Une brève histoire d’un tournant spatial dans les études historiques – Julien Puget

De manière générale, le tournant spatial qui a touché toutes les sciences humaines et sociales il y a un demi-siècle maintenant, peut être défini comme un mouvement transdisciplinaire portant une attention plus grande à l’espace dans l’étude des phénomènes sociaux et humains. Sans véritable moment fondateur, cette réorientation, voire ce changement complet de paradigme, traduit davantage un mouvement, une lame de fond, qui a peu à peu transformé nos pratiques scientifiques[1].
Depuis les travaux du géographe français Henri Lefebvre dans les années 1960-1970, l’espace n’est désormais plus seulement entrevu comme une abstraction, un donné physique, voire un simple décor, mais bien comme un produit et une construction sociale, le fruit de rapports interpersonnelles[2]. Autrement dit, ce spatial turn a modifié notre  rapport au monde en nous invitant à considérer l’espace comme une force active capable de façonner des expériences de vie individuelles et collectives. L’espace dans lequel nous vivons est le résultat d’une production sociale.
L’incorporation des problématiques nouvellement posées par cette sensibilité plus grande à l’espace, s’est finalement réalisée dans les études historiques sans heurt, sans grands débats contradictoires, et de manière empirique. Les liens étroits entretenus entre la géographie et l’histoire en France depuis le XIXe siècle — et particulièrement à l’Université — expliquent l’importance souvent accordée au territoire dans les études historiques. Cependant, la notion de territoire ne peut être assimilée à celle d’espace, et le véritable élan viendra du travail magistral de Fernand Braudel sur la Méditerranée à l’époque de Philippe II (1949)[3]. Pour la première fois à ce niveau d’analyse, un espace — ici maritime — constitue l’opérateur principal par lequel est observé l’évolution des rapports entre des groupes et des territoires.
Après ce travail pionnier, c’est par le biais des études urbaines que l’espace deviendra un objet d’étude propre au sein des sciences historiques. La véritable rupture est à mettre au crédit de Jean Claude Perrot, et son travail sur la ville de Caen au XVIIIe siècle (1975)[4]. En entrecroisant analyse fine des groupes sociaux urbains, et étude des théories des Lumières relatives à l’action urbaine, la ville est désormais pensée comme un niveau d’analyse pertinent dans l’écriture d’une histoire sociale et culturelle de l’époque moderne. L’espace est ainsi envisagé comme un facteur pouvant avoir une influence sur les comportements sociaux et les relations interpersonnelles dans les sociétés anciennes.
Parallèlement à cet acquis historiographique, les historiens se sont progressivement intéressés à des configurations spatiales résultant d’opérations particulières, comme aménager, habiter, circuler, surveiller, centraliser, quadriller, etc. L’histoire urbaine évidemment, mais aussi l’histoire sociale et culturelle au travers de l’étude des réseaux intellectuels et savants[5], de la naissance d’une opinion publique[6], ou de la circulation de l’information[7], ont été marquées, influencées, et orientées par les problématiques soulevées par ce tournant épistémologique. Tant de travaux ont été directement façonnés par ce saut qualitatif dans la recherche qu’il est bien entendu impossible de tous les citer. Il faut cependant noter qu’au-delà de la réorientation de certains champs thématiques déjà constitués, ce tournant spatial a suscité l’éclosion de nouvelles problématiques — comme l’histoire environnementale — et le recours à des outils originellement réservés à d’autres disciplines, tels les SIG.
Enfin, deux points méritent d’être soulignés lorsque l’on évoque un tournant spatial en histoire. D’abord, le renouveau méthodologique initié par la microhistoire. Cette forme d’écriture de l’histoire peut être envisagée autant comme une manifestation concrète des apports insufflés par un tournant spatial en histoire, que comme un moteur dans cette sensibilité plus grande accordée aux phénomènes spatiaux dans les sociétés anciennes. En privilégiant l’observation du local, du singulier, et en procédant par un jeu d’échelle permanent dans les niveaux d’analyse, la microhistoire produit des effets d’intelligibilité particuliers prenant directement appui sur l’espace des groupes étudiés[8]. Ensuite, le tournant spatial qui a pu modifier nos pratiques historiennes s’incarne également dans l’attention portée à la question du local, de la localité, du et des lieux[9]. Aujourd’hui, l’intérêt porté à l’échelon local invite à s’interroger sur les ressources localisées et leur poids dans la constitution d’une appartenance à une communauté sociale ne recoupant pas strictement les limites posées par des institutions et des facteurs culturels, religieux, ou ethniques. Dans cette perspective, l’attachement aux questions spatiales en histoire ouvre aujourd’hui des pistes afin de comprendre les opérations de construction de la compétence des sujets dans un environnement social circonscrit[10]. C’est là une des voies possibles afin d’établir des comparaisons entre des « sites d’études »[11] au-delà des frontières étatiques[12].

Julien Puget (Aix-Marseille Université – UMR 7303 Telemme).


[1] Ce n’est que récemment que des synthèses ont été écrites sur ce tournant épistémologique. Voir par exemple Jörg Döring, Tristan Thielmann, Spatial Turn : Das Raumparadigma in den Kultur- und Sozialwissenschaften, Transcript Verlag, 2008 ou encore Warf Barney, Arias Santa, The Spatial Turn: Interdisciplinary Perspectives, Londres, Routledge, 2009.
[2] Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, Ethnosociologie, 2000 (1974).
[3] Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1949.
[4] Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris-La Haye, Mouton, École des Hautes Études en sciences sociales, Civilisations et sociétés, 44, 1975.
[5] Sur ce point voir les premières synthèses de Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1689-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978 et id., Les Républicains des Lettres : gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988.
[6] Nous renvoyons ici au travail pionnier de Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978. Depuis, de nombreux historiens ont discuté cette thèse. Pour la France voir Arlette Farge, Roger Chartier, Christian Jouhaud, et Hélène Duccini notamment.
[7] Gilles Feyel, L’annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire Foundation, 2000.
[8] Sur les rapports entre microhistoire et spatial turn, voir les développements de Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014 et le chapitre « Spatial turn », ainsi que l’article d’Angelo Torre, « Un “tournant spatial” en histoire ? Paysages, regards, ressources », Annales. Histoire, Sciences sociales, 5, 2008, p.1127-1144, et particulièrement p. 1140-1141.
[9] Voir à ce sujet le travail fondateur dirigé par Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 t., 1984-1992.
[10] Angelo Torre, art. cit., p. 1132.
[11] Ibid., p. 1144.
[12] Sur ce point voir Felix Driver, Raphael Samuel, « Rethinking the Idea of Place », History Workshop Journal, 39, Spring 1995, p. 123.

 



Citer ce billet
Administrateur (2015, 9 janvier). Une brève histoire d’un tournant spatial dans les études historiques – Julien Puget. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qksk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.