Tous les articles par Virginie Cerdeira

Les objets de l’action et l’action des objets. Contribution de la pragmatique à l’analyse des objets- Pierre THOMAS

Les objets de l’action et l’action des objets. Contribution de la pragmatique à l’analyse des objets

Par Pierre Thomas, docteur en sociologie, Université de Lorraine EA 3478 2L2S

Cette contribution examine les rapports qu’entretiennent les humains et les non-humains (les personnes et les choses) au prisme des développements des approches pragmatiques en sociologie[i]. Dans ce cadre, l’action est le résultat d’un travail de coordination des acteurs à des situations faites de personnes et de choses. La communication commencera par rendre compte de la place des objets dans la vie sociale avant de présenter l’éventail des rapports entre humains et non-humains. Continuer la lecture de Les objets de l’action et l’action des objets. Contribution de la pragmatique à l’analyse des objets- Pierre THOMAS

Les morphinomanes et leur seringue au XIX ième siècle – Zoé DUBUS

Les morphinomanes et leur seringue au XIX ième siècle

Par Zoé Dubus, doctorante en histoire contemporaine, AMU CNRS, TELEMMe, UMR 7303

La morphine est un des premiers médicaments. Synthétisée à partir de l’opium, sa découverte s’étale de 1803 à 1816. Son nom fait référence à la divinité grecque du sommeil, Morphée et par là aux puissantes propriétés calmantes et analgésiques de la substance. La morphine, qui commence à être utilisée sous diverses formes à partir des années 1830 est alors considérée comme le remède par excellence. Le nombre de ses indications ne cesse de croitre. Continuer la lecture de Les morphinomanes et leur seringue au XIX ième siècle – Zoé DUBUS

La vérité esthétique de Diderot: Chardin et la « beauté réelle » des objets – Pierre LEGER

La vérité esthétique de Diderot : Chardin et la « beauté réelle » des objets

Par Pierre Léger, doctorant en philosophie. AMU/CNRS, UMR 7304 CEPERC

Parmi la variété des sujets abordés par l’ensemble de l’œuvre de Diderot, les questionnements d’ordre esthétique ont été une de ses préoccupations majeures et se retrouvent disséminés, sous des formes diverses, dans la quasi-totalité de ses textes. Cependant un seul d’entre eux développe à proprement parler une esthétique théorique, c’est-à-dire un texte où Diderot donne à ses questionnement une allure strictement philosophique et doctrinale. Il s’agit de l’article « Beau » de l’Encyclopédie (1752). La contrepartie de cette présentation dogmatique des idées du philosophe sur le beau est que Diderot s’y préoccupe principalement de questions théoriques, et se montre avare en exemple et en illustration. L’encyclopédiste donne les raisons de cette relative abstraction : « ce serait faire un très grand ouvrage, et non pas un article de dictionnaire, que d’entrer dans tous ces détails ; il nous suffit d’avoir montré les principes ; nous abandonnons au lecteur le soin des conséquences et des applications ». Continuer la lecture de La vérité esthétique de Diderot: Chardin et la « beauté réelle » des objets – Pierre LEGER

La perception des porcelaines chinoises en France dans la seconde moitié du XIX ième siècle – Lucie CHOPARD

La perception des porcelaines chinoises en France dans la seconde moitié du XIX ième siècle 

Par Lucie Chopard, doctorante en histoire de l’art, AMU-CNRS, UMR 7503 TELEMMe

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que le Japon s’impose comme une source d’inspiration artistique, et que l’image de la Chine et de ses habitants se ternit, plusieurs collections de porcelaines chinoises, privées et publiques, sont réunies en France. Rarement isolées, souvent associées à d’autres objets orientaux ou occidentaux, ces pièces sont regroupées au sein d’ensembles importants par leur taille et par leur nombre. Ces collections rompent avec l’engouement pour les productions chinoises que connaît la France aux XVIIe et XVIIIe siècles : les marchands et les collectionneurs se tournent désormais vers de nouvelles pièces, s’éloignant des porcelaines montées et des bleu et blanc. Continuer la lecture de La perception des porcelaines chinoises en France dans la seconde moitié du XIX ième siècle – Lucie CHOPARD

De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ? Max LUACES

De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ?

Par Max LUACES, doctorant en archéologie, Université de Lyon 2/ Université de Cadix, UMR 5189 HISOMA

Ma contribution au cours de cette journée d’étude a eu pour objectif d’interroger le rôle de certains objets archéologiques dans les dynamiques socio-culturels antiques. J’ai souhaité examiner l’influence réciproque des amphores dites tardo-puniques par rapport à l’intégration des populations du détroit de Gibraltar par Rome. Il s’agissait d’analyser différents aspects de « l’existence sociale » de ces amphores[1], afin de mieux comprendre les transformations qui ont marqué plusieurs cités de ce secteur après la deuxième Guerre Punique (218-202 av. J.-C.). En tant que conteneur commercial, l’amphore était d’abord utilisée pour le transport maritime durant l’Antiquité, une fonction qui en faisait un support de premier plan pour les différentes marques liées aux transactions marchandes. Il s’agissait également d’objets techniques en lien avec des chaînes opératoires (la matière première était préparée, puis tournée et séchée, et enfin cuite dans un four), des procès éminemment sociaux puisqu’ils étaient le résultat d’interactions entre agents. En outre, les morphologies de ces objets étaient l’expression des traditions et de l’esthétique de ceux qui les fabriquaient, ce qui a abouti à la production d’une multitude de formes d’amphores, corrélées à des zones de production, à des contenus et à des cultures spécifiques. Continuer la lecture de De la production à la consommation, l’amphore « tardo-punique » comme reflet/actant de rapports interculturels antiques ? Max LUACES

Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

Cette année, les Jeunes Chercheurs TELEMMe sont partenaires de la revue de sciences sociales Forma. Revista d’Estudis Comparatius de l’Université de Pompeu Fabra à Barcelone. Ainsi, Forma propose un numéro thématique en lien avec le thème de la Journée des Jeunes Chercheurs TELEMMe du 3 mai 2017, autour des objets et de la prise en compte de la matérialité dans les sciences sociales.

Forma a donc ouvert un appel à contribution intitulé « The object. A research path in Humanities and Social Sciences » pour le 29 septembre 2017. Continuer la lecture de Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

« Objets en réflexion(s) »-Programme de la Journée Jeunes Chercheurs du 3 mai 2017

Vous trouverez ci-joint le programme de notre journée Jeunes Chercheurs annuelle consacrée aux objets et à l’appréhension de la matérialité dans les sciences humaines et sociales. Elle vient clore un cycle d’ateliers doctoraux dédié à ces mêmes questions.

Programme_objets_en_réflexion_3_mai_2017