JJC 2019 – Le temps en shs. ATELIER n° 3

Compte rendu de l’atelier du 14 novembre 2018 (par Soizic Morin et Polina Palash). Thématique : rythmes de vie.

Comment peut-on appréhender les trajectoires de vie des soignantes au XIXe siècle ? (Soizic Morin, doctorante en histoire contemporaine)

Ce cours exposé vise à proposer quelques pistes de réflexion pour étudier les trajectoires de vie des soignantes au XIXe siècle en France. La notion de « trajectoire de vie » appelée aussi « parcours de vie » interroge d’abord tout ce qui marque des ruptures dans la vie comme la naissance, la mort, l’éducation ou les éducations (famille, école, club), le travail, la famille, les déménagements…. Mais, elle n’a pas pour ambition d’étudier ces moments juste pour ce qu’ils sont mais de les mettre en perspective les uns avec les autres. C’est une notion d’abord investie par les sciences sociales.

I. Eléments théoriques. : Quelle place dans les sciences sociales ?

A. En démographie.La question des « trajectoires de vie » est d’abord une problématique abordée par les démographes. Cet intérêt est suscité par des évolutions de la société comme les changements de résidence, de parcours professionnel, et l’interdépendance de ces changements entre l’individu et son foyer. Les démographes ont joué un rôle dans la mise en place d’une méthode avec d’abord vous vous en doutez des techniques de collecte et d’analyse statistique. 

B. En sociologie.Pour les sociologues, en caricaturant, il y a deux façons d’interpréter le « parcours de vie » soit ils sont : 

  • Le résultat des projets de vie des individus. Les individus adopteraient une perspective « holiste » en planifiant leur vie : étude, mariage, travail. 
  • Ou de façon plus pragmatique, le parcours de vie est le résultat « d’un contingent d’une séquence d’évènements ».

Jean-François Guillaume, sociologue montre que le parcours de vie est une construction entre des aspirations individuelles et des contraintes structurelles (p. 23). Pour étudier les parcours des individus, le point de départ peut être de s’intéresser aux « ruptures », comme les démographes donc aux évènements qui marquent une transition, un changement d’état. Il suggère que ces événements naissent « des tensions entre les engagements individuels et les référents normatifs propres à une société donnée :  ainsi, une vie prendrait un cours différent selon que les choses que l’on fait concordent ou ne concordent pas avec celles qui devraient être faites. Dans ces moments de transition, les acteurs individuels se heurtent, en quelque sorte, aux contraintes ou aux normes propres à un système social. »

Si le parcours de vie, semble notamment s’imposer par des normes mises en place par des institutions, est-ce que les soignantes s’en éloignent ? Peut-on appréhender la question des parcours de vie de groupe d’inconnus comme les soignantes. 

2. Historiographie et trajectoires de vie des soignantes

En histoire, et en particulier en histoire du genre, cet objet de « la trajectoire de vie » peut prendre tout son sens autour du concept d’agency /agentivité ; il permet de comprendre comment l’individu cherche à agir sur son environnement. Dans une étude sur la « vie professionnelle », deux questions simples peuvent se poser : quand commence cette « vie professionnelle » et quand s’arrête-t-elle ? L’âge du début de carrière, au moins officiellement, se trouve dans les règlements comme celui des cours d’accouchements de l’école de sage-femme de Marseille en 1826 ; dans le cas des sages-femmes, elles peuvent commencer une carrière entre 18 et 35 ans. Ensuite, les recensements du personnel médical (série 5M1 des archives départementales des Bouches-du-Rhône) permettent avec la date de naissance des sages-femmes et la date d’obtention du certificat de voir à quel âge elles commencent réellement à exercer. Mais dans la pratique, il y a des exceptions. En revanche, l’arrêt de la « carrière » n’est absolument pas normé pour les soignantes au XIXe siècle. C’est beaucoup plus difficile à mesurer, il y a des arrêts ponctuels suite notamment à des grossesses, et l’arrêt définitif qui n’est absolument pas normé dans un règlement. Cet arrêt du temps de travail correspond probablement à une vieillesse avancée ou même au décès de la personne. Pour analyser les trajectoires de vie des soignantes, je vais m’arrêter sur deux exemples. 

A. Le cas des sœurs hospitalières.Pour l’étude des sœurs hospitalières et de leur parcours, il faut d’abord souligner la rareté des sources personnelles contrairement à leurs homologues masculins. Les documents administratifs comme les registres d’entrée, de sorties, de décès et les notices nécrologiques (quand elles existent) permettent d’ébaucher des trajectoires de vie. Pour les Bouches-du-Rhône, les sources sont très limitées. Nous avons surtout recours à des notices nécrologiques en particulier issues du périodique La semaine religieuse du diocèse d’Aix en Provence, d’Arles et d’Embrun. Mais souvent, nous avons plus affaire à des notes hagiographiques. En outre, les registres qu’évoquent Anne Jusseaume sont difficilement consultables. Par exemple, les Petites Sœurs des Pauvres s’opposent à la consultation de leurs archives. 

