histoire moderne)

1. Comment et pourquoi découper le temps ? 

Le temps historique est un temps social : le temps des groupes, des sociétés, des nations. Ce n’est donc pas « un cadre extérieur » que l’on peut diviser à l’infini, ni une unité de mesure. Or, si l’histoire se sert d’un temps social, les sociétés n’ont pas toutes le même temps. Le temps des historien.ne.s est celui du christianisme et cette idée perdure jusqu’à aujourd’hui dans une forme de mondialisation du rapport au temps. 

Par sa constitution, la période nous dit quelque chose sur la manière d’organiser le temps et de se le représenter, de mettre en ordre le passé. On regarde le passé à chaque époque et le découpage se fait plus tard, avec les valeurs d’une époque qui n’est plus celle concernée. Patrick Boucheron met en parallèle la Renaissance et la prétention des Européens à dominer le monde et à s’attribuer tous les progrès après « les Grandes Découvertes » — construction héritée du XIXe siècle dans un contexte de colonisation. 

Pour Jacques Le Goff, qui s’interroge sur la pertinence de découper l’histoire en tranches, la périodisation bien que nécessaire doit se faire avec souplesse. Sur la « découverte » des Amériques, il rappelle toutes les avancées antérieures qui ont permis la traversée de l’Atlantique, et les continuités avec l’époque moderne comme les épidémies de peste. À l’inverse, il montre combien la Renaissance a aggravé les pratiques du Moyen Âge en matière de lutte contre la sorcellerie par exemple. 

Ainsi, la décomposition du temps n’est pas neutre, jusqu’à influencer les méthodologies historiques. 

2. Méthodologie et décomposition du temps en histoire 

L’histoire, en tant que discipline, divise le temps comme la géographie découpe l’espace. Cette périodisation, parfois cloisonnante, se retrouve à l’université — avec les quatre périodes canoniques —, mais aussi dans les débats autour du choix, chronologique ou thématique, de l’enseignement. Le temps historique met en ordre et offre des repères dits temporels : on classe en trois catégories, passé, présent, futur, ce qui n’est déjà pas une évidence. Il faut par ailleurs aussi considérer les rythmes, leur multiplicité et leur contemporanéité. En effet, plusieurs âges coexistent dans un même âge. 

Le découpage du temps, qui fait suite au classement rigoureux des dates, doit avoir du sens et articuler « ce qui change et ce qui subsiste ». Ces ruptures expliquent que l’on définisse les siècles approximativement et que cela puisse faire débat : 476 pour le Ve, 1492 pour le XVIe, 1789 pour le XVIIIe, etc. Ainsi, la période est pensée a posteriori par rapport à différentes problématiques. 

Henri-Irénée Marou, est le premier à approfondir théoriquement la place du temps dans la construction de l’histoire en adoptant la formule de Benedetto Croce, « Toute histoire digne de ce nom est histoire contemporaine ». Se mêlent un objet-passé et un sujet-présent, ce qui implique que faire de l’histoire c’est faire des aller-retours entre le passé et le présent. L’historien.ne est socialement situé.e dans le temps qui est à la fois l’objet et le cadre de la réflexion. De fait, on peut présenter l’histoire comme un anachronisme permanent : Sophie Wahnich reprend les propos de Nicole Loraux et plaide avec elle pour un « anachronisme contrôlé ». Les documents d’archives sont aussi souvent conservés en fonction des périodes. Cette question se ressent enfin dans l’écriture, là où le récit ne se fait pas toujours de manière chronologique. Pour Sylvain Venayre, écrire au présent est la marque du travail de l’historien.ne dans la construction du savoir historique, ce qui n’exclut pas l’emploi d’autres temps, y compris le futur. 

Conclusion 

Cette conclusion, qui n’en est pas une, se veut être un pont avec la thématique de la perception du temps. David Lapoujade, en s’appuyant sur la pensée de Bergson, explique que certains affects dits temporels — le regret, l’attente, l’espérance, le deuil — laissent l’individu dans l’imaginaire plutôt que de l’inscrire dans le temps. Cela rejoint « l’invention de la tradition » d’Eric Hobsbawm qui est une forme d’écrasement du passé dans le présent voire de reconstruction. De la même manière, le mythe de l’âge d’or renvoie à un passé sans cesse voulu mais jamais (re)trouvé et donc à un présent permanent de crise.

