JJC 2019 – Le temps en shs. ATELIER n° 4

Compte rendu de l’atelier du 12 décembre 2018 (par Camille Caparos, Zoë Dubus et Emmanuel Porte). Thématique : processus et événement.

Écriture du temps, temps de l’écriture (par Camille Caparos, doctorante en histoire moderne)

Les écrits du for privé (livres de raison, journaux intimes ou de voyages, correspondances…) permettent à l’historien d’interroger le rapport quotidien, et presque intime, que les sociétés entretenaient avec le temps.

Traditionnellement, on distingue deux rapports de l’écriture au temps : une écriture quotidienne, qui prend place dans les journaux intimes et les livres de raison, et une écriture rétrospective, que l’on retrouve dans les mémoires ou les autobiographies. L’écriture quotidienne est alors rythmée par des temporalités courtes, celle de la journée ou de la semaine. Le temps de l’écriture est marqué par le scripteur : chaque naissance est reliée à une date, à une heure et parfois même à une phase de la Lune. En ce sens, l’individu contrôle le temps et crée ses propres événements.

L’écriture rétrospective a, quant à elle, un autre rapport avec le temps : il s’agit de se remémorer des faits anciens et donc d’utiliser des repéres temporels souvent plus vagues (enfance, adolescence…). Le temps de l’autobiographie ou des mémoires est créé par des souvenirs et non par l’immédiateté du temps. Finalement, la chronologie est modelée par l’individu-scripteur : elle est telle qu’il s’en souvient et non pas telle qu’elle a réellement été. L’écriture peut également avoir un rapport ambigu avec le temps. C’est le cas dans les livres de raison qui constituent des sources complexes, à la fois dans l’immédiateté de la tenue des comptes et dans l’éternité de la mémoire familiale. En effet, le scripteur, ici le chef de famille (presque toujours un homme), utilise le livre de raison comme un espace de comptabilité de la vie quotidienne (entrées et sorties d’argent…) mais également comme le lieu de la mémoire familiale (copies d’actes de mariage, de baptême, de décès…). Dans ce cas, l’écriture est simultanément tournée vers le passé, car elle contient la mémoire familiale, et vers l’avenir, car elle est destinée aux descendants qui continueront l’oeuvre de mémoire. Ainsi, l’écriture familiale des livres de raison aspire à dépasser le temps de l’écriture afin d’être éternelle.

Les historiens des écrits du for privé ont donc pu historiciser le rapport des individus au temps. Le XVIIIe siècle marque, de ce point de vue, un tournant : l’émergence de l’individu s’accompagne de la naissance de ce que l’on peut appeler « une histoire de soi ». Cette dernière rompt avec l’ancien régime d’historicité de l’écriture, ancré dans la mémoire familiale, pour se tourner vers un nouveau régime, centré sur l’histoire personnelle du scripteur. Les autobiographies, les journaux intimes et les correspondances du XIXe siècle, témoignent de cette prise de conscience. Il s’agit d’écrire au jour le jour une histoire personnelle et de transformer ces écrits en véritables « laboratoires identitaires ». La question de la temporalité de l’écriture est donc fondamentale pour comprendre la vision que les sociétés anciennes pouvaient avoir du passé, du présent et de l’avenir.

Le système d’analyse des « processus » en sciences sociales à travers l’exemple de la morphinophobie (par Zoë Dubus, doctorante en histoire contemporaine)

Grâce au modèle de l’analyse des processus en sciences sociales proposé par un groupe de chercheur·ses dirigé par la professeure de management Ariel Mendez (AMU), nous pouvons étudier les différentes chronologies de la morphinophobie dans le corps médical français du XXe siècle. La morphinophobie se définit par la peur irraisonnée d’une majorité du personnel soignant envers la morphine, comprise comme substance risquant de rendre les patients toxicomanes. 

L’analyse des processus commence en premier lieu par un repérage, au sein d’une période historique donnée, des différents éléments, les « quatre piliers » qui fondent cette théorie. Le contexte est le premier de ces piliers. Au sein de ce contexte, des éléments qualifiés d’ingrédients permettent de saisir des évolutions pouvant amener à des changements marqués du processus. Ces bouleversements sont appelés des bifurcations : les ingrédients sont alors profondément modifiés et forment désormais des séquences. Comprendre un processus, c’est donc séquencer les différents évènements qui le caractérisent pour mieux en percevoir le développement temporel, mais également en déceler les possibles moteurs qui amènent les ingrédients à se réarranger au fil du temps. Nous allons donc appliquer cette méthode à l’analyse de la mise en place de la morphinophobie du corps médical français au XXe siècle.

