Héléna HACHMANN, Une analyse du discours économique : sur quelles hypothèses reposent les modèles économiques ? Le cas de la modélisation des risques financiers

Dans le travail présent, l’analyse du discours devrait être comprise en tant qu’analyse de la rhétorique économique. Depuis les années 1980, le rôle de la rhétorique en économie a été discuté dans les travaux des économistes comme Arjo KLAMER, Deirdre MC CLOSKEY ou Warren SAMUELS. Pour ces théoriciens, les arguments des économistes sont acceptés ou rejetés par leurs pairs plutôt sur la base des critères rhétoriques que celles du raisonnement scientifique. Dans ce contexte, le terme rhétorique ne se limite pas à des expressions langagières, mais désigne également les propositions formalisées, comme les modèles mathématiques. Le programme rhétorique a été critiqué notamment par des auteurs qui travaillent sur la méthodologie ou la philosophie économique. Ceux-ci ont par exemple insisté que la méthodologie proposée dans les travaux sur la rhétorique des économistes, qui se limiterait à recommander certaines règles éthiquement bonnes pour l’usage de la rhétorique, mènerait la discipline au relativisme (BLAUG 1987, ROSENBERG 1988 a,b). Aussi, en néant toute capacité prédictive de la discipline économique, le programme rhétorique aurait négligé les domaines où les théories économiques ont été confrontées avec succès à la réalité.


Des autres critiques ont insisté que la rhétorique économique ne pourrait pas être examinée en faisant abstraction de son continu (MIROWSKI 1987 ; MÄKI 1993), le premier ayant essayé de développer une conception réaliste de la rhétorique en opposition à la rhétorique anti-réaliste de MCCLOSKEY.Dans le travail présent, je focalise les économistes qui travaillent dans les organisations économiques internationales ou des institutions de surveillance financière. Leurs propositions visent d’abord leurs collègues, respectivement les technocrates dans les organismes publics. Une telle analyse semble opportune notamment par rapport à des discussions qui ont été menées au cours de la crise financière de 2007/2008 où la problématique de l’« agent économique représentatif », hypothèse sur laquelle la modélisation du risque financier était fondée, était au cœur du débat. Dans ce cadre, pour un chercheur en sciences sociales, une analyse des hypothèses qui sont à la base des modèles économiques et qui peuvent être considérées comme des « croyances non démontrées », constituant, d’après BOUDON les fondements de toute connaissance scientifique, semble opportune. Mon exposé considère les travaux de la philosophie économique, de la philosophie des sciences sociales et de la sociologie des sciences. Il sera démontré comment les modèles fondés sur un individualisme méthodologique de l’approche de l’agent représentatif, qui ne pouvaient finalement pas prédire les turbulences sur les marchés financiers, ont omis certains aspects de la réalité économique. Je vais discuter cette problématique en considérant les défaillances des modèles économiques qui se sont avérées lors de la crise financière de 2007/2008 et les nouvelles approches qui ont émergé lors du débat déclenché par la crise. Cependant, je vais enfin argumenter contre la conception relativiste, exprimé, parmi autres, par McCloskey, qui réduit la rhétorique économique à un outil de « beau style » détaché du raisonnement et des phénomènes empiriques. Le concept de la métaphore scientifique est différent de celui de la métaphore littéraire et l’usage de celle-ci requit des démarches épistémiques bien au-delà de l’analyse rhétorique. Cela montre que, dans le discours économique, pour valider, rejeter ou – comme ici- compléter les concepts économiques, la référence à des phénomènes empiriques est important. Il ne s’agit ainsi pas d’un exercice purement rhétorique respectivement la rhétorique doit intégrer des critères épistémologiques.
Helena Hachmann
, Doctorante en philosophie (EHESS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.