B. Le cas des sages-femmes des Bouches-du-Rhône.Les sources pour étudier le cas des sages-femmes dans les Bouches-du-Rhône sont plus nombreuses que pour les sœurs hospitalières. Nous disposons d’abord des recensements du personnel médical de 1818 à 1896 situés dans la série 5M1.  

Ces recensements peuvent indiquer : 

  • Le nom de jeune fille et le nom d’épouse ou de veuve, 
  • Le lieu de naissance permet de voir si une femme est née dans un département en dehors les Bouches-du-Rhône, et donc peut répondre à des questions autour de la mobilité des femmes, 
  • La date de naissance, la date de diplôme et la date d’enregistrement du diplôme. Un âge tardif du diplôme peut indiquer que la femme était auparavant une matrone et qu’elle a repris ses études. Un décalage entre la date d’obtention du diplôme et la date d’enregistrement du diplôme à la mairie peut s’expliquer par le fait que la sage-femme n’a pas commencé à travailler de suite, elle a considéré son diplôme comme « une porte de secours » en fonction des aléas de la vie. Nous pouvons avoir des décalages très importants de plus de 20 ans.
  • Le lieu de délivrance du diplôme. Paris, Montpellier et Strasbourg délivrent des diplômes de première classe. Nous pouvons voir que certaines sages-femmes quittent le département pour se former. C’est par exemple le cas de Massel Marguerite Elisabeth (cas 3). Elle est née à Marseille mais a passé son diplôme à Montpellier. Je pense même que certaines ont obtenu à Marseille un diplôme de seconde classe et sont parties ensuite pour Paris ou Montpellier.
  • Les années d’activité. Dans le cas de Lorichon Augustine Victorine (cas 2), nous constatons qu’elle cesse d’exercer entre 1857 et 1886. 
  • Le lieu d’exercice. Il y a certains déménagements. A quoi sont-ils dus ? Mariage ?

La seconde source importante pour étudier les parcours de vie des sages-femmes à Marseille est le périodique annuel l’Indicateurs marseillais à partir de 1852 indiquant au moins pour Marseille où exercent les sages-femmes et leurs déménagements successifs. L’analyse des parcours de vie / trajectoire de vie est une question pertinente pour la question du temps, elle permet d’analyser comment la soignante « construit » son temps tout au long de sa vie, quelle marge de liberté la soignante peut-elle avoir (le cas de l’exercice illégal).

Migrants’ trajectories, transitions and life course  (Polina Palash, doctorante en géographie)

Time geography or time-space geography originated in the mid-1960s, combining the consideration of time and space for the analysis of social and environmental phenomena. Swedish geographer Torsten Hägerstrand is considered the founder of this interdisciplinary perspective. Inspired by spacetime physics, in his empirical research on migration in Sweden, he emphasized the importance of time in human activity. For this aim he embedded quantitative methods of notation system to human geography, which later has led to the development of geographic information systems (GIS). The notation of points in time and space were intended to measure individual paths within a situational context of capability, coupling and authority constraints.

More recently qualitative perspectives have gained recognition in human and social sciences over the authority of quantitative reasoning, and the micro and meso levels of analysis integrated macro approaches. Paths of humans across space and time are considered by human geographers and sociologists from a more direct point of view of personal actors’ experiences, often shaped by logics linked to the family and other social networks. For instance, recent Jørgen Carling’s research takes account of Hägerstrand’s ideas, applying them to contemporary research on transnational migration, and considering time and space are inseparable aspects of the transnational. Drawing upon a study of childhood and motherhood in Cape Verdean transnational families, he suggests the concept of “relative mobility” understood as “separations and unifications with people and places, rather than as movement across space” (Carling 2017:33). In his perspective, mobility produces conjunctures at specific times in transnational lives. 

Similarly, Violaine Jolivet (2007) uses qualitative approaches to study migration in the Caribbean conceptualizing the notion of trajectory, to address mobility with respect the analytical pillars of space, society and power. In her definition, it represents a route or itinerary involving a departure and arrival point, exposed to conditions and modalities, in a dialectic interplay of movement and anchorage (Jolivet 2007:1-3). A trajectory can both be intended objectively, with respect to social positions measured by statistical categories, and subjectively, when perceived by migrant actors vis-à-vis their direct experiences. In her perspective, a trajectory is also a life trail (tracé de vie), moved by the individual ambition, while also linked to family and collective logics. For migrants, it is often aimed at improving life conditions, becoming in this sense not only spatial, but also encompassing social mobility.

Together with transitions, trajectories are key concepts in life course research, which focuses on “the intersections of social and historical factors with personal biography”(George 1993 referring to Elder 1985), particularly in the interest of sociologists. Transitions are part of trajectories, with, according to Linda George, the first referring to “changes in status that are discrete and bounded in duration, although their consequences may be long-term”, and the second as “long-term patterns of stability and change, often including multiple transitions” (George 1993:358). In migration research focusing on life course perspective a greater empasis is dedicated to space (see for example Kilkey and Palenga-Möllenbeck 2016).

In conclusion, the dynamic consideration of both spatial and temporal incidence with respect to social phenomena as migration would benefit from a more holistic integration of multi-level macro, meso and micro perspectives, although this implies challenges.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.