La mise en place de la morphinophobie dans le corps médical français commence à la fin du XIXe siècle. Dans un contexte de très faibles possibilités thérapeutiques, le soulagement de la douleur est alors considéré comme la base de l’acte médical : les médecins s’assurent ainsi la fidélité de leur clientèle, étant encore largement en concurrence avec d’autres formes de médecine non-officielle. La morphine est donc très utilisée, certains médecins n’hésitant pas à prescrire des ordonnances « à volonté » et à apprendre à leurs patients à se piquer eux-mêmes de manière à éviter de payer de nombreuses consultations. Or au cours des années 1870, le corps médical est confronté à une nouvelle maladie dont il est la cause : la morphinomanie.

Certains patients ne peuvent plus se passer de morphine au risque de mourir. Afin de se dédouaner de la responsabilité de ce qui est présenté comme le « quatrième fléau social » de l’époque, dans un contexte Fin de siècle, un archétype du morphinomane est largement diffusé dans la presse médicale puis dans les médias : il s’agit de la Morphinée, une femme vicieuse, demi-mondaine, recherchant dans la morphine un plaisir nouveau. 

Cette première séquence s’achève avec le vote de la loi de 1916 interdisant la vente et l’achat de la morphine sans ordonnance, qui caractérise donc la première bifurcation de ce processus. Permettant d’assoir la légitimité du corps médical en lui réservant le monopole de la prescription de morphine, cette loi va en réalité provoquer l’abandon presque total de son usage par l’ensemble de la communauté médicale. Les médecins craignent en effet d’être condamnés s’ils prescrivent « trop complaisamment » une substance désormais comprise comme un stupéfiant dangereux. Un phénomène permet

également de pérenniser la morphinophobie : la « pseudo-addiction ». Les médecins administrent donc très peu de morphine à leurs patients de peur de provoquer une toxicomanie ; le patient réclame alors plus de morphine pour pouvoir être réellement soulagé.

Cette demande illustre, pour le corps médical, un début de morphinomanie : la morphinophobie s’en trouve durablement consolidée. D’autre part, dans un contexte d’explosion des moyens thérapeutiques, le soulagement de la douleur passe au second plan. Ce n’est qu’a la fin des années 1980 que cette deuxième séquence s’achève. La bifurcation est amenée par différents ingrédients. D’abord, la prise de conscience de la part du corps médical et des pouvoirs publics du retard français en matière de prise en charge de la douleur. En parallèle, la modification de la relation médecin-patient, jusque-là dans un modèle « paternaliste ». Le patient devient progressivement acteur de sa prise en charge médicale, c’est le modèle de la participation mutuelle. Les patients peuvent ainsi faire pression, en se regroupant par exemple en association, pour faire valoir leurs droits. L’épidémie de SIDA joue ici un rôle important dans la remise en cause de la prise en charge de la douleur par le corps médical. 

Dans les années 1990, différentes lois sont votées et plusieurs plans gouvernementaux sont mis en place pour mettre un terme à la morphinophobie médicale. La consommation de morphine augmente sensiblement, passant de 27 kilos en 1987 à plus de deux tonnes de nos jours. Pourtant, de nombreuses études pointent toujours une forme de méfiance envers la morphine de la part du personnel soignant. De plus, la crise des opioïdes que subissent depuis quelques années les Etats-Unis pourrait amener, dans un futur proche, à

une nouvelle séquence d’opiophobie.

L’événement en histoire (par Emmanuel Porte, doctorant en histoire moderne)

Au prime abord, l’évènement semble étroitement lié à la discipline historique. Il apparaît dans son enseignement et plus généralement dans les mentalités collectives comme l’un des fondements sur lequel s’enracinent les connaissances historiques. La discipline a pourtant une position ambigüe face à lui. Comment alors l’évènement a-t-il été traité par les différentes générations d’historiens et que traduisent ces traitements de leur conception du temps et de l’écriture du temps ? 

