Compte rendu des ateliers Jeunes Chercheurs TELEMME – séance n°2, 30 novembre 2015

Atelier Jeunes Chercheurs TELEMME n°2 – Compte-rendu de la séance du 30 novembre 2015

Le deuxième atelier des jeunes chercheurs TELEMME s’est ouvert sur la présentation par Laurence Pillant, doctorante en géographie, d’un article du géographe économiste Georges BENKO. Ce texte intitulé « La géographie économique : un siècle d’histoire », nous a permis de revenir sur les fondements de cette sous-discipline géographique à travers une chronologie de son évolution théorique. Pour l’auteur, la géographie économique peut s’envisager via une « double entrée » c’est-à-dire soit par la mobilisation de l’espace dans des travaux économiques soit par la spatialisation des activités économiques dans la géographie.Un autre point important, qui fait écho au précédent atelier est l’argument selon lequel l’aspect économique de la géographie va contribuer, au XXème siècle, à faire de la géographie humaine une discipline analytique. Comme si le fait d’ajouter la seule dimension économique permettait de crédibiliser les réflexions sur l’espace géographique.Suite à la présentation de ce texte, le groupe a également réfléchi aux arguments de Bernard PECQUEUR, un autre géographe économiste français, qui souligne l’importance des dynamiques territoriales dans un article intitulé « Esquisse d’une géographie économique territoriale ».
La lecture et le débat autour de ces deux textes nous ont permis de dégager une problématique de recherche potentielle à travers la question suivante : Dans l’ensemble des facteurs explicatifs dans nos travaux, quelle place accorder à l’économie et à son déterminisme sur les acteurs ?Cette première question a contribué à réfléchir aux grands axes thématiques qui nous sont parus pertinents dans le cadre d’une journée d’étude éventuellement intitulée : « Homo Economicus or not ? »

Pour étayer cette question, nous avons finalement retenu une problématique qui semble plus précise et qui pourra servir d’introduction dans l’appel à communications que nous rédigerons en janvier lors du troisième atelier. Cette problématique s’incarne à travers la question suivante : « Dans quelle mesure les pratiques des acteurs sont légitimées par la mobilisation de l’économie dans leurs discours ? »

En effet, suite à plusieurs échanges, il nous a semblé intéressant d’orienter notre journée d’études sur l’analyse des discours (qu’ils soient politiques, scientifiques ou autre), afin de rendre compte de l’importance ou aux contraire l’absence d’une dimension économique dans leur construction. Construction qui induit ensuite un certain nombre de concrétisation tangibles dans le temps et dans l’espace.

Afin d’amorcer un début de réponse à cette vaste question, nous avons fait émerger deux axes principaux qui feront l’objet de discussion lors du troisième atelier. Le premier consiste à développer un argumentaire autour de « l’économie comme justification principale dans les discours et les pratiques » à ce titre, nous avons par exemple pensé à l’initiative des AMAP ou des paniers BIO dont le développement est souvent contraint par des préoccupations pécuniaires (cherté des produits).

Le second axe revient quant à lui sur la « non-justification économique des pratiques dans les discours » notamment à travers l’exemple de la créativité, aujourd’hui présentée comme un label urbain prépondérant par les décideurs locaux qui justifient leurs actions économiques en utilisant les termes plus neutres et quasi inattaquables que sont la culture ou la créativité. Cela sans forcément tenir compte des limites territoriales et sociales induites par un tel déploiement créatif au sein des territoires concernés.

Cette réflexion sera donc à améliorer et à compléter lors du troisième atelier des jeunes chercheurs en janvier 2016. Cette troisième séance sera également l’occasion pour nous de rédiger un appel à communication.

Les jeunes chercheurs TELEMME



Citer ce billet
Administrateur (2015, 8 décembre). Compte rendu des ateliers Jeunes Chercheurs TELEMME – séance n°2, 30 novembre 2015. Jeunes Chercheurs·euses TELEMMe. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkta

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.