Tous les articles par Camille Caparos

A propos Camille Caparos

Doctorante contractuelle en Histoire moderne au sein du laboratoire TELEMMe. Sujet de thèse : "Papiers de famille et écriture féminine dans la noblesse méridionale (XVIIe-XVIIIe s.)".

Résumé communication JE 2021 « Le(s) conflit(s) en SHS » : Pablo Perez, « Le conflit dans les rapports sociaux de l’économie d’Ancien Régime : désordres dans la maison Brentano »

En 1756, Domenico Antonio Brentano este justice contre ses oncles, qui refusent de lui reverser la somme qu’il a investi dans l’entreprise « Domenico Brentano e figli », qu’il a quitté peu de temps auparavant. L’hostilité qui s’est dégagée du long conflit qui s’ensuit contraste avec l’apparente union de l’entreprise, de la famille, des immigrés du lac de Côme à Francfort que l’on observe auparavant. L’affaiblissement des logiques de solidarité entre commerçants que l’on observe dans ce cas peut être liée à l’institutionnalisation des milieux économiques et à l’augmentation de l’efficacité et de la croyance dans le bon fonctionnement des mécanismes de l’économie et de la justice publique.
 
Ce conflit, fait s’entremêler dans un même groupe, des hiérarchies, des institutions de la société d’Ancien Régime, au-devant desquelles, la famille, la communauté d’étrangers de même origine, l’entreprise, la société marchande et le système judiciaire. Dans ces institutions où le conflit prend place, les acteurs en conflit sont dans une configuration très inégale. En effet, le neveu n’a que peu de capital – économique ou symbolique – à faire valoir face à ses oncles, puis face à ses richissimes cousins, qui parviennent habilement à manœuvrer, à instrumentaliser des institutions judiciaires afin de faire traîner le litige judiciaire pendant près de cinquante ans. Ce litige s’est achevé à l’aube du XIXe siècle, bien après la mort de ses protagonistes, mais le fait qu’ils n’aient pas connu sa résolution ne signifie pas nécessairement que ce conflit soit improductif. Il permet aux oncles et à leurs fils, qui sont des marchands puissants, influents à Francfort bien qu’étrangers, de participer au maintien d’un ordre, dans l’économie d’Ancien Régime, dans leur famille, et dans leur entreprise. 
 

Pablo Perez, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021, « Le(s) conflit(s) en SHS » : Dylan Beccaria, « « N’ayant heu aultre affaire ny querelle precedante avec ledict deffunct » : le conflit et son récit dans les affaires de rémission aux XVIe et XVIIe siècles »

Qu’elles mettent en avant une dispute conjugale, des échanges d’injures en public, un duel pour point d’honneur, une rixe de taverne ou encore des combats armés entre bandes de jeunes, les lettres de grâce sont un observatoire de choix pour étudier les conflits à l’époque moderne. Ces actes de chancellerie, par lesquels le Prince pardonne un crime et restaure son auteur dans « sa bonne fame et renommee » (C. Gauvard, 1991), fournissent en effet un récit détaillé des faits ayant conduit au crime. Ces récits trouvent leur origine dans les suppliques formulées par les criminels, ou par leurs proches, afin de solliciter le pardon du roi. Ils laissent à ce titre une large place à la description des conflits, puisque les affaires pardonnées impliquent presque toujours un antagonisme que les suppliants doivent décrire longuement. Pourtant, la source est discutée. En effet, seules les affaires bénéficiant de circonstances atténuantes peuvent prétendre à la clémence du souverain. L’exposé doit ainsi montrer que le crime en question répond bien aux exigences de rémissibilité et que son auteur mérite le pardon du roi. Nombre de spécialistes considèrent donc ces discours comme biaisés (P. Braun, 1984 ; N. Zemon Davis, 1989 ; S. Blot-Maccagnan, 2010), tandis que d’autres estiment qu’ils ne pouvaient guère s’éloigner de la réalité (C. Gauvard, 1991 ; M. Nassiet, 2011), notamment parce que, pour que la grâce soit effective, le récit du suppliant était soumis à l’examen d’une cour de justice lors de la procédure d’entérinement, ce qui représentait un risque réel pour le criminel en cas de faux aveux.
À partir des affaires de rémission entérinées par le Parlement et les sénéchaussées de Provence aux XVIe et XVIIe siècles, cette communication a pour objectif d’étudier le conflit tel qu’il est présenté par les candidats à la grâce royale dans leurs récits. Si la part de vérité dans ces sources est difficile à apprécier, il est évident que chaque supplique s’appuie sur des principes rhétoriques et des codes langagiers préétablis qui évoluent sur l’ensemble de la période envisagée. Ces biais, qui concernent particulièrement la description du conflit précédant le crime, fournissent un matériel intéressant pour l’historien : étudier la manière dont le principal acteur d’un conflit justifie ses actes permet de voir quels éléments sont susceptibles d’en atténuer la gravité dans l’imaginaire collectif de l’époque et ainsi, d’appréhender en partie la façon dont la société d’Ancien Régime perçoit la violence et ses modes d’expression dans le cadre d’un affrontement.
 