1. Historique de l’évènement

A. De la vogue à la révérence de l’évènement

Le terme « évènement » est repéré pour les premières fois au xvie siècle pour désigner le caractère inattendu, exceptionnel d’un fait survenu. L’évènement s’inscrit alors dans une vision linéaire de l’histoire dans laquelle il s’impose comme un résultat et un commencement, un dénouement et une ouverture des possibles. Avec la structuration de la discipline historique au cours du xixe siècle, la place de l’évènement devient centrale. La génération des Romantiques lui fait la part belle sans craindre de prendre certaines libertés dans son propos au profit d’une narration romanesque. Les méthodiques, bien que rompant avec leurs prédécesseurs par leur approche « scientifique », placent également l’évènement comme point central de l’étude d’une histoire nationale et républicaine articulée autour du récit des grandes batailles. Les générations suivantes, sous l’impulsion d’autres disciplines à l’instar de la sociologie, rompent avec ces visions de l’histoire. L’école des Annales promeut ainsi une histoire des permanences et des longues durées. L’évènement tire temporairement sa révérence.

B. Retour ou renaissance de l’évènement 

Dans les années 1970, l’évènement réapparaît. Deux jalons sont particulièrement marquants. En 1973, G. Duby renouvelle le genre de l’étude des évènements avec son ouvrage Le dimanche de Bouvines. Il y étudie l’évènement dans son déroulé mais analyse également sa postérité et son insertion dans une période donnée. En 1974, Pierre Nora, dans Faire de l’histoire, prend le contre-courant de la vogue de la longue durée et réinscrit l’évènement comme objet digne d’intérêt. Plus particulièrement, c’est dans la déconstruction de l’évènement et dans sa fabrication par les médias que réside, pour lui, l’intérêt de son étude. Un nouveau paradigme s’impose dans l’écriture de l’histoire, celui de l’impermanence, des ruptures et des mutations. 

Dès lors, l’évènement est pleinement redevenu un objet saisi par les historiens comme en témoigne le nombre croissant de « monographies » d’évènements et de projets éditoriaux articulés autour de d’événements. Parmi ces derniers, l’actualité de l’Histoire mondiale de la France prouve l’intérêt permanent que connaît l’évènement depuis les années 1970. Reste à comprendre comment les historiens étudient et comprennent aujourd’hui la notion d’évènement.

2. Penser l’évènement aujourd’hui

A. Fabrication de l’évènement

Les approches actuelles les plus répandues s’inscrivent dans la lignée de G. Duby et P. Nora et questionnent la réception des évènements. Elles analysent ces derniers comme des réalités sans cesse remobilisées, réappropriées, réinventées. L’évènement se présente comme une construction qui croise diverses temporalités : la réalité passée de l’évènement, son appropriation présente, la prospective future qu’il contient. Comprendre l’évènement implique donc de comprendre comment ce dernier s’ancre dans une société, dans un espace, et comment il est reçu par des institutions, des collectifs, des individus. 

Plusieurs nuances et critiques ont été apportées. Une première souligne les tentations téléologiques et déterministes particulièrement fortes de cette approche. Une seconde éclaire la possible confusion entre l’évènement et sa réception. Ces nuances imposent une question fondamentale aux apparences triviales : comment définir un évènement ?

B. Qu’est-ce qu’un évènement ? 

P. Veyne, dans Comment on écrit l’histoire, écrit qu’un « un évènement se détache sur fond d’uniformité, c’est une différence ». Selon A. Farge, « l’évènement fut toujours ce qui semblait saisir le temps en une contraction donnant une tonalité nouvelle au cours de l’histoire, mais rien ne semblait définir ce que l’on recouvre par ce « ce qui saisit le temps » ». Différence pour P. Veyne, contraction du temps pour A. Farge, les définitions de l’événement se heurtent à l’étendue de ce que peut traduire la notion. 

Plusieurs éléments semblent toutefois redondants. Tout d’abord, l’évènement renvoie à l’idée de rupture, de différence. Il est l’aboutissement de dynamiques et le commencement d’autres. L’évènement est aussi une construction historique constamment réactualisée, promouvant un entrecroisement de temporalités. L’évènement est, enfin, une réalité historique inscrite dans un contexte lui donnant toute son originalité. Chaque évènement est en cela une réalité unique rendue visible par des mises en discours inscrites dans des temporalités particulières. 

Bibliographie indicative

Bensa A., Fassin E., « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 520. 

Dosse F., Renaissance de l’événement : un défi pour l’historien: entre Sphinx et Phénix, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

Farge A., « Penser et définir l’événement en histoire : Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, no 38, 2002, p. 6778.

Nouvelle revue de psychologie : Repenser l’événement, n° 19, 2015.

Ricœur P., « Le retour de l’Événement », Mélanges de l’Ecole française de Rome, n° 104, 1992, p. 2935.

Sociétés et représentations : Faire l’événement, n° 32, 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.