AAC – PENSER LE TEMPS EN SHS (DEADLINE 1er AVRIL 2019)

APPEL À COMMUNICATION

Penser le temps en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe

Mardi 14 mai 2019

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH)

Aix-en-Provence

Le concept peut paraître trivial. On le côtoie quotidiennement dans des contextes aussi éloignés que le temps de travail ou le temps de cuisson. Dans nos disciplines, quelles qu’elles soient, on le rencontre par l’intermédiaire d’un champ lexical qui y a trait : durées, périodes, rythmes, cycles, événements et bien d’autres. Mais de quoi parle-t-on, au juste, quand on aborde le temps ? Qu’étudie-t-on à travers les termes liés à la temporalité ? Comment s’approprier ces acceptions plurielles ? 

La notion semble insaisissable : s’il n’y a rien d’antérieur au temps pour le définir, il n’y a donc que des moyens détournés pour l’appréhender. Donnée métrique à partir de laquelle on observe et on analyse, le temps est avant tout perçu et construit socialement. À l’évidence, la science historique est traditionnellement associée à l’étude de cette réalité mais d’autres disciplines (philosophie, histoire de l’art, géographie, anthropologie, sociologie, musicologie,  etc.) la mobilisent de manière croissante. L’intérêt pour le sujet s’en trouve renouvelé, au point que de nouvelles collaborations se nouent entre sciences humaines et sciences cognitives.

Mus par la volonté de croiser la diversité des regards autour de thématiques transversales, les Jeunes chercheurs·euses du laboratoire TELEMMe ont donc fait le choix de questionner ces recherches, en leur consacrant une journée d’études spécifique où l’idée de « temporalités plurielles » sera privilégiée. La réflexion a mis en exergue plusieurs éléments structurants qui méritent d’être interrogés. Il peut s’agir de notions connexes – crise, rupture, processus, anachronisme, uchronie –, voire de néologismes – rythmanalyse, chronotopie, chrononymes. 

Trois axes de réflexion sont ainsi proposés aux participant·e·s :

Axe 1 – Interpréter, percevoir et modéliser le temps 

Quel est le rapport des acteurs au temps ? Comment est-il vécu, perçu, dénommé et mesuré en fonction des espaces, des périodes et des cultures ? Quelles sont les représentations du temps (mises en images, mémoires, etc.) et leurs évolutions ? Quels outils peut-on mobiliser pour appréhender les temporalités ?

Axe 2 – Processus, rythmes et durées 

En quoi la dimension temporelle s’inscrit-elle dans les trajectoires de vie, dans leurs composantes biologiques, socio-économiques et spatiales ? Quelle place la recherche réserve-t-elle aux crises, aux mutations, aux cycles ? Comment les séquençages temporels font-ils apparaître des rythmes, des durées et des processus ? 

Axe 3 – « La renaissance de l’événement » 

De quelle manière l’événement est-il réinvesti dans la recherche ? Dans quelle mesure peut-il articuler – ou non – différentes temporalités ? L’événement est-il toujours synonyme de rupture ? En quoi suscite-t-il des constructions symboliques, des enjeux politiques et spatiaux, des conflits mémoriels ? 

Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques et méthodologiques des sujets qu’elles abordent.

Les propositions des doctorant·e·s ou des « jeunes docteur·e·s » devront être envoyées avant le 1er avril 2019 à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Ellescomporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement). 

La journée d’étude se tiendra le mardi 14 mai 2019 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement.

Comité d’organisation : 

Fabien Bartolotti, doctorant en histoire contemporaine

Camille Caparos, doctorante en histoire moderne

Lucie Chopard, doctorante en histoire de l’art

Zoë Dubus, doctorante en histoire contemporaine 

Romain Facchini, doctorant en histoire moderne 

Béatrice Hermitte, doctorante en histoire de l’art

Soizic Morin, doctorante en histoire contemporaine 

Polina Palash, doctorante en géographie 

Emmanuel Porte, doctorant en histoire moderne

Mathilde Vignau, doctorante en géographie 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.