Les intellectuels espagnols « phalangistes libéraux » à la fin de la dictature franquiste (1956-1976) – Vanina Filippi

Par Vanina Filippi

2ème année de doctorat, TELEMME, UMR 7303

Sous la direction de Paul Aubert

Le sujet concerne l’évolution idéologique et politique d’intellectuels espagnols catholiques qui se trouvèrent au pouvoir en Espagne après la Guerre civile et qui crurent que la situation était favorable à la construction d’un Etat et d’un homme nouveaux. À l’issue du « nettoyage » que représentait à leurs yeux cette guerre, ils pensaient que le moment était propice à l’édification de « la Cité de Dieu ». Or, les premières crises morales apparurent dès les années quarante et s’accrurent en 1956. C’est alors que certains intellectuels se lancèrent dans une résistance que d’aucuns ont qualifiée de silencieuse. Ces derniers se retrouvèrent, au terme d’une évolution qu’ils ont à cœur d’expliquer dans leurs mémoires, en train d’œuvrer pour une transition vers la démocratie. La question essentielle est de savoir si ces intellectuels ont contribué par leur « libéralisme », entendu au sens moral de « tolérance », à faciliter l’évolution finale du régime instauré par Franco, ou si cette pratique autobiographique ne répond qu’à une stratégie visant à rendre opaque la voie qu’ils ont suivie afin de n’apparaître finalement que comme les « libéraux » qu’ils sont devenus. Pourquoi ces jeunes phalangistes, mus par l’utopie fasciste, devinrent-ils des bourgeois réformistes qui font l’apologie de la liberté et de la démocratie ? Et comment évaluer, à la lumière de cette évolution, leur engagement initial ? Enfin, quelle est la portée de l’œuvre de ces intellectuels qui, après avoir été des théoriciens du régime franquiste, guidèrent la génération suivante sur le chemin de la Transition à la démocratie ? C’est ce paradoxe qui est au cœur de ce sujet : ce sont les théoriciens du régime franquiste qui prépareraient à terme également la liquidation de celui-ci. Rupture ou continuité ? Ne court-on pas le risque de voir se brouiller les pistes, si l’on ne soumet pas à une analyse critique les écrits de ces intellectuels convaincus a posteriori d’avoir fait de la résistance silencieuse ? Au terme de cette étude, on sera en mesure de mieux apprécier si la Transition vers la démocratie a été aussi angélique que certains commentateurs l’ont prétendu.



Citer ce billet
Olivier Lopez (2012, 5 décembre). Les intellectuels espagnols « phalangistes libéraux » à la fin de la dictature franquiste (1956-1976) – Vanina Filippi. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkr2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.