Introduction – Séminaire Jeunes Chercheur·se·s TELEMMe Romain Facchini, « Acteur(s) et actrice(s) en Sciences Humaines et Sociales » – MMSH Aix-en-Provence 16 octobre 2019

Pour cette nouvelle année universitaire, les jeunes chercheur·se·s du laboratoire TELEMMe ont choisi de tenir un séminaire intitulé « Acteur(s) et actrice(s) en Sciences Humaines et Sociales ». Cette thématique s’inscrit dans la continuité des précédentes journées d’études et notamment celles sur les environnements et le temps qui se sont déroulées respectivement en 2018 et 2019. Le prisme de l’acteur·trice est indispensable pour saisir ces deux notions que sont l’environnement et le temps. Mais alors, de quoi parle-t’on ? Qu’est-ce qu’un·e acteur·trice ? On emploie souvent le sujet, l’individu ou encore l’acteur comme synonymes. Il convient néanmoins de préciser les contours, les liens, les frontières et les oppositions qui se jouent entre ces notions.

– Le sujet renvoie à l’idée de subjectivation, à la capacité de prise de conscience du moi, à l’expérience personnelle, mais aussi aux dispositions psychiques. Le sujet se construit par l’action — ou l’inaction qui est, en soi, déjà une action.

– L’individu laisse de côté l’idée d’un sujet tout puissant, pour prendre en considération l’intersubjectivité. La subjectivité et l’espace social ne s’opposent plus : la subjectivité renvoie à l’intimité, au for intérieur.

– L’acteur·trice est celui ou celle qui agit, qui fait une action, mais aussi celui ou celle qui interprète : l’acteur·trice joue un rôle et porte des masques au sein de la société mais aussi en lui·elle-même.

Une fois ces distinctions faites brièvement, il nous faut aller plus en avant dans la notion d’acteur·trice. Celle-ci recouvre en effet plusieurs acceptions que l’on peut regrouper en quatre catégories : ce qui caractérise l’acteur, les liens entre l’individuel et le collectif, l’action ainsi que les relations et les réseaux.

Au sein des deux dernières journées d’études jeunes chercheur·se·s, nous avons toujours tenu à interroger la dimension méthodologique des notions que nous mobilisions. Ce séminaire sur les acteurs et les actrices en Sciences Humaines et Sociales ne fait pas exception. Au début du XXe siècle, le sociologue François Simiand dénonçait l’individu comme l’une des trois idoles des historiens avec l’idole politique et l’idole chronologique (1). Cette critique a conduit l’école des Annales à promouvoir l’histoire économique et sociale et à délaisser l’individu, la figure des « grands hommes » et le genre biographique. La place de l’acteur·trice dans les Sciences Humaines et Sociales connaît un renouveau dans les années 1980 au point de parler de son « retour » comme l’a fait Alain Touraine dans un ouvrage de 1984 (2). De la même manière, dans un article de 1999, Jacques Le Goff parlait du « retour du sujet » pour les années 1970-1980 (3). D’autres types d’acteur·trice·s émergent, à l’image des acteur·trice·s collectifs, des acteur·trice·s des marges ou encore des animaux. De plus, les géographes se posent la question de savoir si une ville par exemple peut être considérée comme une actrice avec l’espace social qui se traduit dans un espace physique. On trouve par ailleurs en droit la notion de personne morale qui est généralement le regroupement de plusieurs personnes.

La prise en compte des acteurs a donné lieu à des bouleversements épistémologiques tels que l’approche micro-historique et micro-sociologique. La notion d’acteur·trice nourrit également un débat, parfois caricatural, entre les tenants de ce que l’on nomme le holisme et ceux de l’individualisme méthodologique. L’un explique les phénomènes sociaux de manière englobante par des structures et l’autre par la somme des comportements individuels. L’individualisme méthodologique, incarné en France par Raymond Boudon, a été critiqué pour sa dimension a-historique — par exemple la question de l’homo oeconomicus — et sa vision désocialisée des acteur·trice·s. Le holisme, quant à lui, s’est vu reproché une perception trop englobante et éloignée des acteur·trice·s. Dès lors, et sans prendre partie, il ne s’agit pas de nier le moi ou l’illusion du moi, ni les structures et les dynamiques sociales qu’il construit et dans lesquelles il s’inscrit.

L’ensemble de ce séminaire, conçu comme un espace d’échange, aborde des sujets en lien avec les travaux des différent·e·s doctorant·e·s. Quatre thèmes ont été retenus : « pratiques et stratégies » ; « normes et transgressions » ; « mobilité et spatialité » ; « genre et agentivité ». Ces interventions permettront de rattacher l’action sociale des individus aux précédentes réflexions sur les cadres de l’action, la chronologie et les temporalités qui leur sont liées. Nous espérons également que cela engendrera, outre des échanges, de réels débats scientifiques que nous appelons de nos vœux.

Romain FACCHINI

(1) François Simiand, « Méthode historique et science sociale. Étude critique à propos des ouvrages récents de M. Lacombe et de M. Seignobos », Revue de synthèse historique, 1903, p. 1-22, 122-157, repris in Méthode historique et sciences sociales, op. cit., p. 113-169 : 166-169.
(2) Alain Touraine, Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984.
(3) Jacques Le Goff, « Les « retours » dans l’historiographie française actuelle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 22 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2009, consulté le 08 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ccrh/2322.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.