L’hôpital de peste pendant l’épidémie marseillaise de 1720-1722 : espace de soins ou espace de réclusion ? – Fleur BEAUVIEUX

L’hôpital de peste pendant l’épidémie marseillaise de 1720-1722 : espace de soins ou espace de réclusion ?

Par Fleur BEAUVIEUX, doctorante en histoire moderne, Centre Norbert Elias/EHESS, sous la direction de Jean BOUTIER.

Pendant la dernière grande épidémie qui ravagea Marseille en 1720-1722, les autorités durent gérer le nombre croissant de pestiférés qui envahirent la cité. Pour cela, un réseau d’hôpitaux de peste et de maisons de convalescence est mis en place, ces différents lieux d’accueil étant répartis tant dans les différents quartiers de l’espace urbain que dans la campagne environnante. Bâtis sur le modèle du lazaret, qui existait dans les sociétés d’Ancien Régime pour prévenir de telles catastrophes, les lieux réquisitionnés pendant l’épidémie de 1720 sont divers et variés.

Les Infirmeries, bâties en-dehors de la cité, sont tout d’abord saisies pour transférer les premiers malades. Mais très vite, l’ampleur de la peste nécessite d’aménager d’autres endroits : ainsi, une vieille corderie est transformée en hôpital, des structures hospitalières déjà existantes sont destinées exclusivement aux pestiférés ou aux personnes en lien avec ces derniers (l’hôpital des Convalescents, l’hôpital des Enfants Abandonnés, une partie de l’Hôtel-Dieu ainsi que la Charité, initialement prévue pour l’enfermement des mendiants) et des couvents sont changés en maisons de convalescence pour les quarantenaires (le couvent de l’Observance, des Minimes, des Augustins réformés). Un hôpital de tentes, le Mail, est même créé aux abords des murailles, pour les malades de la ville et du terroir. Les individus y sont répartis en fonction de leur arrivée (par mer ou par terre), de leur niveau social (un hôpital pour les aisés, un autre pour les plus pauvres), de leur état de maladie (« douteux », malades, convalescents). Certains établissements fonctionnent également en binôme entre un hôpital et une maison de santé : c’est le cas par exemple de la Charité et de l’Observance. L’ensemble de l’espace urbain est ainsi desservi en structures hospitalières, ce qui permit une certaine maîtrise de l’épidémie, et des fosses communes sont ouvertes à proximité pour enterrer les cadavres. Cette réquisition entraîne un déplacement des populations qui peuplaient auparavant ces lieux, et de multiples échanges entre les hôpitaux.

L’analyse foucaldienne d’ « inclusion » du pestiféré – en opposition à l’exclusion spatiale du lépreux au Moyen Âge – peut ici être reprise, même si cette inclusion se double d’une exclusion : les hôpitaux sont des lieux clos, dans lesquels les populations sont enfermées le temps de leur maladie. L’aspect architectural des lieux permet cette réclusion : tous les hôpitaux ont la particularité d’être fermés sur eux-mêmes, soit par leur forme initiale, soit par la mise en place d’un mur d’enceinte général cloisonnant les différentes constructions. L’entrée est de plus gardée par des membres de la hiérarchie policière, limitant tout mouvement des malades. À l’intérieur même des structures, des cloisons sont mises en place entre les différentes salles, multipliant les subdivisions et mettant à l’écart les contagieux. Le but premier de l’hôpital de peste est ainsi l’isolement par l’enfermement des malades, même si un certain nombre de traitements médicaux sont expérimentés au cours de la période. Lieu sanitaire sujet à une logique disciplinaire, l’hôpital de peste pourrait entrer dans la catégorie d’ « institution totale » développée par Goffman en 1961. Le concept d’ « hétérotopie » de Michel Foucault peut également être appliqué en partie à ces structures particulières des temps d’épidémie. L’hôpital de peste est ainsi un lieu de passage, entre la vie et la mort, ou entre la maladie et la guérison.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.