Périodisation en histoire de l’art (Béatrice Hermitte, doctorante en histoire de l’art)

Comment et pourquoi découper le temps en histoire de l’art ? Le temps en histoire de l’art se divise en périodes et en styles. Les périodes correspondent à celles qui sont employées en histoire : Antiquité, Moyen Âge, époque moderne et époque contemporaine. Les styles sont plus nombreux, on retrouve le baroque, le classique, le gothique, etc… Raisonner en termes de périodes et de styles permet de raisonner sur une production artistique qui présente une certaine homogénéité dans ses formes. Découper le temps n’est pas neutre et se fait a posteriori, avec les valeurs et les a priori d’une époque. Jacques Le Goff dans son dernier ouvrage s’interroge sur la pertinence de découper « l’histoire en tranches ». La périodisation apparaît nécessaire pour l’historien, cependant il conclut qu’il faut la manier avec précaution. Les questions abordées, interrogent aussi les historiens de l’art, qui remettent le découpage du temps en question depuis quelques années. Roland Recht travaille sur les notions de style et de périodisation.

Depuis la Renaissance, différentes façons de découper le temps ont été testées en histoire de l’art. Il semble que le premier qui ait tenté d’organiser le temps soit Vasari. Dans ses Vite, dont la première édition paraît en 1550 et une seconde édition augmentée paraît en 1568, il décrit chaque vie d’artistes. Sa méthode est calquée sur le processus biologique : jeunesse, maturité, vieillesse. Il lie aussi périodisation et spatialisation, car tous les artistes présentés sont italiens, viennent de villes différentes. Ces biographies sont au croisement de trois notions importantes : biographies individuelles, géographies artistiques et progrès des arts. Johann Joachim Winckelmann propose dans son Histoire de l’art chez les Anciens, publiée en 1764 une théorie qui fait époque. Son étude est centrée sur l’art Antique. Il présente son évolution en trois parties : 1/ nécessaire, 2/ le beau, 3/ superflus, qui est aussi calqué sur le modèle biologique. Avant son analyse les œuvres d’art n’avaient qu’un but illustratif. 

Au XIXe siècle, les recherches en histoire de l’art se sont poursuivies. Au même moment une lecture formaliste de l’œuvre se développe. La notion de style est alors conceptualisée et devient une construction théorique. Heinrich Wölfflin (1864-1945), développe une méthode qui propose de partir de l’étude des formes. Elle se rapproche de celle de Winckelmann, car elle est basée sur l’analyse formelle des œuvres. Les œuvres sont pensées uniquement par rapport à leur style. Le regard est à la base de l’analyse, il devient un élément structurant du discours. À partir de la description des œuvres, il propose d’écrire une histoire de l’art, qui soit fondée sur la neutralité du regard. Sa méthode reprend celle de son maître Jacob Bruckhard : la comparaison entre deux œuvres. Wölfflin recherche les détails récurrents dans les œuvres afin de « comprendre leur articulation, leur point de jointure, en mettant au jour des schémas formels basiques susceptibles de changer le cours du temps ». 

Découper l’histoire de l’art en différentes périodes, c’est penser l’histoire par rapport à des moments d’apogée et de déclin, déterminés à une époque postérieure. Ce schéma fut repris par toutes les générations d’historiens de l’art depuis la Renaissance tout en l’affinant et en le faisant progresser. Actuellement, nous tentons de dépasser le formalisme proposé dans les années 1920-30. L’analyse des œuvres et de leurs qualités intrinsèques devient le point de départ de la réflexion. Cette nouvelle approche est nommée par Roland Recht : « approche analytique du style », où « le style désigne une autre réalité ». Laissons la phrase de conclusion à Roland Recht, qui définit la nouvelle façon d’analyser les œuvres d’art : « Cela signifie qu’aucune œuvre n’est l’équivalent d’une autre, mais que chaque propriété formelle doit être pensée pour elle-même ». 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.