Dylan Beccaria, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021, « Le(s) conflit(s) en SHS » : Sarah Kerboas, « Le volontourisme au Cambodge, de nouveaux rapports de domination conflictuels ? »

Dans les années 90, et au lendemain du génocide des Khmers Rouges, qui a entraîné la mort d’un tiers de la population, le Cambodge est considéré comme une zone prioritaire : il motive alors des interventions humanitaires dans de multiples domaines suite aux Accords de Paris de 1991. Trente ans plus tard, les ONG sont toujours plus nombreuses au Cambodge, et l’humanitaire semble représenter un nouveau marché économique. Les différents niveaux de subordination auxquels certaines populations sont confrontées, à savoir, leur statut de « pauvres », la couleur de leur peau, leur marginalisation géographique, leur dépendance aux ONG et leur soumission au gouvernement sont autant de problématiques que j’ai essayé d’aborder en recueillant les points de vue des bénéficiaires des aides humanitaires durant mon terrain anthropologique, réalisé sur plusieurs mois de 2017 à 2020. À la fois formateurs et employeurs idéaux, ces organismes venus de l’international pour relever le pays s’intéressent également à la politique, à la sphère des affaires, la sphère diplomatique et religieuse, donc bien au-delà des secteurs prioritaires prétendus de la santé et l’éducation. Pour autant, les situations d’indigence dans lesquelles les populations d’aidés se retrouvent sont loin de pouvoir toutes être considérées comme « bénéfiques ». Expropriations, développement d’une politique foncière injuste, spoliation des terres, corruption endémique… sont souvent à l’origine de ces conditions de pauvreté. Le contexte du conflit foncier est pourtant rarement évoqué. Le cas du village de Srapoh, que j’ai particulièrement suivi, n’est hélas pas isolé. Ce que ces pratiques humanitaires révèlent dans ces espaces est que l’inégalité de l’aide est une réalité établie. Dans un même temps, elle assoit la dépendance de certaines familles et fait naître des conflits au sein de communautés qui ont toujours vécu ensemble, puisque provenant des mêmes quartiers. La notion de développement, présentée par de nombreuses ONG comme une panacée, appelle de nouveaux questionnements de notre part au regard de ces conflits locaux.

Sarah Kerboas, doctorante en anthropologie sociale, Université Toulouse 2 Jean-Jaurés

 

Résumé communication JE 2021, « Le(s) conflit(s) en SHS » : Soizic Morin, « Des soignantes en conflit au XIXe siècle dans les Bouches-du-Rhône : entre maintien des normes sociales et outil d’émancipation »

L’image d’une soignante docile et obéissante aux docteurs ou aux administrateurs des hôpitaux par exemple est déjà une image d’Épinal pour le XIXe siècle. Les sources font apparaître plusieurs conflits entre des soignantes et des autorités masculines dans les Bouches-du-Rhône. Notre communication s’est centrée sur le cas des sœurs hospitalières et des sages-femmes. Même si elles n’entrent pas en conflit pour les mêmes raisons et ni à la même période, nous avons pu déceler quelques points communs. Les conflits prennent naissance que sous certaines conditions. Tout d’abord, il faut un lien d’interdépendance entre les deux parties. Les sœurs hospitalières actrices de conflits importants avec les administrateurs des hospices civils durant la première moitié du XIXe siècle deviennent seulement un objet de conflits au moment de la laïcisation. Elles ont perdu leur monopole de soins dans les hôpitaux avec la venue très progressive des infirmières laïques. De plus, la question de la formation est essentielle. Elle apporte une légitimité et probablement une certaine estime de soi aux soignantes. Les sages-femmes prennent conscience petit à petit de la légitimité que leur offre leur diplôme et n’hésitent pas à former un syndicat à la fin du XIXe siècle. Par ce syndicat, elles réclament certaines prérogatives comme l’utilisation du forceps.

Néanmoins, il ne faudrait pas non plus voir ces conflits uniquement sous l’angle d’une émancipation totale de ces femmes face à l’autorité masculine. Ces conflits ont souvent pour objet de faire respecter une norme sociale et une hiérarchie ancienne. Par exemple, les Augustines à la fin des années 1820 entrent en conflit avec les administrateurs des hospices civils de Marseille parce qu’elles ne reconnaissent pas leur autorité, c’est celle de l’évêque qui prime pour elles ; de même, les sages-femmes qui ont créé le syndicat national font tout pour éviter d’entrer en conflit avec des médecins. Ceci peut même provoquer des conflits avec des branches locales comme celle des Bouches-du-Rhône.

