Marjolaine Gros-Balthazard, La désindustrialisation: des déterminants macro-économiques aux effets territoriaux

Un mouvement de désindustrialisation est à l’œuvre en France, comme dans la majorité des pays développés. Un large consensus existe autour des déterminants principaux du recul de l’emploi industriel, avec une tentative notable de quantifier la contribution de chacun (Demmou, 2010). De profondes mutations structurelles, à savoir les gains de productivité et l’externalisation, exercent un poids sur l’emploi (Bost, 2014; Leboutte, 1997). A celles-ci s’ajoute une tendance à l’accroissement de la compétition internationale depuis le début des années 1990. Les mutations structurelles et l’apparition de nouveaux concurrents contribuent à l’apparition d’une triple dictature (Bouba-Olga, 2009) pour les entreprises : dictature des coûts, dictature des compétences, dictature financière. Au-delà même d’une désindustrialisation, nous pourrions même plus globalement parler d’une réorganisation des activités productives au niveau mondial.
La désindustrialisation apparait de fait comme une notion éminemment économique. Pour autant, si ces déterminants apparaissent comme fortement macroéconomiques, ses effets n’en sont pas moins profondément spatiaux : la désindustrialisation est un processus spatialement inégal. Le dialogue entre économie et géographie apparait en ce sens comme prioritaire pour une lecture des effets de la désindustrialisation, non seulement spatiaux, mais encore plus territoriaux. Le territoire ne peut être réduit à un simple réceptacle. Il est à la fois actif et contexte (Courlet & Pecqueur, 2013). D’ailleurs, le processus global n’impacte pas de manière homogène les territoires, en partie en raison des spécialisations sectorielles variées mais également en raison de stratégies territoriales spécifiques.

Dans le cadre de cette communication, l’ambition est d’explorer une notion à première vue exclusivement économique voire macroéconomique et d’en comprendre les mécanismes territoriaux. L’analyse territoriale du phénomène de désindustrialisation, et plus largement d’autres mécanismes économiques, requiert des méthodes et outils statistiques spécifiques. Cette analyse dépasse en effet une simple retranscription spatiale. A titre d’exemple, deux vecteurs principaux témoignent de la désindustrialisation (Le Blanc, 2012) : la valeur ajoutée et l’emploi. Si la valeur ajoutée est couramment utilisée au niveau national pour témoigner du phénomène de désindustrialisation, au niveau territorial, les emplois sont préférés. Cela nous permet ainsi de souligner que s’il s’agit en partie d’un « déclin en trompe l’œil de l’industrie » (Le Blanc, 2008) au niveau national, il n’en reste pas moins qu’il participe à la fragilisation des territoires industriels. Les premiers résultats d’une l’analyse quantitative menées sur les dynamiques socio-économiques des bassins de vie industriels permettent toutefois de remettre en cause la fragilité globale de cet ensemble, finalement assez hétérogène.

 

Bibliographie indicative :

Benko, G. (2008). La géographie économique : un siècle d’histoire. Annales de géographie, vol. 664, n°6, p.23‑49.

Bost, F. (2014). La France : mutations des systèmes productifs. Editions Sedes.

Bouba-Olga, O. (2009). Les Nouvelles Géographies du capitalisme: Comprendre et maîtriser les délocalisations. Seuil.

Courlet, C., & Pecqueur, B. (2013). L’économie territoriale. PUG.

Demmou, L. (2010). Le recul de l’emploi industriel en France entre 1980 et 2007. Ampleur et principaux déterminants : un état des lieux. Economie et statistique, vol. 438, n°1, pp.273‑296.

Le Blanc, G. (2008). L’industrie dans l’économie (1981-2006) : un déclin en trompe-l’œil ? Etude comparée de l’industrie française et des grandes puissances industrielles depuis 25 ans. Institut de l’entreprise et Cercle de l’Industrie. 46p.

Le Blanc, G. (2012). Les espaces de la dynamique industrielle – état des lieux et problématiques. Territoires 2040, n°3, pp.78‑99.

Leboutte, R. (1997). Vie et mort des bassins industriels en Europe, 1750-2000. Harmattan.

 

Marjolaine Gros-Balthazard, Doctorante en géographie, UMR PACTE– Université Grenoble Alpes

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.