Foucault, l’espace, les lieux, et la géographie. Virginie Cerdeira et Solène Rivoal

L’objet de cette intervention était de présenter un texte dans lequel Michel Foucault s’est intéressé au concept d’espace. Il s’agit d’une conférence prononcée à Paris en 1967 intitulée « Les espaces autres », et qui figure parmi les textes publiés dans le recueil Dits et Ecrits (tome IV, p. 752-762) en 1994. Ce texte nous a semblé intéressant puisque c’est la seule réflexion que M. Foucault semble avoir mené sur l’espace. Les autres textes connus sur le même thème se présentent sous la forme d’entretiens avec M. Foucault, et sont postérieurs au texte présenté ici. Ces entretiens sont menés à la même époque, une dizaine d’années après la conférence analysée. Il s’agit de l’entretien mené avec des géographes pour le premier numéro de la revue d’Hérodote en 1976. On peut même parler de dialogue en raison d’une série de questions adressées par M.Foucault à la revue Hérodote et dont les réponses ont été publiées en 1977 dans le numéro 6 de la revue, sous la forme d’une série d’articles aux contributeurs variés. Le deuxième entretien de M. Foucault à propos de l’espace est réalisé par l’anthropologue P. Rabinow, et figure aussi parmi les textes compilés dans Dits et écrits sous le titre de «Espace, pouvoir et savoir ».L’intérêt de présenter ce texte repose sur la constatation qu’en histoire comme en géographie, les chercheurs qui ont proposé une réflexion sur le spatial turn, citent ou disent s’inspirer de M. Foucault, alors que les publications du philosophe sur ce thème sont rares. C’est donc de ce paradoxe que nous voulions partir, cette idée que M. Foucault semble avoir peu écrit sur le sujet, alors que les chercheurs en sciences sociales le considèrent souvent comme l’un des inspirateurs de ce tournant, en raison de la dimension spatiale qu’il a donné à ses travaux sans le déclarer explicitement voire en s’en défendant.

L’intervention s’est déroulée en deux temps. Le premier était consacré à la présentation détaillée de l’article, pour comprendre la construction de la pensée de l’auteur sur les notions mobilisées. Le deuxième temps était dédié à une réflexion sur la pensée de Foucault remise dans le contexte du spatial turn, afin de comprendre comment celui-ci appréhendait la dimension spatiale, et comment les chercheurs ont ensuite utilisé sa pensée.

L’article présente d’abord une histoire de l’espace, une sorte de généalogie de ce que pourrait être l’espace au Moyen-Age à la deuxième moitié du XXe siècle en passant par le XVIIe siècle. L’auteur explique que l’époque médiévale est celui de l’espace de localisation. Le XVIIe siècle, marqué par la découverte de Galilée est celui où l’espace de la localisation devient celui de l’étendue. Le dernier changement redéfinit l’espace comme l’emplacement. M. Foucault se concentre ensuite sur les espaces du dehors, qui sont de trois sortes : les emplacements types, les utopies, espaces irréels, et les hétérotopies, définies par l’auteur comme des espaces de déviation par rapport aux normes de la société, mais qui restent en lien avec les emplacements types. La suite de la conférence détaille une typologie des différentes hétérotopies qui existent dans notre société, et si la définition de l’hétérotopie semble s’apparenter à un type d’espace peu fréquent, la typologie insiste sur le fait que ces hétérotopies sont finalement omniprésentes dans notre société.

Les réflexions sur cette conférence sont multiples. Tout d’abord, le seul texte explicitement dédié par Michel Foucault à l’analyse de l’espace est un texte sur les « espaces autres ». Il y a finalement peu de dialogue entre M. Foucault et la géographie, alors que M. Foucault utilise de très nombreuses métaphores spatiales dans son propre travail. Pourtant, les travaux du philosophe intéressaient et intéressent directement les géographes et le fait que la revue Hérodote choisisse de publier un entretien avec lui pour le lancement du premier numéro confirme l’intérêt pour ces travaux. De même l’hétérotopie est un concept largement repris aujourd’hui par des chercheurs géographes. Enfin, pour Michel Foucault, la réflexion sur l’espace semble être intrinsèquement liée au pouvoir, ce qu’il explique dans la préface au Panoptique de Bentham, préface intitulée par Foucault « L’œil du pouvoir » (1977). Ainsi, les métaphores spatiales sont toujours délimitées par des zones d’influences, des rapports de force, des fonctions indissociables de ces réflexions sur le pouvoir. Autant de questions qui ont été débattues lors du deuxième atelier jeunes-chercheurs du laboratoire TELEMME, le 27 janvier dernier.

Vous pouvez retrouver les textes relatifs à cette intervention aux adresses suivantes :
https://www.cairn.info/revue-empan-2004-2-page-12.htm, consulté le 4 février 2015 pour le texte de la conférence de Michel Foucault à propos « Des espaces autres », prononcée en 1967 et publiée dans Dits et Ecrits en 1994.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5621035h/f80.image.r=h%C3%A9rodote.langFR, consulté le 4 février 2015 pour le texte de l’entretien accordé par Michel Foucault aux géographes de la revue Hérodote à l’occasion du premier numéro de la revue en 1976.



Citer ce billet
Administrateur (2015, 4 février). Foucault, l’espace, les lieux, et la géographie. Virginie Cerdeira et Solène Rivoal. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qksm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.