Soizic Morin, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021 « Le(s) conflit(s) en SHS » : Kelly Redouté, « La gouvernance rurale à l’épreuve des conflits. L’exemple du conflit foncier de Chocholá (Mexique) »

En s’inscrivant dans le courant de la géographie des conflits, cette communication propose d’interroger la productivité territoriale d’un conflit qui affecte le village de Chocholá, au sud-est du Mexique. Ce conflit a explosé en 2012 consécutivement à la vente d’une parcelle ejidale pour la construction d’une usine à chaux ; les transactions foncières au sein des ejidos étant formellement autorisées depuis 1992. À partir d’une lecture processuelle et relationnelle du conflit de Chocholá, l’analyse donne à voir la complexité et la multiformité des processus territoriaux enchevêtrés dans les dynamiques conflictuelles, en termes de construction identitaire et de négociation des normes qui encadrent le gouvernement des espaces ruraux mexicains, ainsi que les modalités d’articulation de ces différentes dimensions du concept de « territoire ». Influencés par la diffusion du discours autochtone, tout en faisant l’objet d’une traduction territoriale propre aux préoccupations locales, ces processus traduisent une tentative de territorialisation de l’action publique et d’enracinement local du droit par les acteurs locaux.

Kelly Redouté, doctorante en géographie, EHESS, UMR 8504 Géographie-cités

Résumé communication JE 2021 « Le(s) conflit(s) en SHS » : Tristan Portier, « Déchirements communautaires autour du cimetière séculier : le cas de la paroisse de Bath St Saviour’s (1859-1862) »

Au milieu de son siècle industriel, la Grande-Bretagne fait face à une crise grave : les villes où s’entasse sa population sont bâties sur des cimetières insalubres et saturés. Cinquante ans après le décret napoléonien de prairial sur les cimetières, le gouvernement britannique initie sa propre réforme funéraire. Soudainement mis sur le devant de la scène, les vestries, conseils des électeurs séculiers des paroisses, sont investis du pouvoir de construire et d’administrer les cimetières modernes de l’Angleterre victorienne, après des siècles de monopole de l’église officielle. Le résultat ? Une collaboration tendue entre les recteurs locaux et leurs communautés pour atteindre un délicat équilibre des pouvoirs et des revenus. Mais dans la ville thermale de Bath, la paroisse de St Saviour’s plonge dans une crise grandissante quand son recteur, le révérend Stamer, et son avocat personnel, Nathaniel Cowdry, instrumentalisent la réforme à leur profit. En 1859, Stamer prend la tête du comité chargé de construire le nouveau cimetière, et nomme Cowdry secrétaire et avocat du comité, prenant une position dominante dans les débats. Des plans sont établis pour un terrain à Batheaston détenu par la famille Cowdry, et dont les revenus pourraient finir dans l’escarcelle de Stamer lui-même, qui conserverait de fait son emprise sur les inscriptions tombales et les services funéraires, soit les expressions religieuses et sociales du deuil.

Mais quand leur projet se retrouve au coeur d’une bataille judiciaire avec la paroisse voisine de Walcot St Swithin’s, l’hostilité grandissante de leur propre paroisse révèle des lignes de fracture autour des questions de liberté de culte, de financement du clergé et de transparence des institutions paroissiales. Face à Stamer et Cowdry se dresse un commerçant du nom de James Chaffin, qui critique de manière virulente les méthodes et les motivations du duo. Choqué par l’autoritarisme cassant du recteur et le matraquage judiciaire de son avocat, il unit la paroisse par des votes successifs qui l’érigent en rival du recteur, et parvient à provoquer une crise de gouvernance locale qui se prolonge jusqu’en 1862. La violence rare et cocasse qui en résulte cristallise la rupture entre le recteur et son cheptel. La paroisse sort de multiples procès ébranlée et endettée, mais confortée dans son expérience de la démocratie locale séculière.

 
Tristan Portier, doctorant en histoire contemporaine, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021 « Le(s) conflit(s) en SHS » : Aude-Line Gervais, «  Conflit ou rivalité ? Le cas de la concurrence entre établissements publics et privés à Marseille  »  

Une enquête de terrain dans des établissements scolaires situés dans les quartiers nord de Marseille m’a conduit à mettre en évidence la relation de concurrence qu’entretient un collège privé catholique vis-à-vis de deux collèges publics. Cette concurrence repose sur une stratégie d’attractivité du collège privé afin de capter une partie de la ressource scolaire de ces établissements.  

A partir d’entretiens menés avec des enseignants et chefs d’établissements, j’ai constaté que la relation entre les représentants des deux collèges publics et de ceux du collège privé, que je supposais conflictuelle, pouvait difficilement être appréhendée comme telle étant donné que ces acteurs ne semblaient pas se représenter en situation de conflictualité les uns par rapport aux autres. Comment donc appréhender la relation entre ces établissements scolaires ? La notion de conflit est-elle bien pertinente ? N’est-il pas préférable de lui opposer celle de rivalité ? Mais ce terme, absent des dictionnaires de géographie, et systématiquement appréhendé à partir de la notion de conflit dans la littérature scientifique, a-t-il une portée heuristique ? Ma communication tente donc d’envisager la rivalité comme un concept, à partir d’un essai de définition, d’une réflexion autour des outils d’analyse géographiques permettant de l’appréhender, ainsi que d’un retour réflexif sur les difficultés méthodologiques rencontrées dans l’exercice de l’entretien.  

Aude-Line Gervais, doctorante en géographie, AMU-CNRS, TELEMMe