Lucie LAZARO, Les « externalités » du pastoralisme collectif pyrénéen ou l’histoire d’une marchandisation des relations qui n’a pas (encore) eu lieu.

Le début des années 2000 est marqué par le retour politico-médiatique du pastoralisme dans un contexte de réintroductions ursines et de montée en puissance des préoccupations sociales relatives à la prise en compte d’une agriculture multifonctionnelle.

Ce réinvestissement politique et social de l’élevage pastoral s’accompagne d’un changement de discours de la part des acteurs du pastoralisme. Dans les Pyrénées, la profession agricole et l’ingénierie pastorale se saisissent d’un certain nombre de vocables « empruntés » aux sciences économiques pour désigner cette forme singulière d’agriculture et pour mettre en avant un ensemble d’effets positifs du pastoralisme pour la société. Cet accaparement des « mots de l’économie » pour qualifier le pastoralisme provient d’un double mouvement :

– D’une part, de la diffusion d’un processus d’échelle internationale de qualification/requalification du lien Homme/nature et du lien agriculture/société sur fond de préoccupations environnementales ;
– Et d’autre part, de la poursuite d’une tradition nationale de légitimation d’une ligne politique de soutien spécifique du pastoralisme basée sur les bénéfices globaux de cette pratique et de ses espaces pour les sociétés rurales.

Ce double mouvement a conduit certains acteurs pyrénéens, dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune de 2014 et de la négociation des futurs dispositifs de soutien, à se saisir des qualificatifs émergeant dans les arènes de discussion internationales afin de se positionner stratégiquement dans le débat public, mais également afin de « mettre de nouveaux mots » sur « leur » réalité locale. C’est au cours de ce temps fort de réforme politique et budgétaire que la notion d’externalités est devenue une catégorie de discours mobilisée par les acteurs du pastoralisme pour défendre la spécificité des relations entre cette forme d’élevage et les autres usagers d’un espace montagnard partagé siège d’un ensemble de ressources naturelles, productives ou encore culturelles.

Au travers de cette communication, nous avons questionné l’irruption de cette conception du pastoralisme par le prisme de l’économie dans le débat pyrénéen. Riche de notre immersion longue dans une structure de développement pastoral durant trois années de thèse en CIFRE , nous avons montré l’intérêt stratégique de la notion pour les défenseurs de la spécificité pastorale qui la portent ainsi que ses limites en tant que catégorie analytique pour le chercheur qui souhaite appréhender les relations qui unissent le pastoralisme et les autres usagers des estives.
Pour finir, nous avons vu que la marchandisation des relations qui sous-tend la conception d’un pastoralisme émetteur d’externalités selon une acception classique de la notion n’a pour l’instant pas eu lieu. Les conséquences pratiques et politiques du recours aux « mots de l’économie » semblent limitées par l’inertie des dispositifs de soutien à l’agriculture tandis que le cycle de vie des notions se poursuit. Bien qu’elle se différencie par ses origines scientifiques et par ses attachements institutionnels, c’est la notion d’agroécologie qui se substitue aujourd’hui à celle d’externalités pour qualifier le pastoralisme dans une stratégie de mise en conformité avec la double performance économique et environnementale mise en avant par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt de 2014.

Lucie Lazaro est post-doctorante en Géographie et Aménagement au laboratoire LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires) – Dynamiques Rurales de l’Université Toulouse 2 – Jean Jaurès. Spécialiste de l’élevage et des territoires montagnards, ses travaux de thèse portent sur les services environnementaux, économiques et sociaux rendus par le pastoralisme et plus largement sur la gouvernance des territoires pastoraux dans les Pyrénées. Elle co-anime actuellement le programme de recherche transdisciplinaire SHS-Région « AFPYR » portant sur les Associations foncières pastorales et sur la gestion du foncier privé en zones intermédiaires dans les départements des Hautes-Pyrénées et de l’Ariège.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.