Le cours d’eau comme espace d’expression des conflits et des intérêts industriels et agricoles en Méditerranée: le cas du Jarret à Marseille au XIXe siècle – Nicolas MAUGHAN

Le cours d’eau comme espace d’expression des conflits et des intérêts industriels et agricoles en Méditerranée: le cas du Jarret à Marseille au XIXe siècle

Par Nicolas MAUGHAN – Doctorant en histoire de l’environnement/géographie (5e année), sous la direction d’Éric FAURE, Aix-Marseille Université.

À toutes les époques, l’usage des milieux aquatiques, le partage des ressources en eau et la gestion des diverses nuisances engendrées ont fait l’objet de conflits entre les différents groupes sociaux, communautés ou corporations et ce souvent de manière encore plus prégnante dans les zones urbaines. Conflits amplifiés en régions méditerranéennes par un manque d’eau chronique durant la période estivale dû à des conditions hydro-climatiques contraignantes.

Mais, avec le développement fulgurant de l’industrie au cours du XIXe siècle et l’apparition de techniques agricoles plus performantes, les besoins croissants en eau destinés à l’utilisation de la force hydraulique mais aussi à l’irrigation ont engendré une pression anthropique de plus en plus forte sur les hydrosystèmes urbains et ruraux. De ce fait, les cours d’eau peuvent être appréhendés comme des espaces privilégiés, sur lesquels « débordent » régulièrement les activités humaines, et utiles pour analyser et tenter de comprendre les dynamiques d’expansion industrielle ainsi que l’évolution des modes d’utilisation des ressources naturelles.

Dans ce cadre, le ruisseau du Jarret qui coule au nord de la ville de Marseille, aujourd’hui invisible après avoir été en grande partie couvert à la fin des années 1950, et qui a été un élément majeur de l’approvisionnement en eau de la ville pendant des siècles apparaît comme un site d’étude remarquable pour essayer de saisir ces phénomènes.

Tout d’abord, après avoir présenté un panorama de la structure du réseau hydrographique de Marseille au début du XIXe siècle, nous détaillerons la place tenue par les différentes ressources en eau disponibles au sein du bassin versant pour les besoins individuels mais également pour les activités agricoles et industrielles locales à cette époque.

Puis, à travers le cas du Jarret, nous analyserons ce que les conflits liés à la répartition et à l’usage de l’eau nous apprennent sur les dynamiques d’un artisanat, d’une industrie et d’un maraîchage en plein essor, sur leurs impacts respectifs sur l’environnement des quartiers adjacents mais aussi sur les différentes formes d’appropriation de l’espace (e.g. retenues d’eau, rejets divers, pollutions, prélèvement de matériaux dans le lit de la rivière) et d’une ressource naturelle au sein d’un espace urbain en expansion.

Enfin, pour conclure, nous verrons quels types de gestion et de régulation ont été mis en place (e.g. arrêté préfectoral de 1801 fixant les dimensions du lit mineure du cours d’eau) et quelle a été leur réelle efficacité dans le contrôle, d’une part, de l’accès à la ressource en eau et, d’autre part, dans le maintien d’un bon état sanitaire et d’un fonctionnement hydro-géomorphologique optimal du cours d’eau.

Cette analyse est principalement basée sur l’étude de rapports concernant les systèmes d’adduction et la qualité des ressources en eau de la ville commandés par la municipalité de Marseille, sur l’analyse des procédures administratives de régulation telles que les enquêtes de commodo et incommodo mais également sur le riche fond d’archive du Service Hydraulique des Bouches-du-Rhône créé au milieu du XIXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.